Comment bien choisir son fournisseur d'électricité verte ?

Il est aujourd'hui possible de se fournir en électricité, ou même en gaz, d'origine 100 % renouvelable et à des prix tout à fait intéressants. Mais attention aux pièges : l'énergie n'est pas toujours aussi verte qu'annoncée.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
8mn de lecture
© lovelyday12

Enercoop, ekWateur, Planète OUI, ilek, Plüm Énergie, Urban Solar energy... Ces noms ne vous disent probablement pas grand-chose, mais ils témoignent de l’offre grandissante d’énergie verte en France depuis l’ouverture à la concurrence du marché de l’électricité et du gaz en 2007.

Aujourd’hui, 22 fournisseurs se partagent le marché de l’électricité verte, d’après le comparateur en ligne Selectra, et 6 celui du biogaz ! Le terme d’électricité verte sert à distinguer celle issue de sources d’énergies renouvelables – hydroélectrique, éolien, solaire, biomasse – et qui affiche un bilan largement positif en matière d’émissions de gaz à effet de serre : l’éolien terrestre, par exemple, n’émet que 12,7 g de CO2 par kilowattheure (kWh) d’électricité, en moyenne, contre 80 g pour l’ensemble du mix électrique français.

Le biogaz est, quant à lui, récupéré lors du processus de décomposition des déchets organiques – agricoles, ménagers ou industriels – et permet d’éviter l’extraction de gaz naturel supplémentaire. Les foyers se chauffant au gaz rejettent en moyenne 234 g de CO2 par kWh, soit 5,4 tonnes par an, selon l’Agence de la transition écologique (Ademe). Cependant, l’offre en électricité et en gaz verts a beau être importante, ces énergies restent peu développées en France, où la part du renouvelable dans la production d’électricité n’atteint que 21 %, contre 71 % pour le nucléaire et 8 % pour le thermique fossile (gaz, charbon et fioul).

Il y a donc un intérêt environnemental à souscrire une offre d’énergie verte. « Imaginons que 30 % des ménages décident de prendre de l’électricité verte, cela favoriserait les investissements dans les moyens de productions renouvelables », souligne Thomas Véron, directeur marketing du comparateur en ligne Selectra et co-auteur du livre Le Marché de détail de l’énergie (L’Harmattan, 380 p.).

40 % : c'est l'objectif de la part d'énergie renouvelable dans la production d'électricité fixé pour 2030 par la loi de 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte.

Electricité : choisissez vert, payez moins cher

Concurrence oblige, les prix des offres d’électricité 100 % verte s’orientent désormais à la baisse. À tel point qu’il est possible d’obtenir de l’électricité verte moins chère que les tarifs réglementés de l’électricité (tarif bleu d’EDF).

C’est le cas chez Mint Énergie, avec un contrat 5 % plus intéressant (sur les tarifs hors taxes), ou encore chez Planète OUI, dont l’abonnement (hors taxes) à la formule Éco se situe 20 % en-dessous du tarif réglementé (voir tableau). « Nous y parvenons grâce à des coûts fixes plus faibles qu’une structure comme EDF, explique Benjamin Poirier, directeur marketing chez Planète OUI. Nous préférons réduire la part fixe plutôt que le prix au kWh afin de ne pas inciter à la consommation d’énergie. Pour les clients, il peut être intéressant de ne pas aller au fournisseur le moins cher, mais à celui qui vous aidera à réduire vos consommations, et donc vos factures. »

Le fournisseur Plüm Énergie va jusqu’à récompenser en euros, via une cagnotte, les baisses de consommation ! En face, l’acteur historique EDF propose une électricité verte sensiblement plus chère. Il ne faut donc pas hésiter à se tourner vers les petits acteurs. D’autant que le service proposé s’avère généralement à la hauteur. 

« Nous valorisons les économies d'énergie »

L'avis de Vincent Maillard, cofondateur et président de Plüm Energie

Nous proposons depuis 2016 de l’électricité en contrat avec des producteurs d’énergies renouvelables implantés en France. Notre particularité est de mettre l’accent sur les économies d’énergie. C’est d’ailleurs notre projet de départ : devenir fournisseur d’électricité pour accompagner le plus de monde possible dans ces économies. Ce n’est pas parce que l’énergie est renouvelable qu’il faut la gaspiller. Concrètement, nous estimons au début du contrat la consommation attendue, puis nous regardons ce que vous avez consommé, et nous valorisons la différence au réel en euros sur la base de la part énergie de votre tarif. Ces bonus abondent une cagnotte. Chez certains de nos clients, celle-ci dépasse 100 euros. Par ailleurs, nous avons fixé le prix de notre abonnement et de notre électricité verte au tarif réglementé, car nous estimons que proposer de l’électricité moins cher encouragerait à consommer plus. Au final, nous observons une baisse de 10 % de la consommation chez nos clients, en moyenne. C’est un effort partagé.

Il y a « vert » et vert

Les offres d’électricité verte contribuent à soutenir le développement des énergies renouvelables. Certains fournisseurs comme Enercoop, Plüm Énergie, Planète OUI ou ilek jouent le jeu à fond en achetant l’électricité correspondant à la consommation de leurs clients auprès de producteurs français d’énergie renouvelable. Cette électricité 100 % verte et locale est dite « premium ».

D’autres (EDF, Engie, Total Direct Énergie) vont sur le marché de gros, où elle est majoritairement d’origine non renouvelable (nucléaire, gaz, charbon...), puis achètent des certificats appelés « garanties d’origine », qui attestent qu’un fournisseur d’énergie renouvelable en Europe a injecté la même quantité d’électricité sur le réseau. Pour moins d’un euro par mégawattheure, ils verdissent ainsi leur jus : c’est l’électricité verte dite « standard ».

« Lorsqu’un fournisseur achète son électricité à un producteur d’énergies renouvelables, sur 100 € que vous payez, 29 € vont directement au producteur. S’il se contente d’acheter une garantie d’origine, seulement 1 € sur les 100 vont au producteur d’énergie renouvelable », résume Greenpeace. Grâce à ses contrats directs et ses tarifs sensiblement plus élevés que les autres, Enercoop a ainsi permis à 24 nouveaux projets de production d’énergie renouvelable de voir le jour. Pour faire un choix éclairé, consultez le classement des fournisseurs d’électricité « vraiment verts » établi chaque année par l’ONG (Guide-electricite-verte.fr).

Tableau comparatif des offres d'électricité verte
 Nom de l'offreNature de l'offrePrix du kWh TTCAbonnement mensuel TTCLes +Les -
Planète OUIEcoPremium (100% verte)

0,1597€ (base)

0,1798€ (HP)

0,1344€ (HC)

10,60€ (base)

12€ (HP-HC)

Fournisseur "vraiment vert" selon Greenpeace, il propose un abonnement hors taxes 20% moins cher que le tarif réglementé (tarif bleu EDF). 
Enercoop100% renouvelablePremium (100% verte)

0,1701€ (base)

0,1799€ (HP)

0,1495€ (HC)

22,52€ (base)

30,60€ (HP-HC)

Fournisseur "vraiment vert" selon Greenpeace, Enercoop est une coopérative où toutes les décisions importantes sont prises par les sociétaires.Un prix sensiblement plus élevé que la concurrence.
Plüm EnergieTRV cagnottePremium (100% verte)

0,1597€ (base)

0,1798€ (HP)

0,1344€ (HC)

12,72€ (base)

14,34€ (HP-HC)

Prix identiques aux tarifs réglementés (bleu EDF) et fournisseur "vraiment vert" selon Greenpeace, Plüm récompense les économies d'énergie. 
Mint EnergieClassic & GreenPremium (100% verte)

0,1531€ (base)

0,1721€ (HP)

0,1290€ (HC)

12,72€ (base)

14,34€ (HP-HC)

Une offre hors taxes 5% moins chère que le tarif réglementé (tarif bleu EDF) et garantie 2 ans.Pour son autre offre (Online & Green) ce fournisseur s'approvisionne encore en énergie non renouvelable.
EDFVert électriqueStandard

0,1632€ (base)

0,1822€ (HP)

0,1380€ (HC)

12,12€ (base)

13,78€ (HP-HC)

Un abonnement plus économique que le tarif réglementé (tarif bleu).Un prix au kWh plus élevé que le tarif bleu. S'approvisionne en énergie non renouvelable pour ses autres offres.
Total Direct EnergieOffre verteStandard

0,1573€ (base)

0,1770€ (HP)

0,1325€ (HC)

12,72€ (base)

14,34€ (HP-HC)

Le prix du kWh hors taxes est 2% moins cher que le tarif réglementé (tarif bleu EDF).Le groupe Total investit encore fortement dans les énergies fossiles. 

Garantie d'origine, mode d'emploi

Il est impossible de savoir si l’électricité que nous consommons provient directement d’une énergie renouvelable, car les électrons sont mélangés dans le réseau. L’Union européenne a donc mis en place un système d’équivalence basée sur la garantie d’origine : pour 1 MWh d’électricité, un producteur d’énergie renouvelable se voit attribuer une garantie d’origine. Les fournisseurs peuvent, au choix, acheter l’électricité et la garantie au même producteur, ou acquérir les deux séparément auprès d’acteurs différents. Il leur est ainsi possible de proposer une électricité « verte » issue d’énergies non renouvelables, mais disposant d’un certificat d’origine acquis auprès d’un producteur vert en Europe.

Biogaz : un peu plus cher, beaucoup plus rare

Le biométhane est peu développé en France. « Sa part dans le réseau de gaz français se situe autour de 1 % », estime Benjamin Poirier.

Mais il progresse. Comme pour l’électricité verte, le modèle est basé sur des garanties d’origine : une quantité de biogaz équivalente à la consommation des clients est injectée dans le réseau, où il se mélange au gaz naturel. Seuls 3 fournisseurs proposent une offre 100 % biogaz : ekWateur, ilek et Planète OUI. Ce gaz vert, issu de productions françaises, est plus cher que le gaz naturel qui alimente la plupart des foyers (et émet du CO2 supplémentaire).

188 kg de CO2 : c'est l'économie réalisée pour chaque mégawattheure (MWh) de biométhane consommé. (Source GRTgaz).

Le prix du kWh de biogaz chez Planète OUI est ainsi 15 % plus élevé que le tarif réglementé d’Engie. Mais, comme le fluide n’est pas concerné par la taxe intérieure de consommation sur le gaz naturel, « le prix final sur la facture est en moyenne 1 ou 2 % au-dessus », assure le fournisseur. Les grands acteurs (Engie, Total Direct Énergie) proposent des offres ne garantissant que 10 % de biométhane dans le gaz consommé.

Partager cet article :