Consommer plus responsable sans trop se ruiner

Hausse des ventes de produits bio et équitables, progression des énergies renouvelables, attachement au « made in France » : les Français font évoluer leurs modes de consommation. Et ce choix ne concerne pas que les bourses bien garnies.
7mn de lecture
La consommation responsable touche tous les secteurs de marché.
La consommation responsable touche tous les secteurs de marché.

ALIMENTATION

Choisir des fruits et légumes locaux et de saison

Nécessitant peu de transports, ils sont souvent moins chers et de meilleure qualité. Dans la mesure du possible, optez pour un label bio, qui garantit un mode de production plus respectueux de l’environnement. Vous pouvez trouver du bio moins cher dans les magasins spécialisés (Biocoop, Bio c’bon...) que dans les hypermarchés, notamment pour les fruits et légumes frais, les céréales en vrac...

Trouver un producteur près de chez soi ? Le site Annuaire.agencebio.org recense les éleveurs et agriculteurs certifiés bio, pratiquant la vente directe aux consommateurs ou proposant la cueillette dans leurs vergers. Le site Bonplanbio.fr référence plus de 1 000 points de vente de produits bio locaux (fruits et légumes, viande, produits laitiers...) en Bretagne, en Pays de la Loire et bientôt en Auvergne-Rhône-Alpes. Enfin, Locavor.fr permet de commander sur internet des produits en circuit court : boissons, céréales, fruits et légumes, viande, poisson, volaille... de producteurs et artisans régionaux. Si vous préférez faire toutes vos courses dans un même lieu, sachez qu’en juin dernier, Greenpeace a classé Carrefour et Monoprix en tête de la Course zéro pesticide qui évalue les enseignes de la grande distribution selon leurs efforts pour éliminer les produits phytosanitaires des fruits et légumes qu’elles commercialisent.

Adopter les réflexes antigaspillage

C’est bon pour le porte-monnaie, les ressources naturelles et la qualité de l’air. Des conseils ? Devant une promotion qui joue sur la quantité achetée, réfléchir à la capacité d’absorption réelle de son foyer ou à la possibilité de congeler les denrées. En grande surface, se tourner plutôt vers les produits à « date courte » avec rabais, ou sur ceux de l’association Sainsetsaufs.fr qui offre une seconde vie aux fruits et légumes invendus en les transformant en jus de fruits, soupes ou smoothies...

A lire aussi : Devenir membre d’un supermarché coopératif

MAISON

Privilégier les meubles portant les écolabels FSC et PEFC

Ils garantissent que le bois est issu d’une forêt gérée de façon durable sur les plans économique, environnemental et social.

« Ces labels ne s’intéressent qu’à la phase d’extraction du bois, mais c’est celle qui a le plus d’impact sur le plan environnemental », explique Pierre Galio, expert au service consommation et prévention de l’Ademe.

Vous pouvez aussi opter pour des enseignes engagées dans une démarche environnementale et sociétale, tel Camif.fr, dont 73 % du chiffre d’affaires est réalisé avec des produits fabriqués en France. Ce magasin, exclusivement en ligne, favorise aussi les articles issus du recyclage (meubles), écoconçus (jouets, articles de jardin...), réparables (en partenariat avec le réseau d’insertion Envie), et les textiles porteurs du label GOTS, certifiant qu’ils sont issus de procédés respectueux de l’environnement et socialement responsables.

Penser aux nouveaux produits isolants conçus à partir de matières recyclées

Le papier journal donne ainsi naissance à la ouate de cellulose d’origine 100 % naturelle distribuée par Cellaouate.com, situé dans le Finistère. Le réseau Emmaüs a aussi mis au point un isolant écologique issu de la récupération des vêtements, Isolantmetisse.com.

ÉLECTROMÉNAGER ET HIGH-TECH

S’informer sur les marques les plus fiables

« Ce secteur est marqué par une double obsolescence, remarque Pierre Galio, à la fois culturelle – le marketing incite les consommateurs à changer souvent d’équipement – et programmée, car les produits sont volontairement dotés d’une durée de vie plus courte. Toutefois, de nouvelles offres apparaissent sur le marché, avec des produits conçus pour durer. »

Outre les palmarès dressés par les associations de consommateurs (60 Millions de consommateurs, UFC Que-Choisir), le groupe Fnac Darty a lancé en juin dernier son premier baromètre du service après-vente : il établit la liste des marques qui tombent le moins souvent en panne. Pour l’électroménager, Miele et les marques des groupes BSH (Bosch, Siemens, Neff) et Seb (Rowenta, Calor et Moulinex) arrivent en tête. Pour les téléviseurs, JVC se distingue, comme Honor et Nokia dans la catégorie smartphone. En informatique, le label EPEAT permet de comparer des matériels informatiques en fonction de 51 caractéristiques écologiques.

Choisir du réparable

2 bons élèves ? Le Fairphone, disponible chez Orange, un smartphone éthique conçu à partir de matières premières recyclées et pensé pour être démonté et réparé facilement. Et Rowenta, qui s’engage à mettre à disposition les pièces détachées pendant 10 ans pour ses produits fabriqués en France. Dans tous les cas, vous pouvez faire durer vos équipements en recourant aux ateliers d’autoréparation et autres « repair cafés » qui mettent à disposition des consommateurs un espace de travail, des formateurs, la possibilité d’acquérir des pièces détachées, un outillage professionnel...

Louer plutôt qu’acheter

En partenariat avec Monoprix, le site Eurecook.fr propose de louer friteuses ou planchas. Les plateformes de l’économie collaborative, comme Allovoisins.com, donnent accès à un appareil à raclette pour 5 euros, par exemple.

MODE

Préférer les marques qui s’engagent

Selon Greenpeace, 80 entreprises, représentant 15 % du secteur du textile, ont entamé des démarches pour éliminer les substances chimiques dangereuses de leur production d’ici 2020, et 72 % d’entre elles ont déjà supprimé les PFC considérés comme des perturbateurs endocriniens. Les plus engagés ? H&M, Inditex (propriétaire de Zara, Bershka, Oysho) et Benetton. Pour aller plus loin que le minimum, l’application mobile australienne « Good on you » (en anglais) analyse plus de 1 300 marques de mode en fonction de 3 critères : l’environnement, les conditions sociales des salariés et le traitement des animaux. Pour une consommation plus locale, le label France Textile, présent sur les chaussettes et collants Bleuforêt, les sous-vêtements Lemahieu, les écharpes Les tissages de Charlieu... garantit que plus de 75 % des opérations de production de l’article ont lieu en France, dans une démarche de responsabilité sociale et environnementale.

Miser sur le réemploi

« Pensez aussi à acheter des articles d’occasion en allant dans les boutiques spécialisées dans le vintage ou les friperies, conseille Elisabeth Laville, cofondatrice de Graines de changement, l’observatoire de la consommation responsable. Acheter des vêtements d’occasion permet d’économiser les ressources naturelles, limite l’émission de déchets et les transports. »

TRANSPORTS

Partager les voitures

Selon l’Ademe, une automobile n’est utilisée en moyenne que 5 % du temps. Afin de générer moins de frais, moins de pollution et de nuisances sonores, réfléchissez au mode de partage qui vous convient le mieux. Si vous appréciez les trajets en commun, il n’y a pas que Blablacar. Cette plateforme est dédiée au covoiturage longue distance. Mais d’autres, comme Laroueverte.com, Idvroom.com, Ouestgo.fr... s’attaquent aux courtes ou moyennes distances. Quant à l’autopartage, il permet de louer de façon ponctuelle une voiture en libre-service, avec ou sans abonnement, via un réseau (Citiz.coop) ou entre particuliers (Drivy, Koolicar, Ouicar).

Acheter une voiture « verte »

Impossible de vous en passer ? Envisagez l’électrique. Comparé à l’achat de véhicules neufs diesel ou essence, une voiture électrique neuve revient moins cher – entretien et carburant compris – après 4 ans d’utilisation. Selon une étude d’UFC Que-Choisir, elle permet une économie annuelle de 237 euros par rapport au diesel, et de 365 euros par rapport à un moteur essence. Si vous roulez beaucoup, sachez que les véhicules hybrides rechargeables (essence et électrique), trop coûteux achetés neufs, deviennent rentables s’ils sont acquis d’occasion.

HYGIÈNE ET COSMÉTIQUES

Se fier aux labels environnementaux

Préférez Ecolabel ou Ecocert plutôt que la mention « naturel ». Disponibles en grande surface et magasin spécialisé, les produits Nuxe, Weleda, Eau thermale de Jonzac, So’Bio Etic... affichent des gammes de prix identiques à celles des produits classiques. La marque zéro déchet CoZie est encore plus engagée dans une démarche environnementale : elle propose depuis 2017 8 soins bio made in France en flacons en verre réutilisables à vie.

Éviter les produits à risque

L’appli QuelCosmetic de l’UFC Que-Choisir scanne plus de 120 000 références de shampooings, dentifrices, crèmes..., classées selon leur degré de nocivité pour les enfants, femmes enceintes et adultes.

À lire aussi
df
Katia Vilarasau
Publié le

Immobilier, droit du travail, retraite...

Besoin d'une réponse personnalisée ?

Nos experts sont là pour vous accompagner

J'appelle

Du lundi au samedi de 9h à 20h.

0,15 € TTC / minute depuis la France métropolitaine.

Je pose ma question

C'est tout nouveau ! Votre réponse personnalisée sous un délai maximum de 48h.