Téléassistance : quel service, quel matériel utiliser  ?

Épidémie de Covid et maisons de retraite ne font pas bon ménage. Pour repousser le plus possible une entrée en Ehpad, les services de téléassistance déploient de plus en plus de services. Mais à quel prix, pour quels usages ? 

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
10mn de lecture
© Prostock-Studio

Un besoin d’aide chez soi, comme en dehors de son domicile

Sept jours sur sept, 24 heures sur 24, en cas de chute, de malaise, de crise d’angoisse ou d’une simple envie de parler pour être rassuré, vous êtes mis en relation en quelques secondes avec un centre de téléassistance. Inutile de composer un numéro sur un téléphone, il suffit d’appuyer sur le bouton d’un bracelet que vous portez en permanence sur vous, voire de tirer sur la cordelette d’un boîtier installé dans votre salle de bains. Vous parlez à un téléopérateur, spécialement formé, qui analyse votre appel. Selon les circonstances, il prévient un proche (famille, voisin…) en possession de vos clés et que vous avez désigné au moment de souscrire votre abonnement. Il peut aussi avertir votre médecin traitant, déclaré dans le contrat ou, dans les cas plus graves, le Samu, les pompiers, voire la police ou la gendarmerie.

600 000 personnes en France font confiance à une société de téléassistance.

Les services de téléassistance vous suivent aussi hors de votre domicile puisque les prestataires proposent un système d’alarme à partir d’un téléphone mobile ou d’une montre munie d’un traceur GPS pour vous géolocaliser. On parle alors d’assistance mobile. En cas de problème, par exemple lors de vos courses près de chez vous, dans les transports ou si vous êtes en voyage à l’autre bout de la France, vous déclenchez l’alarme en appuyant sur le bouton SOS du dispositif.

Bon à savoir : certains prestataires prévoient un appel de courtoisie hebdomadaire, afin de prendre de vos nouvelles.

Des équipements basiques et simples d’utilisation

Les équipements sont toujours très simples d’utilisation, même s’ils se sont adaptés aux nouvelles technologies, notamment à la téléphonie mobile.

• Le déclencheur est situé dans le téléphone mobile (un téléphone spécial senior Doro, par exemple), dans une montre GPS ou dans le dispositif d’alerte porté en permanence sur vous, comme un bracelet, une montre, un pendentif ou un porte-clés, contenant un miniboîtier léger alimenté par une pile et actionné par un bouton unique.

Certains incluent un détecteur de chute lourde suivie d’un état d’inconscience. Pas de réponse de l’abonné dans les 20 secondes suivant la chute ? Le chargé d’écoute envoie alors les secours.

2 000 000 : C’est le nombre de chutes accidentelles enregistrées chaque année en France. Près de 12 000 personnes en décèdent. Les chutes sont la première cause de mortalité chez les plus de 65 ans. (Source : Agirc-Arrco)

Le matériel, excepté le téléphone mobile, ne craint pas l’eau et vous le gardez donc sous la douche, dans un bain, une piscine. Dès que vous appuyez sur le bouton du déclencheur, un signal radio est envoyé au transmetteur. La portée de ce signal est d’une centaine de mètres, selon la configuration de votre logement et l’épaisseur des murs. Le signal fonctionne également dans votre jardin.

• Le transmetteur pour la téléassistance à domicile est relié à une prise téléphonique fixe et à une prise de courant. Il est doté d’un micro très sensible et d’un haut-parleur puissant. Vous pouvez ainsi dialoguer avec la centrale d’écoute, en mode mains libres, sans décrocher votre combiné. Si vous n’avez plus de ligne téléphonique classique, vous pouvez tout de même bénéficier de la téléassistance à domicile grâce au branchement sur une prise électrique d’un transmetteur contenant une carte SIM. Vous êtes alors relié à l’opérateur de téléphonie mobile, le plus disponible là où vous habitez, sans y être abonné.

• Des détecteurs de fumée peuvent être reliés directement au centre d’assistance qui, en cas de fumée, prévient les pompiers.

• Des capteurs de température du logement, des capteurs de mouvements, afin de vérifier si vous avez ouvert la porte de votre chambre, du réfrigérateur…, ou des capteurs branchés sur le compteur d’eau permettent une vigilance accrue par la société de téléassistance et/ou les proches aidants et une intervention en cas d’inactivité pendant un temps déterminé. Vos proches aidants peuvent obtenir la liste de vos mouvements dans votre logement sur une application de leur smartphone ou sur internet. Par exemple, à 9 heures, utilisation de l’eau ; à 11 heures, ouverture de la porte d’entrée, etc.

• Une boîte à clés dotée d’un blindage anti-effraction et ouvrable avec un code, installée à l’extérieur du logement, dans un endroit discret, permet d’accéder aux clés à tout moment, en toute sécurité.

Bon à savoir : les centres de téléassistance surveillent à distance le bon fonctionnement des équipements et changent les batteries donnant des signes de faiblesse ou le matériel en panne.

Pour les personnes âgées, mais pas seulement

Prévue au départ pour les solutions d’urgence, la téléalarme – rebaptisée téléassistance – concerne encore majoritairement les personnes âgées ou handicapées qui vivent chez elles. Mais elle s’adresse aussi aux anxieux vivant dans un lieu isolé, aux personnes hospitalisées à domicile, aux convalescents sortant d’une lourde opération, aux couples dont l’un des membres perd ses repères, aux enfants laissés sans surveillance ponctuellement, aux femmes enceintes isolées qui craignent d’accoucher seules…

Quel prestataire et quel abonnement choisir ?

Il existe des initiatives semi-publiques (La Poste) ou publiques (des centres d’actions sociales de certaines mairies), des offres d’associations intervenant dans le secteur de l’aide à domicile (Filien), de services de compagnies d’assurances, de mutuelles créant leur propre enseigne (Nexecur, filiale du Crédit Agricole).

Bon à savoir : l’installation à domicile d’un transmetteur peut être faite par vous-même ou par un proche, grâce aux conseils téléphoniques gratuits d’un opérateur de la société de téléassistance. Sinon, l’intervention sur place d’un technicien est payante (entre 20 et 50 euros). Procédez à différents essais dans toutes les pièces de votre logement, y compris dans votre jardin ou les dépendances, cave, garage, etc.

« Posez-vous les bonnes questions ! »

L'avis d'Arnaud Faucon, secrétaire national de l’association de consommateurs Indecos-CGT

Avant de vous décider pour telle société plutôt que telle autre, comparez les coûts des abonnements (avec ou sans communications, SMS, MMS pour l’assistance mobile), des équipements (achetés ou loués) et des options. Assurez-vous que le dispositif préconisé est adapté. En effet, inutile de proposer la téléassistance par téléphone portable à une personne très âgée qui n’a jamais eu de portable. Mieux vaut se contenter d’une assistance avec bracelet, dans ce cas. Tablez sur une dépense d’au moins 20 euros par mois (voir tableau page 64). Souvenez-vous que toutes les communications téléphoniques passées par le système de téléassistance restent à votre charge au tarif habituel de votre opérateur téléphonique. Demandez si le personnel répondant aux appels est en contact avec un plateau médicalisé. Renseignez-vous sur la façon dont le matériel est périodiquement contrôlé (pour l’usure des piles, notamment). Vérifiez la durée de votre engagement (au mois ou à l’année, reconductible tacitement), sle mode de résiliation (à tout moment ou après un an). Enfin, en plus du tarif mensuel, contrôlez le montant des frais de mise en service.

Sur quelles aides financières compter ?

Les services de téléassistance sont éligibles au crédit d’impôt de 50 %. Concrètement, si, sur une année, vous dépensez 600 euros de services de téléassistance, vous serez remboursé de la moitié. Le service ne vous reviendra donc qu’à 300 euros. Attention, vous ne devez pas dépasser l’enveloppe de 12 000 euros (13 500 euros pour un couple) de dépenses allouées annuellement pour les emplois à domicile (femme de ménage, jardinier, assistante de vie…).

Si vous êtes bénéficiaire de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), la téléassistance peut être intégrée dans le plan d’aide et faire l’objet d’une prise en charge.

Le conseil départemental, la commune dont vous dépendez et son service d’action sociale peuvent participer financièrement à votre abonnement. Il s’agit soit d’offres limitées dans le temps, par exemple pendant la période d’été, quand le risque de canicule est fort, ou réservées aux seuls bénéficiaires de l’APA, de l’aide-ménagère, de l’aide sociale ou de la prestation de compensation du handicap (PCH), ex-allocation compensatrice pour tierce personne (ACTP) encore versée à certains. Renseignez-vous auprès de votre centre communal.

Certaines caisses de retraite et mutuelles complémentaires peuvent prendre en charge tout ou partie de l’abonnement sous certaines conditions. Ce serait dommage de ne pas en profiter. Renseignez-vous !

Bon à savoir : lorsque les abonnements se renouvellent chaque mois, on peut y rester abonné un ou trois mois seulement comme y mettre fin à tout moment. Le temps, par exemple, pour des enfants de partir en vacances l’esprit serein s’ils laissent leurs parents fragiles seuls chez eux.

Téléassistance : les prix pour une personne

Sociétés de téléassistanceCoût installation + abonnement téléassistance à domicile + location du matériel (prix à partir de…)Coût achat matériel + abonnement téléassistance mobile, (prix à partir de…)Exemples de services complémentaires, en abonnement ou à l’achat (prix à partir de…)
Blulinéa Bouton d’appel 24 h/24 • Installation : 49 € • Abonnement : 25 €/mois

Blue Phone • 99 € achat téléphone simple + 23 €/mois

Ou 149 € achat smartphone + abonnement 39 €

• Détecteur de chute : 5 €/mois • Détecteur de fumée : 5 €/mois • Boîte à clés : 5 €/mois • Option réconfort, un appel/semaine : 10 €/mois
Filien (Réseau Aide à domicile en milieu rural – ADMR)Filien initiale • Installation : 25 € • Abonnement : 25 €/mois, y compris déclencheur additionnel et détecteur de chuteFilien Secure • Abonnement : 36 €/mois avec téléphone mobile simple• Détecteur de chute : 8 €/mois • Détecteur de fumée : 3 €/mois • Capteurs d’activité (Box Noviacare comprenant aussi téléassistance) : 49,50 €/mois
La PosteVeiller sur mes parents Installation : 19,90 € • Abonnement : 19,90 €/moisNon disponibleVisite à domicile du facteur : à partir de 19,90 €/mois (1 visite par semaine) jusqu’à 112,40 € (6 visites par semaine)
Nexecur (Crédit Agricole)Sérénité Box • Installation : 40 € • Abonnement : 26 €/mois (+ 2,50 €/mois déclencheur additionnel)Liberté Box • Abonnement : 39,90 €/mois avec téléphone mobile simple • 49,90 €/mois avec smartphone

• Détecteur de chute : 3 €/mois • Détecteur de fumée : 3 €/mois • Appel de courtoisie chaque semaine : 4 €/mois

• Achat boîte à clés : 53,50 € ou location : 3 €/mois

Présence Verte (Mutualité sociale agricole – MSA)Activ’zen • Installation : 40 € • Abonnement : 20 €/moisActiv’mobil • Abonnement : 20 €/mois avec téléphone mobile simple ou smartphoneDétecteur de chute : 3 €/mois • Détecteur de fumée : 3 €/mois • Convivialité (plateforme pour discuter avec chargé d’écoute) : 1 €/mois
Vitaris (filiale du groupe britannique Tunstall)Initiale • Installation : 49,90 € • Abonnement : 24,90 €/mois (+ 2,50 €/mois pour un déclencheur additionnel)Libr’Alerte  • Achat téléphone simple : 99 € (ou montre connectée : 34,90 €)  + abonnement : 29,90 €/moisDétecteur chute : 6 €/mois • Suivi consommation eau : 24,90 €/mois • Achat boîte à clés : 59,90 €

Partager cet article :