Le redoublement à l’école, ce qui change

Le redoublement à l’école, ce qui change
Le redoublement à l’école, ce qui change - ©Lucamato

Un décret autorise le redoublement à l’école élémentaire, au collège et au lycée, alors qu’il était jusqu’alors limité aux cas d’interruption de scolarité et de refus d’orientation en fin de 3e et de Seconde.

Le décret du 20 février favorise le redoublement à l’école primaire et dans l’enseignement secondaire.

Jusqu’alors ce dernier n’était autorisé que dans deux situations : interruption de la scolarité et refus d’orientation en fin de 3e et de Seconde (décret du 18 novembre 2014).

A compter du 22 février 2018, les règles concernant le redoublement changent.

Dans l’enseignement primaire

A l’école élémentaire, à titre exceptionnel, un redoublement peut être proposé par le conseil des maîtres, dans le cas où le dispositif d'accompagnement pédagogique n'a pas permis de pallier les difficultés importantes d'apprentissage rencontrées par l'élève.

Cette proposition fait l'objet d'un dialogue préalable avec les représentants légaux de l'élève et d'un avis de l'inspecteur de l'éducation nationale chargé de la circonscription du premier degré, précise le décret.

L'élève concerné bénéficie d’un dispositif d'accompagnement pédagogique spécifique qui peut prendre la forme d'un programme personnalisé de réussite éducative.

Le conseil des maîtres ne peut se prononcer que pour un seul redoublement durant toute la scolarité primaire d'un élève.

La proposition du conseil des maîtres est adressée aux représentants légaux de l'élève qui font connaître leur réponse dans un délai de quinze jours. A l'issue de ce délai, le conseil des maîtres arrête sa décision qui est notifiée aux représentants légaux. Ces derniers peuvent, dans un nouveau délai de quinze jours, former un recours auprès de la commission départementale d'appel, ajoute le décret.

En revanche, aucun redoublement ne peut être proposé à l’école maternelle.

Dans l’enseignement secondaire

Au collège et au lycée, à titre exceptionnel, un redoublement peut être décidé par le chef d'établissement en fin d'année scolaire, lorsque le dispositif d'accompagnement pédagogique mis en place n'a pas permis de pallier les difficultés importantes d'apprentissage rencontrées par l'élève.

Cette décision intervient à la suite d'une phase de dialogue avec l'élève et ses représentants légaux ou l'élève lui-même lorsque ce dernier est majeur et après que le conseil de classe s'est prononcé, précise le décret.

Une seule décision de redoublement peut intervenir durant la scolarité d'un élève avant la fin de la classe de troisième. Toutefois, une seconde décision de redoublement peut être prononcée, avant la fin de la classe de troisième.

La mise en œuvre d'une décision de redoublement s'accompagne d'un dispositif d'accompagnement pédagogique spécifique de l'élève concerné, qui peut notamment prendre la forme d'un programme personnalisé de réussite éducative, complète le décret.