Divorce : puis-je commettre un adultère pour me venger d'un conjoint volage ?

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© fizkes - iStock

Tout dépend de votre situation. Mais c’est possible. En témoigne cet arrêt de la Cour de cassation (1re chambre civile, 11 avril 2018, n° 17-17.575) relatif au cas d’un adultère en réplique à l’infidélité du conjoint. Dans cette affaire, un époux avait quitté le domicile conjugal pour rejoindre une femme. Un mois après son départ, son épouse s’était inscrite sur des sites de rencontres. Trois mois plus tard, elle s’installait avec son nouveau compagnon, tout en pensant que seul son mari portait la responsabilité de la rupture de leur mariage. La Cour de cassation a estimé l’existence de torts partagés.

Dans tous les cas, quiconque a un comportement fautif à reprocher à son conjoint peut envisager un divorce pour faute. Cependant, pour engager une telle procédure, il convient de prouver une violation grave ou renouvelée des devoirs et obligations du mariage qui rend impossible la poursuite de la vie commune (infidélité, abandon du domicile conjugal, violence physique ou morale, etc.).

Chaque juge a sa liberté d'appréciation

Il n’existe pas de liste exhaustive de faits constitutifs d’une faute. D’autant que, selon le contexte et le vécu familial, certains comportements seront qualifiés par les juges de fautifs dans un couple et pas dans un autre. La liberté d’appréciation de la faute par le juge est entière.

Divorce aux torts exclusifs de l’un des conjoints ou divorce aux torts partagés, tout dépend aussi de l’appréciation du juge. La faute peut être prouvée par tout moyen, en respectant toutefois quelques principes (respect de la vie privée, du domicile, absence de fraude, de menaces ou de violence, etc.). Même si le juge peut recevoir d’autres modes de preuves, les fautes sont généralement établies au moyen de témoignages, constats, aveux, écrits en tout genre. De plus en plus d’informations publiées sur les réseaux sociaux sont utilisées (des pages imprimées depuis Facebook, par exemple).

Avant d’envisager un divorce pour faute, il faut prendre rendez-vous avec un avocat. Selon votre situation, et au regard de la jurisprudence, il saura utilement vous conseiller.

Astuces

A lire aussi