Les assistantes maternelles s’opposent à l’obligation de disposer d’un profil en ligne

Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2020 prévoit cette réforme, contre laquelle ces professionnelles agréées étaient appelées à faire grève mardi.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
Les assistantes maternelles sont des professionnelles agréées.
Les assistantes maternelles sont des professionnelles agréées. © auremar

Les assistantes maternelles étaient appelées à faire grève mardi 19 novembre, pour protester contre l’article 49 du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2020, qui leur impose de disposer d’un profil public en ligne.

Le texte oblige certains établissements et services accueillant des enfants de moins de 6 ans à communiquer par « voie électronique leurs disponibilités d’accueil à la Caisse nationale des allocations familiales ».

Un décret doit fixer les conditions dans lesquelles les assistantes maternelles respecteront leurs « obligations de déclaration et d’information, notamment relatives à leurs disponibilités d’accueil ».

L’entrée en vigueur de la mesure est prévue le 1er juillet 2020.

Risque pour « la sécurité »

Laurence Joly, co-fondatrice du collectif des Assistants maternels en colère/« Gilets roses », qui appelait à la cessation du travail avec les fédérations CGT et FO, a dénoncé auprès de France Info le dispositif prévu. 

En matière « de protection des données personnelles, c’est contraire à ce qu’on entend tous les jours », a-t-elle expliqué dans une interview publiée mardi.

« Il y a aussi la question de la sécurité : avec cette obligation de transparence, tout le monde saura quand vous êtes à la maison avec des enfants, quand vous y êtes sans… N’oubliez pas qu’on travaille chez nous, ce qui nous rend déjà plus vulnérables », a précisé Laurence Joly.

Les professionnelles ne disposant pas de profil perdront leur agrément et ne pourront donc plus exercer, s’inquiète la porte-parole.

Un projet de loi encore à fixer

Après son adoption par l’Assemblée nationale le 29 octobre, le PLFSS a été rejeté par le Sénat le 14 novembre. Une commission mixte paritaire doit trouver un accord sur un texte susceptible de convenir aux deux assemblées.

df
Timour Aggiouri
Publié le

Partager cet article :