Mon enfant marche mal, dois-je m’inquiéter ?

Mon enfant marche mal, dois-je m’inquiéter ?

Qu’il marche sur la pointe des pieds ou les tourne trop vers l’intérieur, les sources de préoccupation autour de la marche de l’enfant sont fréquentes. Ces dysfonctionnements se règlent tout seuls avec la croissance.

Les petits troubles de la marche sont fréquents chez les petits : jambes arquées (genu varum) ou "en X" (genu valgum), pieds plats ou qui tournent vers l’intérieur ou l’extérieur préoccupent les parents.

En grandissant, leurs jambes se redressent

"Pourtant, dans la très grande majorité des cas, ces troubles sont bénins et se corrigent avec la croissance, rassure le Dr Louahem M’Sabah, chirurgien orthopédiste pédiatrique au CHU Lapeyronie, à Montpellier. La marche de l’enfant est l’aboutissement d’une longue maturation neurologique. Il faut sept ans d’ajustement et de mise au point pour qu’elle devienne celle de l’adulte. Cette acquisition est indissociable et contemporaine de la croissance neurologique qui marque les premières années de la vie."

Ainsi, il n’est pas anormal qu’un enfant marche sur la pointe des pieds jusqu’à ses 18 mois et qu’il ait les jambes arquées jusqu’à l’âge de 2 ans. Ce n’est que si ce genu varum persiste au-delà qu’il faudra demander l’avis du pédiatre ou de l’orthopédiste pédiatrique, afin de rechercher un éventuel rachitisme. "En prévention, la vitamine D doit être donnée de façon quotidienne jusqu’à 18 mois, puis à raison d’une ampoule annuelle de 300 000 unités jusqu’aux 6 ans", note le Dr Edwige Antier, pédiatre.

Les jambes "en X" concernent un nombre très important d’enfants entre 2 et 7 ans. "Dès lors que les deux jambes sont concernées, ce genu valgum ne nécessite aucun traitement particulier et les semelles orthopédiques sont totalement inutiles. Les jambes vont retrouver une forme droite tout à fait spontanément", poursuit le Dr M’Sabah. Le surpoids favorise aussi la survenue d’un genu valgum. Une prise en charge adéquate de l’enfant, avec perte de poids, est alors indiquée.

A l’origine, souvent, la position fœtale

Si l’un ou l’autre ou les deux pieds tournent vers l’intérieur, un examen clinique déterminera s’il s’agit d’une malformation du pied, qui nécessitera une prise en charge spécifique, avec le port de semelles orthopédiques. "Dans la grande majorité des cas, la cause se situe au niveau fémoral. En raison de la position fœtale, tous les nouveau-nés naissent avec des cols fémoraux qui 'regardent vers l’avant', ce qui explique la marche pieds en dedans. Au cours de la croissance, ils acquièrent la forme des os qu’ils auront à l’âge adulte et la hanche se remet dans l’axe, ce qui leur permettra de marcher droit", constate le spécialiste.

Enfin, le pied plat concerne 96 % des enfants avant l’âge de 4 ans ; seuls 5 % d’entre eux conservent cette caractéristique au-delà. Il s’agit d’une affection banale, qui n’entraîne en général aucun trouble ultérieur. Contrairement à ce qu’on peut pense parfois, le port de semelles ne corrige rien et s’avère inutile. Et le port de baskets n’aggrave pas le phénomène !

Rares sont finalement les cas qui suscitent l’inquiétude et conduisent à demander un avis en orthopédie pédiatrique. Ces consultations concernent notamment les boiteries, les pieds creux, les malformations d’une seule jambe (genu valgum d’un seul côté), ou encore les esquives du pas. Une prise en charge spécifique permet alors d’en déterminer les causes (neurologiques, morphologiques, suite de fracture ou d’infection articulaire ou ostéo-articulaire, etc.) et de mettre en route le traitement le plus approprié (rééducation, appareillage, chirurgie…).

Les grandes étapes de l’acquisition de la marche chez l’enfant

  • 10 mois. Il se met debout, se tient aux barreaux du lit ou à un meuble.
  • 11-13 mois. L’enfant marche debout avec le soutien d’une seule main et se tient debout sans appui pendant quelques instants.
  • 15 mois. Tout seul, il marche, de façon un peu pataude, les jambes écartées, se lève, monte l’escalier à quatre pattes et sait s’agenouiller.
  • 18 mois. L’enfant marche de façon plus assurée, il court, mais tombe encore de temps en temps. Il monte l’escalier debout en joignant les pieds à chaque marche.
  • 21 mois. Il sait désormais monter l’escalier en posant alternativement les pieds sur chaque marche.
  • 2 ans. Ça y est, l’enfant court et tape dans un ballon sans perdre l’équilibre.
  • 2 ans et demi. Il se tient debout sur un seul pied et saute à pieds joints.

L'enfant doit-il aller pied nu ou bien chaussé ?

Que l’enfant passe son temps pied nu, en baskets ou bien en chaussures classiques bien lassées, cela n’aura aucune incidence sur l’acquisition de la marche normale ni sur l’apparition ou non d’un éventuel pied plat.

Chez les tout-petits qui commencent à marcher, une chaussure légèrement montante, qui maintient bien l’arrière pied, est toutefois recommandée, en raison d'une élasticité prononcée des ligaments.