Vélos électriques : ce qui devrait changer pour les aides à l’achat à partir du 15 août

Contenu ajouté à votre liste de lecture

Voir mes favoris

Contenu supprimé de votre liste de lecture

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Halfpoint

De nouveaux coups de pouce pour inciter les Français à pratiquer le vélo. Dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances rectificative pour 2022 (PLFR), les députés ont adopté, lundi 25 juillet, un amendement visant à renforcer la politique de soutien du gouvernement à l’acquisition d’un vélo à assistance électrique. En tout, 5 millions d’euros supplémentaires seront débloqués pour renforcer les aides financières existantes du 15 août au 31 décembre 2022.

Le bonus vélo à assistance électrique

Pendant cette période, les conditions pour bénéficier de l’aide de l’Etat, appelée bonus vélo à assistance électrique (VAE), seront assouplies. Il ne sera plus nécessaire d’avoir perçu une aide d’une collectivité locale pour y avoir droit. Le but est de permettre aux particuliers résidant en milieu rural ou péri-urbain d’avoir accès au bonus. Car actuellement, en dehors des agglomérations, il existe peu de dispositifs d’aide à l’achat d’un VAE. Seuls 4 % des territoires de moins de 50 000 habitants proposent une aide à l’achat, contre 100 % des 14 territoires de plus de 500 000 habitants, selon les chiffres de l’Agence pour la transition écologique (Ademe).

Outre l’assouplissement des conditions d’accès, le montant maximum du bonus sera rehaussé. Il passera de 200 à 300 euros, et pourra atteindre 400 euros pour les ménages des premiers et deuxièmes déciles (salaires net mensuel d’environ 1 350 euros par mois et moins) et les personnes en situation de handicap.

Le bonus « autres vélos »

Le bonus pour financer l’achat d’un vélo cargo électrique sera également augmenté pour les ménages aux revenus modestes et les personnes en situation de handicap. Le plafond passera de 1 000 à 2 000 euros, dans la limite de 40 % du coût d’acquisition. 

Le coup de pouce sera, par ailleurs, élargi aux vélos pliables. L’aide sera fixée à 1 000 euros dans la limite de 40 % du coût du vélo, dans les mêmes conditions de ressources que le bonus vélo (revenu fiscal de référence de l’année précédente par part inférieur ou égal à 13 489 euros).

Pour les ménages les moins favorisés, le bonus pourra exceptionnellement être ouvert aux vélos classiques, pour un montant de 150 euros par vélo. Cela représente 40 % du coût moyen d’un vélo de ville, d’après les auteurs de l’amendement.

La prime à la conversion

Enfin, la prime à la conversion, accordée pour l’achat d’un vélo à assistance électrique en échange de la mise au rebut d’un ancien véhicule diesel ou essence, sera élargie à l’achat d’un vélo par personne dans le foyer, contre un seul vélo par ménage actuellement. Son montant maximum passera de 1 500 à 3 000 euros, dans la limite de 40 % du prix d’acquisition, pour les ménages modestes et les personnes handicapées.

POUR ALLER PLUS LOIN