Soyez un bénévole averti

Soyez un bénévole averti

Vous désirez vous rendre utile en devenant bénévole ? Bravo !
Mais ne vous lancez pas dans l'action sans connaître les modalités pratiques de votre engagement.

Etre bénévole, c'est consacrer du temps gratuitement à une cause au service de la communauté. Un engagement qui passe généralement par le biais du milieu associatif. "L'association apporte une crédibilité qu'on n'a pas sans elle, explique Chantal, bénévole auprès des enfants malades à l'hôpital d'Angoulême. Mais surtout, on se sent encadré, et couvert en cas de pépin…"

L'association couvre les risques

C'est l'association qui, normalement, prévoit la couverture des risques courus par les bénévoles dans l'exercice de leur fonction, et des dommages que ceux-ci pourraient causer involontairement à des tiers du fait de leur activité.

Cependant, l'assurance n'est pas une obligation légale pour les associations.

Lorsqu'un bénévole est victime d'un accident dans le cadre de son activité associative (y compris d'un accident de trajet), à condition qu'il n'ait pas commis de faute ayant provoqué l'accident, il peut se retourner contre l'association qui doit alors l'indemniser elle-même, car elle est responsable des dommages qu'elle peut causer à ses membres.

La responsabilité civile

Elle est également responsable des dommages qu'elle peut causer à des tiers.

Mais, si un bénévole commet une faute se traduisant par un dommage, la victime peut se retourner non seulement contre l'association, mais aussi contre le bénévole. Car la responsabilité civile individuelle du bénévole peut être engagée, et dans ce cas, il se retrouve seul face à la justice.

Etes-vous assuré ?

Il est nécessaire, pour un bénévole, de vérifier que son association a pris une assurance-responsabilité civile pour couvrir tous les risques d'accidents.

A fortiori s'il prend des responsabilités, en encadrant par exemple un groupe de jeunes lors de randonnées.

En général, ces contrats offrent trois types de garanties complémentaires :

La responsabilité civile générale, couvrant l'association et toutes les personnes qui agissent dans le cadre de ses activités. Elle garantit la prise en charge de l'indemnisation si des dommages sont causés à un tiers. Attention ! Pour garantir la responsabilité d'un membre vis-à-vis d'un autre membre, le contrat devra stipuler que les membres sont considérés comme tiers entre eux;

La garantie individuelle accidents, couvrant les accidents dont un membre ou un dirigeant pourrait être victime dans le cadre des activités de l'association. Elle garantit le versement de capitaux aux accidentés;

La garantie défense et recours, assurance protection juridique, qui prend en charge les frais de justice si une plainte est déposée contre un membre de l'association.

Percevoir des remboursements et des indemnités

Tout bénévole peut se faire rembourser les frais qu'il a engagés pour le compte de l'association, sur présentation des factures justificatives. Mais le bénévolat ne peut en aucun cas constituer un moyen de gagner sa vie.

Seuls les volontaires envoyés dans le tiers-monde ont un statut leur permettant de toucher des indemnités.

En France, les indemnités que percevraient des bénévoles risqueraient d'être requalifiées en salaires et donc soumises aux charges sociales et aux impôts.

Bénévole ou volontaire ?

Le volontaire se consacre exclusivement à la cause qu'il a choisie, et surtout accepte de s'expatrier. Il perçoit une indemnité inférieure au Smic et non soumise aux charges sociales. L'association lui garantit une couverture sociale.

Le bénévole, lui, ne met pas son statut ordinaire en péril : il est d'abord étudiant, ouvrier, mère au foyer et, accessoirement, bénévole...

Quelles sont les questions qu'il faut se poser avant de s'engager ?

Que l'on veuille s'investir dans la vie de son quartier ou participer au projet de construction d'une école au Venezuela, il ne faut pas se lancer les yeux fermés. Il faut d'abord cerner sa personnalité pour mieux s'orienter (en quoi mon expérience peut-elle servir ? suis-je prêt à recevoir autant qu'à donner ? quelles sont mes motivations ? suis-je prêt à travailler en équipe avec des personnes de sensibilité, d'expérience ou de formation différente sans engager de rapport de forces ?).Il faut se demander aussi quelles sont les personnes ou les causes que l'on veut servir et si cela nous correspond.Enfin, il faut savoir quels types de services on veut rendre et si l'on en est capable. Une fois les réponses connues, on peut commencer à chercher le projet qu'il nous faut.

Quels sont les différents types de bénévolat ?

La palette est vaste, entre l'aide aux chômeurs et aux exclus, les visites aux personnes âgées, l'animation de clubs, de bibliothèques, la protection de la nature ou la restauration du patrimoine, les visites aux prisonniers ou la fonction d'écrivain public.Le secteur qui se développe en ce moment est le bénévolat d'accompagnement à la scolarité, qui bénéficie d'une charte nationale (aide à la lecture, dans l'école et au dehors, aide à la scolarité en général, etc.). D'importantes initiatives ont été mises en place pour inciter les jeunes à s'engager dans le bénévolat :

le dispositif "Défi jeunes", les bourses

"Déclic jeunes" de la Fondation de France, l'opération "Envie d'agir" de l'Éducation nationale, etc.Une fois le projet trouvé, il faut se poser les questions suivantes : ce projet

me correspond-il vraiment ? vais-je trouver ma place dans l'association ? ai-je le bon profil ? Il faut également faire attention aux incompatibilités et ne s'investir qu'après avoir identifié le but de l'association et son fonctionnement, sous peine de grosses désillusions.

Quelles sont les associations qui recherchent le plus de bénévoles ?

Ce sont les grands réseaux associatifs (Croix-Rouge française, Restos du Cœur, Médecins du monde, Association des paralysés de France, Secours catholique ou Secours populaire) qui témoignent le plus de leurs difficultés à recruter des bénévoles. Ces associations attendent des bras, des "bonnes volontés", disponibles, capables de s'occuper d'un vestiaire ou de servir des repas, mais aussi des personnes compétentes en matière de communication ou de nouvelles technologies, ou encore de finances.