Vous recherchez une procédure de divorce rapide et peu coûteuse

Vous recherchez une procédure de divorce rapide et peu coûteuse
Sur l’ensemble des divorces, 56 % se font par consentement mutuel. - © vchalup

Vous aspirez à un divorce vite fait, bien fait. Et s’il pouvait vous coûter le moins possible, ce serait parfait. Conseils de Stéphane Valory, avocat, auteur de « Divorce. 25 questions-réponses pour agir », éditions Soubeyran, 2018.

Vous êtes en parfait accord avec votre conjoint

Vous êtes d’accord pour divorcer ainsi que sur toutes les conséquences du divorce.

Solution : optez pour le divorce par consentement mutuel sans juge.

Durée du divorce : comptez de quelques semaines à quelques mois. En réalité, c’est vous qui maîtrisez le timing de votre divorce. Chaque époux rencontre son avocat, puis un rendez-vous à quatre est organisé. S’il est suffisant pour aboutir à tous les points d’accord, les avocats rédigent la convention de divorce et vous l’envoient. Sinon, d’autres rencontres sont prévues. Puis la convention est signée par tous, ensemble, et enregistrée par un notaire.

Coût : au minimum 1 200 euros chacun, davantage dans les grandes villes et selon 
la complexité du divorce. Attention : partager le même avocat n’est plus autorisé.

Conseils de l’expert : entamez les discussions avec le conjoint dès la rupture, car ce divorce suppose d’être d’accord sur tout : résidence des enfants, pension alimentaire, prestation compensatoire, partage des biens, etc.


Prenez rapidement rendez-vous avec un avocat en recourant au bouche-à-oreille ; ne cédez pas aux sirènes des honoraires à prix cassés sur internet, vous risqueriez de le regretter sauf pour des cas très simples : mariage récent, aucun bien en commun, pas d’enfant.


Commencez à vendre les biens qu’aucun des deux ne veut ou ne peut conserver (voiture, logement, etc.).

Des désaccords persistent

Vous êtes d’accord sur le principe du divorce, mais pas sur toutes ses conséquences.


Solution : identifiez vos désaccords (évaluation des biens immobiliers, refus de prestation compensatoire, mode de garde des enfants, etc.) et envisagez le recours à un médiateur familial. Avec son aide, vous tenterez d’évacuer les rancœurs liées à la rupture, afin de trouver un accord dans votre intérêt et dans celui des enfants.

Durée du divorce : aux étapes du divorce sans juge (voir plus haut), ajoutez trois ou quatre séances de médiation familiale 
d’une heure trente à deux heures.

Coût : avec les honoraires de votre avocat, comptez le prix de la médiation familiale. 
Les séances coûtent entre 2 et 131 euros à chaque époux selon ses revenus.

Un annuaire des médiateurs familiaux est disponible sur Mediation-familiale.org.

Conseils de l’expert : si vous souhaitez confier votre divorce à un avocat avec qui vous vous sentez en confiance mais que ses honoraires sont trop élevés, vous pouvez lui demander de les modérer. Il a l’obligation de tenir compte de votre situation financière.

Votre conjoint
 ne veut pas divorcer

Il n’entend pas vous donner satisfaction par fierté, amour, conviction religieuse...


Solution : optez pour un divorce pour altération définitive du lien conjugal.

Cette procédure permet de divorcer sans l’accord de votre conjoint.


Durée du divorce : c’est une procédure longue, mais vous serez rapidement autorisé par le juge à résider séparément et vous obtiendrez le divorce automatiquement, après deux ans de cessation de la vie commune. En pratique, votre avocat dépose immédiatement une requête en divorce, puis le juge rend une ordonnance de non-conciliation et, après deux ans de séparation, votre avocat assigne votre conjoint en divorce.

Coût : votre avocat facturera des honoraires forfaitaires un peu plus élevés pour cette procédure que pour un divorce par consentement mutuel. Dans tous les cas, signez dès le départ une convention d’honoraires. Elle est obligatoire.

Conseils de l’expert : si vous ne résidez plus avec votre conjoint mais que vous n’entamez pas de procédure de divorce – on parle de séparation de fait –, ménagez-vous des preuves pour acter le point de départ 
du délai de deux ans (témoignages, nouveau bail, facture d’électricité à la nouvelle adresse, etc.).

Les pièces à rassembler au plus vite

✔ Copies intégrales des actes de naissance 
des époux, des enfants et du mariage, livret de famille


✔ Copies des pièces d’identité des époux


✔ Justificatifs de revenus : ceux des activités non salariées, trois derniers bulletins de salaire, ainsi que celui du mois de décembre précédent, relevé de situation à Pôle emploi, justificatifs de prestations sociales (par exemple, RSA, allocations familiales), avis d’imposition, etc.


✔ Justificatifs de charges liées aux enfants : frais d’assistante maternelle, de crèche, de scolarité, des activités extrascolaires, etc.

✔ Autres justificatifs de charges : crédits en cours avec tableaux d’amortissement, quittances de loyer, factures d’assurance, d’électricité, taxe foncière, taxe d’habitation, etc.

✔ Liste des comptes bancaires ouverts avec les trois derniers relevés bancaires pour chaque compte


✔ Relevé de carrière et simulation des droits à la retraite

✔ Carte grise des véhicules


✔ Actes notariés (contrat de mariage, titres de propriété des biens immobiliers, donations)