Coronavirus : réviser son bac en ligne

La fermeture des lycées pour cause de coronavirus n’y change rien : il faut réviser le bac ! En cas de confinement, tout en suivant les cours du Cned et ceux dispensés par vos professeurs, vous avez de plus en plus recours aux applis. Et ça marche ! À condition d’être motivé, discipliné, et d’utiliser les supports les plus sérieux, faits par des pédagogues avertis. Différents formats coexistent et se complètent.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
8mn de lecture
Des ados révisent leurs cours
© Istock

De jeunes bacheliers le disent : « Grâce à vous, j’ai eu une mention au bac », « J’ai saisi en cinq minutes ce que mon prof n’arrivait pas à me faire comprendre en deux heures »... De tels témoignages, on en trouve par dizaines sur les différents supports de soutien scolaire en ligne qui se sont développés depuis dix ans.

Sur votre smartphone, votre tablette ou sur votre ordinateur, vous avez accès à une offre d’une grande richesse. Vous profitez de synthèses et de quiz sur des applis, regardez des vidéos de cours sur des chaînes YouTube et trouvez sur internet des sites très complets de révision.

Les profs restent indispensables

Si vidéos et applis sont gratuites, elles servent souvent de produits d’appel pour des accès payants aux sites internet. « Nous avons créé et mis en ligne nos premières vidéos de maths en 2012, et le succès a été immédiat », explique Bertrand Galliot, professeur de mathématiques et directeur pédagogique du site Lesbonsprofs. Si quelques enseignants ont fait la grimace à l’arrivée de ce potentiel concurrent, nombreux sont ceux qui, désormais, les recommandent et les diffusent en classe. « Nous ne voulons pas du tout nous substituer au cours ni au professeur. Notre premier conseil aux élèves est d'apprendre leurs cours, puis de réviser avec les aides en ligne », insiste Bertrand Galliot. Car il faut voir dans tous ces supports un outil pour mieux réviser, un enrichissement de ce qui s’est dit en cours ou un moyen de reprendre une leçon mal comprise.

Des sites payants pour rassurer les parents

La plupart des sites généralistes sont payants et développent en parallèle des chaînes YouTube et des applications gratuites pour se faire connaître des ados, qui n’utilisent souvent internet que sur leurs smartphones. Et ce sont surtout leurs parents qui proposent de souscrire un abonnement payant. « Certes, en surfant d’un espace gratuit à un autre, malgré les pubs à subir, un jeune pourra trouver de bons contenus. Mais avec un abonnement, il aura en plus un ensemble de services », explique Bertrand Galliot.

La version payante est très complète

William, 18 ans, en terminale S au lycée Saint-Martin à Angers (49)

Ma mère m’a pris un abonnement payant à SchoolMouv en première. Avant, je surfais sur les nombreuses applis et chaînes gratuites, comme tous mes amis, mais cela ne me suffisait plus. J’ai accès à des vidéos, des cours écrits, des fiches de synthèse, des quiz et des exercices avec leurs corrigés. Il y a aussi des annales de bac, des fiches de lecture, des biographies, des citations, des dictionnaires, des cartes, des méthodes, etc. Cela m’aide beaucoup, pour toutes les matières, quand l’explication d’un professeur n’a pas été claire ou pour structurer mes révisions, ou encore pour enrichir mes cours avec un plan et des arguments différents... Pour un contrôle, par exemple, je complète mes révisions avec leurs vidéos. La veille, je relis leurs fiches de synthèse et, au dernier moment, je fais un petit quiz... Tout ça sur mon smartphone, où je veux, quand je veux, pour un coût bien moindre qu’un prof particulier !

Les ados les adorent

Certes, tous les élèves n’ont pas besoin de ces aides, mais vous les connaissez tous. Certains d'entre vous en font un usage très épisodique, simplement pour quelques quiz, d’autres les utilisent plus intensément, jusqu’à parfois faire souscrire à la version payante à leurs parents. « Il faut reconnaître que c’est rapide, efficace, attrayant. Et puis, pour les élèves les moins studieux, c’est toujours mieux de regarder une vidéo de maths ou de faire un quiz d’histoire que de regarder une série ! », explique Aziza Sellam, rédactrice en chef adjointe du site Studyrama, spécialisé dans la formation et l’orientation. « Cela peut être également une aide précieuse pour des élèves déscolarisés ou hospitalisés », poursuit-elle. Enfin, en cette période de confinement, les lycéens inquiets se ruent sur tout ce qui peut les rassurer.

Ne zappez pas !

On peut juger qu’il s’agit encore de temps passé sur des écrans et d’une nouvelle forme de zapping intellectuel. « Pour mémoriser correctement, rien de mieux que d’écrire soi-même, rappelle Aziza Sellam. Dans l’idéal, il faudrait regarder les vidéos en prenant des notes. Mieux encore, imprimer les fiches de synthèse pour les surligner et les personnaliser. »

Un soutien scolaire complet

En effet, les sites les plus réputés vous apportent non seulement vidéos, synthèses et quiz, mais aussi cours complets, exercices interactifs, annales, biographies, programmes de révision, etc. « Cela fonctionne bien pour un enfant motivé et autonome. Pour celui qui n’a pas du tout envie de travailler, il faudra un prof particulier, et c’est bien plus cher », précise Bertrand Galliot. « Attention, comparez les sites et le rapport services/prix, car, à contenus similaires, cela peut varier du simple au triple. Et vérifiez leur expérience et leur réputation », recommande Aziza Sellam. Au besoin, demandez à faire un mois d’essai gratuit, et surtout, assurez-vous que vos notes progressent !

Notre sélection de trois leaders généralistes

Et aussi :

Sur YouTube, des tutoriels très efficaces

Certaines chaînes YouTube cumulent des millions de vues et des centaines de milliers d’abonnés. Et l’on comprend que vous soyez friands de ces cours gratuits organisés sous forme de tutos qui permettent de revenir en arrière si l’on n’a pas bien compris. « Des études ont montré qu’en classe, un élève n’est pas concentré plus de dix minutes, explique Bertrand Galliot. Nos vidéos sont donc des cours découpés en chapitres qui excèdent rarement six minutes. Avec, au bout, la satisfaction d’avoir compris. »

« Il faut savoir faire le tri dans ce que l’on trouve sur les chaînes YouTube, recommande de son côté Aziza Sellam. Une influenceuse de mode qui donne ses trucs pour bien réviser comme le ferait une copine, c’est sympa, mais pour des révisions sérieuses et structurées, appuyez-vous sur des chaînes qui sont écrites par des experts et des professeurs. »

Certaines d’entre elles jouent sur les codes propres aux vidéos YouTube — accélérations, GIF, onomatopées, etc. —, d’autres sont en motion design, beaucoup, enfin, déroulent leurs cours sur un tableau, comme en classe. Libre à chacun de choisir le ton qu’il préfère, tant que le contenu est de qualité.

Notre sélection de tutos

Généralistes : Lesbonsprofs, Leprofduweb, SchoolMouv

Maths, physique, SVT : Yvan MonkaMathrix, DirtyBiology

Réviser n’importe où avec une appli

Réviser son bac à partir d’une application n’est bien sûr qu’un simple complément. Si l’on y trouve des fiches de synthèse et même de véritables cours, le smartphone est particulièrement adapté aux quiz dont les ados (et leurs parents) sont fans. C’est très bien pour de petites révisions ludiques de dernière minute, car on peut les utiliser n’importe où. « Mais attention, lorsqu’on révise sur son téléphone, on prend le risque d’être sans arrêt déconcentré par ses notifications Instagram, Snapchat, WhatsApp ou autres. Autant les déconnecter avant », prévient Aziza Sellam. Pour Bertrand Galliot, « quelque support que ce soit, plus l’élève s’entraîne, plus nous sommes contents ». Et si les notes suivent, c’est encore mieux.

Notre sélection d’applis

Maths : Kwyk, Photomath

Langues : Quizlet, Duolingo

Pour bien comprendre, il faut apprendre étape par étape

Filipi Cabalzar, cocréateur de la chaîne YouTube et de la plateforme Mathrix.fr.

J’ai créé Mathrix, il y a quatre ans, avec un ami de l’École polytechnique de Lausanne. Lorsque j’étais étudiant, j’ai donné des centaines de cours particuliers. Je me répétais beaucoup, et j’ai donc eu l’idée de filmer mes meilleurs cours. Les chapitres sont divisés en plusieurs vidéos. J’y alterne des cours et des exercices en insistant sur les passages où mes élèves bloquaient et en prenant des exemples concrets, dans un langage très direct. Cela permet à l’élève de bien comprendre, et de reprendre confiance pour la suite. Aujourd’hui, Mathrix compte plus de 400 000 abonnés sur YouTube et je suis très fier de recevoir des témoignages de jeunes, mais aussi d’enseignants. J’ai commencé par les mathématiques, puis je me suis entouré d’une équipe de professeurs pour dispenser des cours de physique-chimie, SVT, techno, sciences de l’ingénieur, histoire, etc. Au moment du baccalauréat, nous proposons des révisions dans des « live » très suivis. Et Mathrix a encore plein de projets, en particulier pour l’après-bac.

df
Marianne Leclère
Publié le

Partager cet article :