Les solutions contre le décrochage scolaire

4 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Un enfant tourne le dos à l'école
© Fuzznails / Istock

Les écoles de la 2e chance

Partout en France, elles offrent des parcours personnalisés à leurs stagiaires afin qu’ils intègrent une formation qualifiante ou définissent leur projet professionnel. Au programme, des savoirs scolaires,
comme le français ou les mathématiques, de l’informatique et du sport. Les formations se déroulent en alternance, et des stages sont effectués dans des entreprises locales, pour choisir son métier. Les cursus durent de quatre à dix-huit mois et s’adaptent aux besoins des jeunes. Ceux-ci sont considérés, le temps de leur parcours, comme des stagiaires de la formation professionnelle. À ce titre, ils sont rémunérés à hauteur de 300 euros par mois et bénéficient d’une protection sociale.
À qui s'adressent ces écoles ? Les jeunes de 16 à 25 ans qui ont quitté le système scolaire depuis au moins un an et n’ont ni diplôme ni emploi. Le premier critère de sélection est la motivation. Ce qui peut surprendre, commente Pierre-Yves Bernard, enseignant chercheur à l’université de Nantes : « L’amotivation est justement, souvent, la cause de l’échec scolaire et de la perte de sens de la formation. Donc, il faut convaincre, dans un accompagnement sur mesure, des bienfaits d’un rattrapage scolaire, alors que les décrocheurs demandent avant tout un emploi. »
Quelles démarches pour s'inscrire ? Le mieux est de s’adresser, tout au long de l’année, à l’établissement le plus proche du domicile, ou de passer par la mission locale ou Pôle emploi. Ensuite, une formation collective doit être suivie, elle-même prolongée par un entretien.

L’Établissement pour l’insertion dans l’emploi

L’Epide compte dix-neuf centres en France. L’éducation à la citoyenneté est au cœur de son enseignement, « un enseignement particulièrement adapté aux jeunes qui apprécient d’être très encadrés », souligne Aurélien Douchin, directeur de la mission locale Nord-Atlantique. Les volontaires expérimentent l’internat, d’inspiration militaire, et ils portent un uniforme. Avant l’acquisition de savoirs scolaires, l’Epide propose surtout un savoir-être et une socialisation par la vie en collectivité. Les élèves y passent huit mois en moyenne.
À qui s'adressent ces centres ? Les jeunes adultes de 18 à 25 ans sans diplôme.
Quelles démarches pour s'inscrire ? Le dossier de candidature à remplir est disponible sur le site Epide.fr.

Le service civique volontaire

Il dure entre six et douze mois et peut aider tout jeune à reprendre confiance en lui en se rendant utile. Neuf champs d’action s’offrent à lui, de la culture à l’éducation, en passant par le sport, l’environnement ou la solidarité. Les missions se déroulent en France ou à l’étranger au sein d’établissements publics, d’associations, de collectivités. Les jeunes sont dotés d’une protection sociale et rémunérés environ 580 euros par mois.
À qui s'adresse-t-il ? Les jeunes de 16 à 25 ans (30 ans en cas de handicap), sans condition de diplôme.
Quelles démarches pour s'inscrire ? Il convient de créer un compte sur le site Service-civique.gouv.fr
puis de remplir un dossier, avant de choisirla mission et la structure d’accueil.
À noter : les mineurs ont besoin d’une autorisation parentale et certaines missions proposées ne leur sont pas accessibles.

Le service militaire adapté

Il vise à renforcer l’employabilité des jeunes vivant outre-mer. La vie en internat et un accompagnement socio-éducatif doivent leur permettre d’acquérir des compétences professionnelles et de s’insérer socialement. Il s’agit notamment de sortir nombre d’entre eux (42 %) de l’illettrisme. Les jeunes sont accueillis pour une période de six à douze mois et peuvent découvrir divers métiers, notamment dans les services et l’hôtellerie et restauration. Ils sont indemnisés à hauteur de 340 euros par mois.
À qui s'adresse-t-il ? Les résidents des départements et territoires d’outre-mer âgés de 17 à 26 ans sans diplôme ou qui en ont un de niveau V (CAP et BEP) et  qui restent éloignés de l’emploi.
Quelles démarches pour s'inscrire ? Il faut s’adresser au centre local du Service militaire adapté (contacts sur Le-sma.com). Ensuite, les conditions médicales d’aptitude des inscrits seront vérifiées.

Le service militaire volontaire

Inspiré du service militaire adapté mais étendu au territoire national, il offre, dans un cadre militaire, un savoir-être autant qu’un rattrapage scolaire. Les jeunes peuvent y passer leur permis de conduire en même temps qu’ils découvrent des métiers et des formations professionnelles. La durée varie selon les besoins individuels.
À qui s'adresse-t-il ? Les jeunes de 18 à 25 ans.
Quelles démarches pour s'inscrire ? Il faut s’adresser à l’un des six centres de France (contacts sur Le-smv.fr).

A lire aussi