Entreprises : comment se constituer une trésorerie en temps de crise ?

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
© William_Potter

Profiter des prêts soutenus par l'Etat

Disponible jusqu’au 30 juin 2021, le prêt garanti par l’État (PGE) est le crédit le moins coûteux de tous, nettement préférable à un découvert. « La première année, vous n’avez rien à rembourser. Et la banque ne facture pas d’intérêts. Le prêt coûte seulement 0,25 % pour la garantie de l’État », précise Frédéric Visnovsky, médiateur national du crédit. Au bout d’un an, vous remboursez en une seule fois ou par mensualité (moyennant de 1 à 2,5 % d’intérêts annuels en fonction du nombre d’années de remboursement, coût de la garantie compris). La durée maximale est de six ans.

Si la banque refuse le prêt, sollicitez l’arbitrage du médiateur du crédit. Il fait pencher la balance du côté de l’entreprise dans la moitié des cas. Pour les toutes petites entreprises (TPE) n'ayant pu accéder au PGE, l’État prévoit des prêts participatifs, jusqu’à 20 000 euros remboursables sur sept ans (après un an de différé) au taux de 3,5 %. Adressez-vous au comité départemental d’examen des difficultés des entreprises (Codefi) pour être orienté.

Obtenir plus rapidement le paiement de ses clients

Accélérez l’envoi des factures. Postez-les dès la livraison ou la fin du chantier, par exemple. « Négociez avec vos clients les délais de règlement les plus courts possible, demandez-leur des acomptes ou incitez-les, pour les paiements récurrents, à opter pour le prélèvement », conseille Max Peuvrier, expert-comptable. Moins chères qu’un huissier, les plateformes de recouvrement des impayés, comme Sefairepayer.com, sont efficaces pour obtenir le paiement des petites factures.

Hâter les rentrées d’argent par l'affacturage

Un affactureur (ou factor) regarde les factures non encore réglées, et si la signature est fiable (votre client a de bonnes chances de payer car c’est une administration ou une entreprise), il vous fait l’avance de leur montant, diminué d’une commission variable, entre 1 et 4 % du total. Un nouveau dispositif instauré pour affronter la crise autorise désormais les factors à financer directement les bons de commande. À la clé, « un gain de 45 jours en moyenne de trésorerie et un coût moindre que l’affacturage classique, car l’État apporte sa garantie à hauteur de 90 % de l’opération jusqu’à la date prévue pour le paiement de la commande », relève Françoise Palle- Guillabert, de l’Association française des sociétés financières (ASF).

Réduire les stocks

Déstocker n’est pas bon pour votre résultat car vous devrez brader vos marchandises, mais cela renfloue immédiatement la trésorerie. Pour éviter d’immobiliser trop d’argent en stock, tentez aussi, autant que possible, d’étaler les commandes.

Attendre pour payer ses fournisseurs

Négociez avec eux chaque fois que possible un délai de paiement assez long. Et ne réglez pas avant l’échéance prévue. « Mais évitez les impayés, car être un mauvais payeur vous empêche notamment d’obtenir un prêt garanti par l’État », avertit Max Peuvrier.

Faire la chasse aux crédits d’impôt

« Si votre expert-comptable établit rapidement votre bilan 2020, vous saurez vite quels remboursements vous pouvez demander, notamment si vous avez continué à payer en 2020 des acomptes d’impôt supérieurs aux sommes réellement dues pour cette année-là, en cas de ralentissement de votre activité », souligne Max Peuvrier.

À qui s'adresser ?

Dans chaque département, un correspondant de la Banque de France informe les TPE sur les aides auxquelles elles peuvent prétendre. Plus d’infos au 0 800 08 32 08 et sur Entreprises.banque-france.fr. La Médiation du crédit guide aussi les entreprises dans leurs démarches : 08 10 00 12 10 et Mediateur-credit.banque-france.fr. L’Association française des sociétés financières (ASF) a conçu un guide pour les chefs d’entreprise, consultable sur Asf-france.com/metiers/affacturage/.

 

A lire aussi