Installer un contrôle parental sur le smartphone de votre enfant

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
8mn de lecture
© Fabio Principe

Deux chiffres : 87 % des enfants de 11 à 15 ans ont un téléphone portable (étude CSA Research, juillet 2018). Et pour 35 % des parents interrogés, restreindre le temps d’écran chez un enfant de moins de 14 ans est difficile. Pourtant, le contrôle parental est un moyen de protéger l’enfant de l'exposition aux contenus violents, aux sites internet non adaptés, aux adultes mal intentionnés, des situations auxquelles il n’est pas forcément préparé. Si rien ne remplace au préalable la discussion sur les dangers d’un temps d’écran trop long et de contenus dérangeants, voire malveillants, il existe des réglages et des logiciels pour vous épauler.

Pour que le contrôle parental s’applique, que votre enfant emprunte votre téléphone ou pas, quelques bons gestes sont indiqués. Dès que vous le laissez se servir de votre appareil, mettre un code est souvent la première solution pour le sécuriser. Vous pouvez aussi, quand cela est possible, opter pour des profils d'utilisateurs différenciés. Certains constructeurs proposent un « mode enfant » qui va recréer un environnement spécifique, avec des réglages adaptés (navigation protégée, achats interdits sur les stores, applications désactivées, avec ou sans messagerie, etc.).

Les outils déjà installés sur le smartphone

Sur iOS

Sur un iPhone, vous pouvez fixer une limite de temps d’écran et de consultation de catégories d’applications – réseaux sociaux, jeux, etc. –, ou bien interdire des accès (App Store, musique, sites web). Cet outil se nomme Temps d’écran, il est paramétrable dans les réglages. Vous pourrez choisir les contacts ou la liste des applications autorisées et bloquer le smartphone ou le restreindre par périodes (la nuit, pendant les cours et le temps des devoirs, par exemple). Pour empêcher quiconque de modifier les réglages, Temps d’écran propose de définir un code parent. À tout moment, vous pouvez accorder du temps supplémentaire et recevrez un rapport d’activité en temps réel.

Sur Android

Les dernières mises à jour d’Android présentent le même tableau de bord avec la possibilité de minuter l’utilisation pour limiter le temps d’écran. Allez dans le Google Play Store pour activer le contrôle parental. En haut à gauche, rendez-vous dans Menu, Paramètres, puis Contrôle parental pour l’activer. Vous pourrez alors créer un code et définir le type de contenu que vous souhaitez filtrer ou les limitations que vous voulez fixer.

« Ne confondez pas protection et sanction ! »

L'avis de Justine Atlan, directrice générale de l'association e-Enfance. 

Pour bien choisir un logiciel de contrôle parental, il faut faire attention à ce qu’il puisse être personnalisable selon vos besoins et l’âge de l’enfant, qu’il soit aussi facile à utiliser et pas trop complexe. La qualité du filtrage d’internet, les sites que vous pouvez autoriser ou bloquer, est un point important. Il est essentiel pour un jeune utilisateur que l’expérience qu’on lui propose avec les applications et la navigation sur internet ait l’air normale. Il ne faut surtout pas que le contrôle parental provoque de la frustration chez l’enfant. Cette protection ne doit pas être perçue comme une sanction.

Les services prévus par les opérateurs

Depuis une quinzaine d’années, les opérateurs télécoms doivent proposer une solution gratuite de contrôle parental avec leurs forfaits. Ce sont de bons compromis car ils permettent de disposer des contrôles de base sur mobile en 4G ou 5G et parfois en Wi-Fi, souvent en fonction de l’âge de l’utilisateur. Vous pouvez surveiller le temps d’écran de votre enfant, verrouiller l’accès à certains sites ou définir une liste de contenus autorisés.

Free Angel permet notamment d’interdire le téléchargement de contenus ou d’applications, ou encore d’accéder à l’historique de recherche.

Orange propose également de bloquer les appels en vidéo ou les appels vers des numéros surtaxés.

SFR présente un service personnalisé à installer sur le smartphone du parent (car les jeunes enfants l’utilisent souvent), de l'enfant ou de l’adolescent. Il permettra de filtrer internet, contrôler les applications, les plages horaires, bloquer les accès au moment de passer à table ou bien les achats et téléchargements en ligne.

Un service Google pour tous les smartphones 

Google a conçu Family Link, un service qui permet de gérer à distance le téléphone de l’enfant, de surveiller le temps d’usage et de fixer des limites de fonctionnement. Il faut installer l’application sur le smartphone de l’enfant et sur le vôtre. Chacun doit disposer d’un compte Google au sein d’un groupe familial. Depuis un appareil iOS, Android ou sur la version web de Family Link, le parent peut également définir le temps d’écran, approuver des téléchargements, verrouiller l’appareil si besoin, définir les limites d’utilisation et même localiser l’enfant.

Les applications payantes

Xooloo

C’est sans doute l’application la plus complète. Elle se décline en trois versions : Xooloo Parents pour superviser l’activité, Xooloo Kids pour les enfants et Xooloo Digital Coach pour le smartphone de l’ado. Ce dernier va recevoir des notifications sur le temps qu’il consacre à son téléphone et ce qu’il y fait. L’idée n’est pas de le « fliquer », mais de lui faire comprendre qu’il peut modifier son rapport au smartphone. Car il pourra se comparer à d’autres utilisateurs de son âge. Le « coach » va l’aider à fixer des objectifs et le motiver pour qu’il réduise son temps d’écran. Xooloo Kids est à installer sur l’appareil prêté à un enfant. En un clic, il est configuré pour un usage sans risque pour lui et pour les données de l’adulte. Xooloo Parents permet de configurer le navigateur pour protéger l’enfant de contenus inappropriés ou malveillants. Un rapport d’utilisation est également disponible et les parents peuvent être tenus informés en temps réel de l’activité de leur enfant grâce à l’application.

4Teens

L’application reprend les grands principes du contrôle parental (fixer les plages horaires d’utilisation, applications autorisées, etc.). Mais son utilisation repose sur l’échange entre parents et enfants autour de la question du temps d’écran. Ce sont les enfants qui vont réguler leur consommation d’écran et se responsabiliser. L’application propose un agenda partagé pour organiser ensemble le temps d’écran, les moments durant lesquels le smartphone est limité aux fonctions essentielles (contacts, SMS, applications). Les parents peuvent, quant à eux, activer un filtre de contenus pour protéger l’enfant.

Kids Place 

Il transforme l’écran d’accueil d’une tablette ou d’un smartphone Android en environnement sécurisé et consacré à l’enfant. Certaines applications adaptées sont disponibles. Elles ont été préalablement validées par les parents. Un lecteur vidéo et un navigateur internet filtrés sont disponibles. Tout est configurable avant. Un mot de passe permet de sortir du mode enfant pour revenir à un usage plus classique.

Kapersky Safe Kids

Spécialiste de la cybersécurité, Kapersky propose Safe Kids, une interface avec des applications pour enfants, sans accès aux autres. Vous pourrez choisir lesdites applications dans une liste restreinte. Les services payants sont bloqués (appels surtaxés, téléchargement sur les boutiques d’applications, etc.). Un filtrage par âge est également proposé. La version de base est gratuite, avec des options limitées mais qui peuvent néanmoins être suffisantes.

© DF

Des sites pour s'informer et prendre conseil

E-Enfance.org : l’association fournit une mine d’informations sur la protection des mineurs sur internet, afin de les sensibiliser et de les aider à appréhender les nouvelles technologies. C’est aussi un soutien pour les parents qui peuvent être accompagnés et conseillés quant aux usages de leurs enfants. Le numéro vert Net Écoute (0 800 200 000) traite spécialement des problèmes que rencontrent les enfants et les adolescents. Il peut également aider les parents dans la gestion du contrôle parental, que ce soit pour le choix d’un bon logiciel ou de son installation.

Pedagojeux.fr : le collectif, permet de s’informer sur les bonnes pratiques du jeu vidéo en proposant des ressources pédagogiques, des conseils et explications aux parents, ou en abordant les sujets sensibles, comme l’addiction, le temps de jeu ou l’impact psychologique sur l’enfant. Il vous également renseignera sur le système de classification par âge PEGI, dont le logo apparaît sur les emballages des jeux vidéos et qui indique les classes d’âge conseillées (3 ans, 7 ans, 12 ans, 16 ans et 18 ans).

Un œil sur les consoles

Pour chaque console, il existe une application gratuite pour protéger les jeunes d’une utilisation excessive. Xbox Familly Settings permet, pour chacun de vos enfants, de définir, par profil, un emploi du temps, de paramétrer les accès aux tchats et de filtrer les contenus. Un rapport d’activité vous est envoyé quotidiennement ou hebdomadairement. Playstation App propose de paramétrer les temps et horaires de jeu, leur accès par âge, la participation aux tchats et de bloquer les achats. L’application de contrôle parental Nintendo Switch vous permet de mettre un code, d’autoriser les jeux par âge, de restreindre l’accès aux tchats, à la boutique, etc. Un tableau de bord permet de suivre l’activité de l’enfant. Un rapport mensuel vous est envoyé : un bon support pour discuter avec vos enfants et faire le point avec eux sur leurs usages.

 

A lire aussi