Les atouts et les contraintes du télétravail

Les atouts et les contraintes du télétravail

Travailler chez soi au lieu d\'aller au bureau tous les jours, beaucoup en rêvent. La nouvelle définition va contribuer à doper la formule du télétravail.

En France, une étude de la Dares estimait à 440 000 le nombre de salariés qui travaillent hors des locaux de leur entreprise. Cela représente 7 % de la population active, un taux qui nous situe dans la moyenne européenne. Cette proportion devrait grimper dans les années à venir. D'abord parce que les technologies le permettent.

Une évolution technologique et culturelle

L'Internet haut débit couvre aujourd'hui pratiquement tout le territoire et son usage s'est généralisé. Ensuite les mentalités changent. "Les gens aspirent à un autre mode de vie. C'est frappant en particulier chez les trentenaires. L'Apec (Association pour l'emploi des cadres) signale qu'un jeune sur deux qui s'adressent à elle demande si l'emploi proposé permet de travailler ailleurs qu'au bureau", indique Jean Gonié, juriste au Forum des droits sur Internet.

Un cadre juridique

Un accord, signé le 23 septembre 2005 par l'ensemble des partenaires sociaux (Medef et syndicats), transpose un accord-cadre européen dans le droit français. Son intérêt : définir un espace juridique précis pour le télétravail, qui s'applique pour toutes les entreprises.

Mieux, les partenaires sociaux ne se sont pas contentés de transposer l'accord européen tel quel. Ils l'ont adapté aux spécificités françaises. Par exemple, l'accord prévoit l'inscription du télé travailleur dans le registre unique du personnel, consultable par la direction départementale du travail. Désormais, le patron de PME ou le DRH d'une grande entreprise trouveront dans cet accord toutes les réponses aux questions juridiques qu'ils pourraient se poser pour mettre en place le télétravail.

Bien entendu, cela n'empêche pas de préciser les modalités de mise en œuvre par un accord d'entreprise.

Quels sont les métiers concernés ?

Beaucoup de métiers peuvent s'exercer à distance, beaucoup plus qu'on ne croit. Même s'il domine encore dans le télétravail, le cadre qui exerce une profession plutôt "high tech" voisine de plus en plus avec les employés des back-offices des banques et de l'assurance qui doivent "produire" des dossiers. Les ouvriers et techniciens sont aussi concernés.

"À EDF, France Télécom ou ELM Leblanc, les techniciens qui effectuent des réparations chez les particuliers travaillent avec des ordinateurs portables et peuvent rentrer directement chez eux sans passer au bureau", dit Jean Gonié. L'important est d'être autonome, même s'il est recommandé de télétravailler en alternance dans la semaine (comme c'est le cas à la Caisse des dépôts de Bordeaux), pour éviter une trop grande coupure avec le milieu de travail.