Trouver un emploi grâce aux réseaux sociaux

Trouver un emploi grâce aux réseaux sociaux
Dans le cadre d’une recherche d’emploi sur Internet, les réseaux sociaux ne remplacent pas encore les sites d’emplois, mais montent en puissance chaque année. - © shapecharge

Que l’on soit en recherche active ou simplement en veille, les réseaux sociaux professionnels sont devenus des outils privilégiés pour montrer ses compétences aux recruteurs. Ils permettent de développer ses contacts et de faire émerger de nouvelles opportunités.

Avec respectivement 300 millions et 65 millions de membres dans le monde, LinkedIn et Viadeo sont les deux principaux réseaux professionnels. Si l’américain LinkedIn occupe la première place au niveau mondial, Viadeo, le « petit » réseau français, a eu pendant longtemps la préférence des internautes hexagonaux. Cependant, LinkedIn gagne progressivement du terrain, et les deux sites affichent aujourd’hui un nombre de membres quasi équivalent en France : près de 9 millions chacun, avec davantage d’utilisateurs actifs sur LinkedIn (7,7 millions) que sur Viadeo (4,4 millions).

Qui est présent sur ces réseaux ?

Sans surprise, ce sont les jeunes actifs, âgés de 25 à 34 ans, qui appartiennent à la tranche d’âge la plus connectée. Mais avec une petite nuance : sur LinkedIn, l’utilisateur type est un peu plus âgé – autour de 40 ans – et cadre. Viadeo est davantage représenté dans les métiers plus opérationnels et en province.

Viadeo, LinkedIn ou... Twitter ?

Dans le cadre d’une recherche d’emploi sur Internet, les réseaux sociaux ne remplacent pas encore les sites d’emplois, mais montent en puissance chaque année. Selon une étude Ipsos pour Cadremploi parue en septembre 2015, 40 % des cadres en recherche d’emploi les utilisent. « Globalement, une tendance se dessine en faveur d’un basculement au profit des réseaux sociaux ces prochaines années », analyse Thierry Wellhoff, président de l’agence Wellcom, qui édite chaque année le Guide Social Media. Un succès qui s’explique parce que les réseaux servent aussi bien les candidats que les recruteurs, pour lesquels ils représentent un extraordinaire vivier mis à jour en permanence.

Dernier-né de la sphère des réseaux professionnels, Twitter fédère 5 millions d’utilisateurs en France. Créer un compte Twitter permet d’avoir accès, en temps réel, à des informations concernant un secteur d’activité, de se positionner en tant qu’expert, de développer son réseau... et de postuler. « Je trouve toutes mes missions de community manager sur Twitter, témoigne Mélanie, 34 ans, free lance, en faisant une recherche par mots-clés. Il y a au moins une annonce par jour, et bien souvent, c’est le plus rapide qui remporte le job ! »

Quels sont les métiers qui recrutent ?

Certains secteurs et métiers sont surreprésentés, alors que d’autres sont pour l’instant pratiquement inexistants. Ce sont les entreprises spécialisées dans les nouvelles technologies, l’information et la communication, mais aussi le marketing, qui utilisent le plus Viadeo, LinkedIn et Twitter, à l’inverse de celles qui évoluent dans l’industrie, la construction ainsi que les transports. Faut-il alors faire l’impasse sur ces canaux pour autant ? Pas forcément car, selon une étude Odexa pour LinkedIn, « dans l’industrie, les offres sont moins nombreuses, mais la concurrence entre membres est aussi plus faible ».

Quel réseau choisir ?

Selon son profil et sa situation, on pourra décider de n’être présent que sur l’un ou l’autre des réseaux. Les experts conseillent d’avoir un profil à la fois sur LinkedIn et Viadeo lorsque l’on est en recherche active. En effet, ce dédoublement permet de renforcer son identité numérique et d’avoir un meilleur référencement. De plus, chaque réseau fédère des contacts différents : relations à l’international sur LinkedIn, contacts locaux sur Viadeo. Un cadre qui a travaillé pendant des années dans un groupe international peut rêver de retourner travailler en province. Ses contacts sur Viadeo lui seront donc précieux.

Le choix d’être présent sur l’un ou l’autre réseau, ou les deux, dépend aussi du temps dont on dispose : mieux vaut un seul compte mis à jour régulièrement que deux profils laissés à l’abandon qui desservent son image numérique.

Qu’indiquer dans son profil ?

Le point d’entrée d’un profil sur LinkedIn ou Viadeo est la photo accompagnée du statut. Il ne faut pas sous-estimer la force de l’image sur Internet, certains candidats investissant même dans une séance photo avec un professionnel. Qu’en penser ? Tout dépend de votre secteur d’activité et de votre fonction. Dans certains métiers (médias, mode...), cela peut être un atout. Dans d’autres, une image trop travaillée peut décrédibiliser. Néanmoins, votre photo, sans être une œuvre d’art, doit rester professionnelle.

Dans leur statut, certains internautes choisissent d’indiquer à la fois leur fonction et le nom de leur entreprise (« Responsable grands comptes chez Durand »), d’autres leur fonction et leur secteur d’activité (« Chargée de mission dans l’industrie »), voire simplement leur fonction (« Chargée de mission »). Que faire ? Tout dépend de ce que l’on cherche (celui qui souhaite conserver sa fonction, mais changer de secteur, n’a pas intérêt à l’indiquer), mais aussi de sa personnalité. Quelqu’un de franc et direct n’hésitera pas à afficher la couleur. « Lorsque j’étais en recherche d’emploi, j’avais indiqué dans mon statut “En recherche active”. Je trouvais important de communiquer clairement sur ma situation, déclare Élodie Bourdillel, attachée de presse dans l’humanitaire. Cela m’a permis d’être appelée pour une mission de relations presse. »

À la différence d’un CV traditionnel, un profil Viadeo ou LinkedIn met davantage l’accent sur les compétences, et l’expérience que sur les diplômes. Évitez donc de faire un copier-coller de votre CV. Mieux vaut n’en garder que les grandes lignes (poste occupé, nom de l’entreprise, dates). En revanche, soignez le paragraphe d’introduction, dans lequel vous vous présentez en quelques lignes. L’objectif : rester concis et donner envie de vous connaître.

Développer et faire vivre son réseau

La clef d’une présence efficace sur les réseaux sociaux est une activité régulière et ciblée. « Il faut continuer à développer régulièrement son réseau, même si cela consiste surtout à accepter des mises en relation plus qu’à les susciter. Je conseille d’accepter d’entrer en contact avec des personnes que l’on ne connaît pas encore, mais qui sont dans un secteur d’activité ou une fonction proche, explique la journaliste Audrey Steeves. Il est important de garder ses notifications par e-mail, ou d’aller faire un tour sur son profil régulièrement pour voir s’il n’y a pas de messages en attente. J’ai failli passer à côté d’une opportunité professionnelle parce que, par automatisme, j’avais supprimé la fonction de LinkedIn me signalant un message. »

Pour étoffer son réseau et susciter les demandes de contact, il peut être utile de rallier des groupes. « J’ai rejoint plusieurs groupes spécialisés dans mon métier, mais aussi dans mes centres d’intérêt (comme les domaines artistiques). Cela permet d’interagir et de se faire connaître », conseille encore Élodie Bourdillel. Faire vivre un réseau signifie communiquer sur ce que l’on fait, mais aussi répondre à des sollicitations, se rendre disponible et mettre en relation des personnes qui pourraient avoir un intérêt à se rencontrer. Dans la vie comme sur Internet, le principe de base d’un réseau efficace est de donner pour recevoir.

« Par Viadeo, j’ai trouvé un emploi dans ma région d’origine »

Anaïs, 27 ans

« En 2010, j’ai décroché mon premier CDI de traffic manager [mise en ligne de campagnes publicitaires] chez un annonceur automobile à Paris, grâce à Viadeo. En recherche active, j’avais souscrit un abonnement Premium (environ 20 € pour trois mois) qui me permettait d’accéder au profil des personnes qui avaient consulté le mien et de leur envoyer un petit message de relance. Cet abonnement m’autorisait aussi à entrer en contact avec des personnes que j’avais identifiées par moi-même. J’ai trouvé un poste en moins de trois mois. Par la suite j’ai eu envie de retourner dans ma région, le Nord-Pas-de-Calais. J’ai alors répété le même processus sur Viadeo, en ciblant cette fois les entreprises de mon secteur dans la région souhaitée. C’est ainsi que j’ai été recrutée pour la société Wax Interactive à Lille. »

« Jai été recrutée via une agence de discussion sur LinkedIn »

Sabrina, 33 ans, Bordeaux

« En poste en CDD dans une agence de communication, j’étais inscrite sur LinkedIn, et notamment dans un groupe de discussion ‘‘communication’’. Fin 2013, je reçois une alerte de ce groupe de discussion : une agence recherche une attachée de presse en CDI, bilingue anglais. Je vérifie, mais ne trouve aucune trace ailleurs de cette annonce. J’envoie mon CV par mail à l’adresse indiquée, et je suis aussitôt rappelée pour passer un entretien d’embauche. J’ai été recrutée dans la foulée. J’ai quitté ce poste en juin 2015 pour suivre mon conjoint en province. Je suis à nouveau à la recherche d’un emploi et je continue à utiliser les réseaux sociaux, notamment LinkedIn. Sur Twitter, j’ai trouvé des offres en tapant #emploibordeaux ou #jobsbordeaux. J’utilise aussi Indeed, un site agrégateur d’offres d’emploi. »

« Les réseaux sociaux permettent une approche personnalisée »

Fabienne Ringenbach, directrice des ressources humaines de QVC, entreprise de e-commerce

« QVC est une entreprise américaine implantée en France depuis un an. Elle a recruté plus d’une centaine de collaborateurs. Un grand nombre d’entre eux a été identifié via LinkedIn et Viadeo. Ces réseaux sont très intéressants, car ils permettent une approche personnalisée de chaque candidat et favorisent l’échange entre le futur collaborateur et le recruteur. Ces échanges sont importants, car en plus des compétences professionnelles correspondant au poste à pourvoir, nous portons une grande attention à la personnalité du candidat, qui doit être en adéquation avec nos valeurs. Ces connexions par l’intermédiaire des réseaux nous ont aussi permis d’attirer des personnes de tous âges, sexes ou origines, garantissant la diversité que nous recherchons. Au-delà du recrutement, notre présence sur les réseaux sociaux nous offre l’opportunité de nous faire mieux connaître en France. »

Et aussi sur Dossier familial