Préparer sa reconversion professionnelle

Préparer sa reconversion professionnelle

Licenciement, insatisfaction, chômage… Peu à peu, l’envie de changer de profession ou d’activité s’installe. Mais avant de sauter le pas, mieux vaut bien préparer son projet.

Autrefois, le travail permettait l’accession à la propriété afin d’assurer le bonheur et la sécurité de sa famille. Aujourd’hui, il est devenu un moyen par lequel chacun souhaite « se réaliser ».

Avec les crises successives, cet objectif est devenu bien souvent utopique : personne n’occupe plus un emploi à vie, certains restent à leur poste même s’ils n’y trouvent que peu d’intérêt, d’autres vivent la souffrance de la perte d’emploi…

Dans ce contexte, rebondir en changeant de métier ou en créant sa propre activité devient une nécessité.

Reconversion à tous les âges

Selon un sondage Ipsos, réalisé en 2012 pour l’Association nationale pour la formation professionnelle des adultes (Afpa), 56 % des actifs interrogés  ont changé de métier (45 % pour les ouvriers, 66 % pour les professions intermédiaires et 76 % pour les cadres). Mais seulement un quart des personnes concernées a opéré une reconversion professionnelle à la suite d’une perte d’emploi.

Cette étude montre qu'au fil du temps, la reconversion est devenue une réponse réaliste face au risque de perte d'emploi. Les personnes interrogées veulent mettre toutes les chances de leurs côtés pour trouver ou conserver leur emploi. La reconversion apparait comme le 1er choix en cas de licenciement ou de crise économique.

Selon Christina Gierse, responsable du site Studyrama-Vocatis, spécialisé dans la formation continue, les changements d’orientation professionnelle se produisent plus spécialement à trois périodes de la vie :

  • « Les jeunes entre 25 et 30 ans, qui après avoir passé quatre ou cinq ans dans une entreprise, se rendent compte que le métier qu’ils exercent ne leur convient pas.
  • À 40-45 ans, certains s’aperçoivent qu’ils se sont engagés dans une voie poussés par leurs parents ou qu’ils s’ennuient dans leur activité.
  • Enfin, autour de la cinquantaine, les personnes inquiètes pour leur emploi cherchent à créer leur propre activité. »

Changement d'orientation professionnelle : quelles motivations ?

Quelle que soit la raison motivant le changement d’orientation professionnelle, ce projet ne doit pas être mené à la légère. Les personnes doivent réfléchir à leurs motivations, reconnaître leurs valeurs et leurs besoins dans le cadre du travail.

Si le désir de changement est fondé, l’étape suivante consiste à réaliser un bilan de compétences (environ vingt-quatre heures, réparties sur six à huit séances), dont le coût et la réalisation peuvent être pris en charge dans le cadre du droit individuel à la formation (DIF) pour les salariés, ou par l’intermédiaire de Pôle emploi pour les chômeurs.

Il permet de décrire son parcours professionnel, d’en extraire les éléments les plus significatifs et de bâtir un projet.

Marc Traverson, psychothérapeute et coach spécialisé dans l’accompagnement professionnel à Paris, recommande la prudence aux personnes en poste :

Avant de quitter un travail, je conseille de regarder les possibilités de changement de poste ou de formation à l’intérieur de l’entreprise. Parfois, on croit vouloir changer de métier alors que ce n’est que l’ambiance du service qui est en cause. Il ne faut jamais lâcher la proie pour l’ombre.

Enfin, la mauvaise préparation du projet est la principale source d’échec. « Quelqu’un cherchant à changer de travail à tout prix, sans mener de réflexion approfondie sur ce qu’il souhaite faire, a toutes les chances de rater sa reconversion, analyse Christelle Capo-Chichi, coauteur du “Grand livre de la reconversion professionnelle”. Et si le projet n’est pas soutenu par le conjoint ou la famille, le risque d’échec sera plus grand. » 

Le travail sur soi est essentiel avant une reconversion

 

« Dès qu’une personne ressent un désir de reconversion, il est important de l’explorer. Je travaille sur la personne plutôt que sur le projet, en vérifiant que le désir de reconversion émane bien d’elle et non de l’entourage, témoigne Sylvaine Pascual, coach et spécialiste de la reconversion professionnelle.

Puis, nous cherchons ensemble les valeurs de la personne, ce qui a du sens pour elle, ce qui la fait avancer. On parle de ses talents, ses aspirations, ses goûts, de ce qu’elle vit dans le travail comme une contrainte ou un besoin.

Petit à petit, des pistes émergent, nous vérifions leur cohérence et leur faisabilité. »