Travailler chez soi

Travailler chez soi

Être maître de ses journées à domicile, existe-t-il meilleure façon de concilier vie de famille et vie professionnelle ?

Un nombre croissant de professions offrent la possibilité de travailler à domicile : vendeur à domicile, couturière, assistante maternelle, consultant, infirmière, secrétaire… Chacun se retrouve salarié, artisan ou profession libérale. Le télétravail, les nouveaux outils informatiques mettent le travail à domicile à la portée de nombreux métiers.

"J'ai une liberté totale"

En tant que traductrice, profession libérale, Christine travaille chez elle depuis quatre ans.

Tout son travail s'effectue grâce au téléphone, à l'ordinateur, au fax et à Internet.

"À mon retour de l'étranger, je me suis installée, sans appui à proximité, à 10 kilomètres d'Angers avec mon conjoint. En quelques semaines, j'avais trouvé des clients. Tout a démarré très vite.

À présent, j'ai une clientèle stable. J'ai eu une petite fille, qui a maintenant 2 ans et demi, et j'attends un deuxième enfant. Pour moi, c'est idéal : je peux m'occuper de ma fille dans la journée, je n'ai pas besoin de recourir à une nourrice. Je me lève tôt, et je travaille entre 6 h 30 et 10 h 30 pendant qu'elle dort. La discipline vient naturellement. Ainsi, je préserve mes soirées. Parmi les avantages, j'ai une liberté totale d'organisation de mon travail. Je profite de ma fille comme bon me semble.

Côté inconvénients, si je ne travaille pas, je ne gagne rien, et j'ai un sentiment d'isolement : pas de transports en commun, pas de relations de bureau, personne avec qui parler en cas de difficulté. Je dois savoir faire le partage entre travail et maison, et déconnecter au bon moment de l'une de ces deux activités. En outre, mon prochain congé de maternité va peser lourdement sur mes finances puisque je suis en profession libérale."

Inconvénient : toutes les formalités administratives sont à votre charge

Quitter le statut de salarié pour endosser celui de travailleur indépendant - artisan, profession libérale - ne va pas de soi.

Du jour au lendemain, toutes les formalités administratives sont à prendre en charge : factures, déclarations Urssaf, TVA…, même si les procédures sont allégées.

Ce que confirme Christine : "Les formalités administratives ne présentent pas un réel problème. J'ai, tout compte fait, peu d'obligations chaque trimestre. Et j'ai un comptable qui, tous les ans, m'aide à faire ma déclaration de revenus."

Mais sa couverture sociale ne lui donne pas satisfaction : "Le poids des cotisations sociales me semble, à présent, exorbitant, d'autant que ma couverture maladie, maternité de non-salariée n'est pas aussi bonne que celle des salariés. Les remboursements de Sécurité sociale se font, pour nous, en moyenne à hauteur de 50 % des frais engagés.

Par ailleurs, je sais qu'en cas de chômage, je n'aurai droit à aucune indemnisation."