Les solutions contre le décrochage scolaire

Si Votre enfant est sorti du système scolaire sans diplôme ni perspective d’emploi, plusieurs dispositifs sont à sa disposition pour l’aider à prendre un nouveau départ.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
4mn de lecture
Un enfant tourne le dos à l'école
© Fuzznails / Istock

Partout en France, elles offrent des parcours personnalisés à leurs stagiaires afin qu’ils intègrent une formation qualifiante ou définissent leur projet professionnel. Au programme, des savoirs scolaires,
comme le français ou les mathématiques, de l’informatique et du sport. Les formations se déroulent en alternance, et des stages sont effectués dans des entreprises locales, pour choisir son métier. Les cursus durent de quatre à dix-huit mois et s’adaptent aux besoins des jeunes. Ceux-ci sont considérés, le temps de leur parcours, comme des stagiaires de la formation professionnelle. À ce titre, ils sont rémunérés à hauteur de 300 euros par mois et bénéficient d’une protection sociale.
À qui s'adressent ces écoles ? Les jeunes de 16 à 25 ans qui ont quitté le système scolaire depuis au moins un an et n’ont ni diplôme ni emploi. Le premier critère de sélection est la motivation. Ce qui peut surprendre, commente Pierre-Yves Bernard, enseignant chercheur à l’université de Nantes : « L’amotivation est justement, souvent, la cause de l’échec scolaire et de la perte de sens de la formation. Donc, il faut convaincre, dans un accompagnement sur mesure, des bienfaits d’un rattrapage scolaire, alors que les décrocheurs demandent avant tout un emploi. »
Quelles démarches pour s'inscrire ? Le mieux est de s’adresser, tout au long de l’année, à l’établissement le plus proche du domicile, ou de passer par la mission locale ou Pôle emploi. Ensuite, une formation collective doit être suivie, elle-même prolongée par un entretien.

df
Sophie Massieu
Publié le

Partager cet article :