Faire rouler sa voiture à l'éthanol

Depuis 2017, on peut convertir légalement à l'éthanol presque tous les véhicule essence pour réaliser des économies. À 69 centimes le litre en moyenne, l'E85 (ou superéthanol), d'origine végétale, et bien tentant. 

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
5mn de lecture
Les stations services délivrant de l'E85 se sont multipliées. Il y en a aujourd'hui près de 1200.
© rcfotostock/adobestock

> Après un bref engouement en 2010, les voitures flex-fuel qui peuvent rouler à l’essence et à l’éthanol ont disparu des catalogues — seul le SUV Ford Kuga a résisté —, faute de stations-service délivrant de l’E85. Depuis, le nombre de ces dernières a triplé, et on en compte aujourd’hui près de 1200. Elles alimentent surtout des voitures essence ou hybrides essence-électrique, adaptées grâce à un kit flex-fuel. Cette transformation est légale depuis novembre 2017, à condition d’utiliser un kit de conversion de l’une de ces quatre entreprises: Flexfuel Company, Bio Motors, ARM Engineering et Borel, chacune homologuée pour certaines catégories de moteurs et puissances fiscales. Le montage s’opère dans leurs garages partenaires à des tarifs s’échelonnant de  600 euros (voitures 3 ou 4 cylindres à injection indirecte) à 1300 euros (5 à 8 cylindres à injection directe), pose comprise.

> Si votre véhicule n'est pas compatible avec le superéthanol, des risques de dégradation accélérée du moteur peuvent apparaître, notamment de certaines pièces comme le filtre ou les soupapes.

> Il est déconseillé de faire fonctionner à l'éthanol une automobile équipé d'un moteur diesel.

Une conversion vite rentabilisée

> Un moteur à l’éthanol consomme entre 15 et 20 % de plus qu’avec du sans-plomb 95 (SP95). Mais comme l’E85 coûte de 50 à 60 % moins cher, le kit de conversion est généralement amorti à 20000 ou 30000 kilomètres. «Pour moi, le retour sur frais a été rapide car je trouve facilement de l’éthanol sur mon chemin et ma voiture  consomme beaucoup, commente Frédéric qui a converti une Renault Scenic d’occasion l’an dernier. Surtout, la gratuité* de la carte grise a compensé le quart du prix du kit car je l’ai demandée après son montage.» L’amortissement est accéléré si l’on peut obtenir une aide financière à la conversion de 150 à 300 euros de sa région (Grand Est, Sud-PACA, Hauts-de-France, etc.) et de son département.

> En tout état de cause, on rentabilise bien plus vite l’E85 que les 1500 à 2000 euros de surcoût à l’achat d’un véhicule diesel. Le calcul est simple: le flex-fuel, c’est + 20 % d’un carburant 60 % moins cher que l’essence, alors que le diesel, c’est − 20 % d’un carburant de 0 à 5 % moins cher. Et contrairement au diesel, il n’y a aucun surcoût d’entretien ni d’assurance. Reste que la conversion à l’E85 n’est pas permise pour toutes les voitures essence. «Seulement celles de moins de 14 CV à partir de la norme Euro 3, d’après 2000, relève Jérôme Kanoute, technicien formateur chez Flexfuel Company. Cela assure que les composants du moteur, métaux, durites et joints supportent l’éthanol. » L’interdiction de convertir les moteurs essence les plus récents, équipés d’un filtre à particules, devrait être bientôt levée.

BON À SAVOIR  : où trouver de l'E85 à la pompe?

• L’appli  (pour Iphone et Ipad) “Mes stations E85” géolocalise les stations E85 les plus proches et leur prix au litre.

• La liste des stations où vous trouverez du superéthanol est disponible sur le site bioéhalolcarurant.com

• Consultez Egedis.com

Aucune difficulté technique

> Il suffit d’intercaler entre le système de gestion moteur et les injecteurs un boîtier électronique qui augmente leur débit pour compenser le pouvoir énergétique plus faible de l’éthanol et éviter une surchauffe destructrice du moteur. Ce boîtier mesure en permanence la teneur en oxygène des gaz pour adapter débit de carburant et avance à l’allumage. Cela permet de rouler indifféremment à l’essence ou à l’E85, dans n’importe quelle proportion.

Des moteurs sélectionnés

> Chaque réseau a ses critères d’éligibilité à la conversion (type de moteur, âge et kilométrage maximal) et son protocole technique. Certains imposent un décalaminage systématique (compris dans le prix) et un changement de filtre à essence, d’autres traitent au cas par cas. «L’éthanol est un alcool et non un hydrocarbure. Cette transformation n’est pas sans risque mécanique pour un moteur âgé, confie Hervé Borel, de l’entreprise Borel. Nous écartons les voitures Euro 3 et 4, souvent encrassées, et les moteurs sophistiqués à injection directe. Je veux éviter d’avoir à prendre sous garantie des casses qui n’ont rien à voir avec mon installation. Il faut savoir que tout constructeur supprime sa garantie commerciale s’il prouve qu’il y a plus de 10 % d’éthanol dans le réservoir. » C’est d’ailleurs pour cette raison que la garantie du fabricant du kit flex-fuel s’applique à toutes les pièces au contact de l’éthanol, remplaçant, le cas échéant, celle du constructeur.

UN CARBURANT PLUS PROPRE ?

L’E85 est un carburant composé à 85 % d’éthanol d’origine agricole.

• Concernant les émissions de CO2, l’éthanol ne fait plus guère débat. «En France, l’E85 émet 42% de gaz à effet de serre en moins, comparé à l’essence, commente Bruno Gagnepain, ingénieur biocarburants à l’Ademe. Cela, en tenant compte de tout le cycle: culture, distillation, transport. L’éthanol français se compose d’un tiers de céréales, d’un tiers de betteraves, de 20 % de maïs et de 7 % de résidus vinicoles.»

• Sur la pollution locale, directement nocive pour la santé, la réponse est moins tranchée. «À première vue, un moteur émet plus d’acétaldéhyde, reconnu cancérigène, avec du E85 qu’avec du SP95, mais moins de benzène et de butadiène tout aussi nocifs, relate Bertrand-Olivier Ducreux, ingénieur transports et mobilité à l’Ademe. Dans les deux cas, c’est à un niveau très faible, conforme aux normes Euro, sans impact notable sur la qualité de l'air dégradé par d'autres polluants plus présents.»

df
Jean Savary
Publié le

Partager cet article :