Grève à l’école le 20 janvier : votre enfant peut bénéficier d’un accueil gratuit

4 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Enfants, père, rue, Villiers-sur-Marne, matin
© Aline Morcillo/Hans Lucas via Reuters Connect

De nombreux enseignants ont prévu de faire de nouveau grève jeudi 20 janvier, à l'appel des syndicats Snes-FSU*, CGT, FO, Sud-Solidaires, de la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) et des syndicats lycéens, pour protester contre la gestion par le ministère de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer de la crise sanitaire due à la pandémie de Covid-19.

Jeudi 13 janvier, les trois quarts des enseignants du premier degré avaient déjà cessé le travail, tandis que la moitié des écoles étaient fermées, affirme le SNUipp-FSU, premier syndicat d’enseignants de l’enseignement primaire.

Une nouvelle grève le jeudi 20 janvier

Les organisations appelant à la grève ne souhaitent pas la fermeture des établissements scolaires, « elles veulent une école qui protège enfants, parents et personnels et qui puisse tenir », justifie le SNUipp-FSU dans un texte destiné aux parents d’élèves. Elles réclament « le retour à la règle claire » imposant une fermeture de classe en présence d’un cas positif, pour « ralentir la diffusion du virus » et rétablir « une égalité entre élèves », précise le syndicat.

La FCPE demande sur son site aux parents de « ne pas envoyer leurs enfants à l’école ». Pourtant, un service d'accueil doit y être proposé, à certaines conditions. Explications. 

Un service d'accueil de la maternelle au CM2

Malgré la cessation du travail des enseignants, votre enfant peut bénéficier d’un accueil gratuit, en application de règles qui figurent dans la loi du 20 août 2008 instituant un droit d’accueil pour les élèves des écoles maternelles et élémentaires pendant le temps scolaire. Ces règles ont été transcrites dans le Code de l’éducation. Elles concernent seulement les écoles maternelles et élémentaires.

Deux cas de figure : 

L’école de votre enfant compte moins de 25 % d’enseignants grévistes

Le rectorat est tenu d’organiser, dans l'établissement, l’accueil des enfants avec les enseignants de l’école qui ne font pas grève, si l’établissement compte moins, selon le site officiel Service public.

L’école de votre enfant compte plus de 25 % d’enseignants grévistes

La commune de l’établissement doit mettre en place un service d’accueil (article L. 133-4 alinéa 4 du Code de l’éducation). Il est assuré par des personnes figurant sur une liste établie par le maire de la commune, l’élu ayant dû veiller à ce qu’elles possèdent les qualités nécessaires pour accueillir et encadrer des enfants (article L. 133-7 alinéa 1er du Code de l’éducation).

Cette liste a été transmise à l’autorité académique, qui doit s’assurer que les personnes, préalablement informées de la vérification, sont absentes du fichier judiciaire national automatisé des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes (article L. 133-7 alinéa 2).

Ce document a en outre été communiqué pour information aux représentants des parents d’élèves au conseil d’école.

Un service d'accueil difficile à mettre en place

En raison du niveau important de la grève et de la situation de l’épidémie, de nombreuses communes n'ont pas pu proposer un service d’accueil le 13 janvier. Lille, ou encore des municipalités situées dans le Loiret ou dans l’Hérault, n'ont pu proposer ce service qu'à des parents jugés « prioritaires, comme les personnels de santé ».

À Caen, le service était un peu plus ouvert. « Compte tenu du contexte sanitaire et des difficultés d’organisation de cet accueil, les parents sont invités à solliciter cet accueil uniquement en l’absence de solution de garde. Une inscription préalable est indispensable », a précisé la mairie, citée par Ouest-France.

La mairie de Nîmes a pu proposer un service d’accueil, entre 7 heures 30 et 18 heures, aux parents qui travaillent, a fait savoir France Bleu Gard Lozère.

Que faire si le service d’accueil est absent ou restreint ?

Si vous ne pouvez pas faire garder votre enfant jeudi 20 janvier, vous pouvez donc entrer en contact avec les représentants des parents d'élèves ou la mairie de votre commune, afin de connaître les disponibilités et l'éligibilité de votre enfant. 

Si vous ne pouvez pas bénéficier d'un service d'accueil, il vous reste le système D. Il n'existe, en effet, pas de droit imposable à votre employeur pour garder votre enfant chez vous. Privilégiez donc le dialogue avec votre employeur : il pourra vous proposer de télétravailler si cela est possible, de poser un congé (RTT, congé payé) ou de récupérer vos heures plus tard. 

Si un délai de prévenance est habituellement nécessaire, la situation impose de se montrer souple, de par et d'autre. 

* Syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et professeurs d’enseignement général de collège, affilié à la Fédération syndicale unitaire.

A lire aussi