Comment bien choisir son fournisseur d'électricité verte ?

Il est aujourd'hui possible de se fournir en électricité, ou même en gaz, d'origine 100 % renouvelable et à des prix tout à fait intéressants. Mais attention aux pièges : l'énergie n'est pas toujours aussi verte qu'annoncée.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
8mn de lecture
© lovelyday12

Enercoop, ekWateur, Planète OUI, ilek, Plüm Énergie, Urban Solar energy... Ces noms ne vous disent probablement pas grand-chose, mais ils témoignent de l’offre grandissante d’énergie verte en France depuis l’ouverture à la concurrence du marché de l’électricité et du gaz en 2007.

Aujourd’hui, 22 fournisseurs se partagent le marché de l’électricité verte, d’après le comparateur en ligne Selectra, et 6 celui du biogaz ! Le terme d’électricité verte sert à distinguer celle issue de sources d’énergies renouvelables – hydroélectrique, éolien, solaire, biomasse – et qui affiche un bilan largement positif en matière d’émissions de gaz à effet de serre : l’éolien terrestre, par exemple, n’émet que 12,7 g de CO2 par kilowattheure (kWh) d’électricité, en moyenne, contre 80 g pour l’ensemble du mix électrique français.

Le biogaz est, quant à lui, récupéré lors du processus de décomposition des déchets organiques – agricoles, ménagers ou industriels – et permet d’éviter l’extraction de gaz naturel supplémentaire. Les foyers se chauffant au gaz rejettent en moyenne 234 g de CO2 par kWh, soit 5,4 tonnes par an, selon l’Agence de la transition écologique (Ademe). Cependant, l’offre en électricité et en gaz verts a beau être importante, ces énergies restent peu développées en France, où la part du renouvelable dans la production d’électricité n’atteint que 21 %, contre 71 % pour le nucléaire et 8 % pour le thermique fossile (gaz, charbon et fioul).

Il y a donc un intérêt environnemental à souscrire une offre d’énergie verte. « Imaginons que 30 % des ménages décident de prendre de l’électricité verte, cela favoriserait les investissements dans les moyens de productions renouvelables », souligne Thomas Véron, directeur marketing du comparateur en ligne Selectra et co-auteur du livre Le Marché de détail de l’énergie (L’Harmattan, 380 p.).

df
Gabriel Siméon
Publié le

Partager cet article :