Le service civique, comment ça marche ?

Le service civique, comment ça marche ?

Pour les jeunes de 16 à 25 ans, le service civique représente une opportunité de vivre une expérience humaine et d’acquérir une expérience professionnelle. Il est alors un atout pour décrocher un premier job.

Le service civique pourrait concerner « entre 150 000 et 170 000 » jeunes, a déclaré François Hollande le 20 janvier 2015.
 
Après les attentats de janvier 2015, il est considéré comme l'un des outils permettant de reconstruire une forme de cohésion nationale et républicaine.
 
En 2014, le nombre de jeunes ayant rempli un service civique atteignait 40 000. On est encore loin d'un volontariat accessible à toute une classe d'âge.
 

En s’engageant dans une mission de service civique, les jeunes peuvent se rendre utiles et enrichir leur expérience professionnelle. Ce dispositif, mis en place en mars 2010, remplace le service civil volontaire, qui n’avait pas rencontré de succès (3 000 jeunes par an, surtout des diplômés).

Humanitaire, éducation, environnement, interventions d’urgence : des services civiques divers

Le service civique permet aux jeunes âgés de 16 à 25 ans de s’engager pour une durée continue de six à douze mois afin d’effectuer des missions au service de la collectivité et de l’intérêt général. De nombreuses structures peuvent demander un agrément.

Hormis le secteur privé lucratif, toutes les personnes morales de droit public ou les organismes à but non lucratif, dès lors qu’ils sont agréés, peuvent accueillir des jeunes.

Les jeunes qui souhaitent trouver une mission peuvent consulter les offres sur www.service-civique.gouv.fr (rubrique "Chercher une mission"). Ils peuvent aussi s’adresser aux missions locales ou directement aux structures agréées.

Les missions portent autour de neuf thématiques :

  • la solidarité (aides aux personnes en difficulté),
  • le développement international et l’action humanitaire,
  • l’éducation pour tous,
  • l’environnement,
  • les interventions d’urgence,
  • la culture et les loisirs,
  • la mémoire et la citoyenneté (défense des droits de l’homme, entretien du patrimoine),
  • la santé,
  • et le sport.

L’État espère séduire 110 000 à 170 000 volontaires par an d'ici 2017. Encore faut-il trouver des missions intéressantes pour tous.

Le contrat de service civique et l'indemnité mensuelle

  • La mission trouvée, le jeune signe obligatoirement un "contrat de service civique" avec l’organisme d’accueil. Ce document écrit contient, notamment :
  • la description de la mission,
  • sa durée,
  • son lieu d’exercice,
  • l’identité du tuteur,
  • le régime des congés,
  • le montant de l’indemnité…

Une indemnité mensuelle, d’un montant total de 573,65 €, se décompose en deux parties :

  • l’une à la charge de l’Agence du service civique d’un montant de 467,34 € net, versée par l’État quelle que soit la durée hebdomadaire de la mission.
  • l’autre, de 106,31 € net, est réglée par la structure d’accueil. Elle couvre la prise en charge des frais d’alimentation, de logement ou de transports et peut être délivrée de différentes façons : espèces, titres repas, accès à la cantine, remboursements de frais, etc.

À cette indemnité peut s’ajouter, sous certaines conditions, une bourse d’État de 106,38 € par mois.

Effectuer une mission de service civique donne des droits à la couverture des frais de maladie, maternité, invalidité et décès ainsi qu’à la retraite, et ouvre, dans certains cas, droit aux allocations chômage.

Pendant la durée de sa mission, le jeune continue à percevoir les aides au logement, mais les indemnités chômage ou le RSA sont suspendus.

Enfin, l’indemnité de service civique n’est pas soumise à l’impôt sur le revenu et son montant n’est pas pris en compte dans le calcul des prestations sociales.

Le service civique s'adresse à tous les jeunes

Le service civique, qui a pour but de "renforcer la cohésion nationale et la mixité sociale", s’adresse à tous les jeunes, quelles que soient leur formation, leur origine sociale ou géographique. La seule qualification requise est la motivation.

Selon la difficulté technique ou psychologique de la mission, les structures d’accueil peuvent dispenser une formation particulière. Dans tous les cas, le volontaire recevra une "formation civique et citoyenne" autour des valeurs d’engagement et de citoyenneté.

Un service civique pour les plus de 25 ans ?

On peut se tourner vers un "engagement de service civique" jusqu’à la veille de la date anniversaire de ses 26 ans. Au-delà, il s’agira d’un "volontariat de service civique", pour des missions de 6 à 24 mois. Il s’effectue uniquement auprès d’associations ou de fondations reconnues d’utilité publique.

L’État prend en charge la protection sociale, mais c’est la structure d’accueil qui doit financer l’intégralité de l’indemnité du volontaire.

Service civique : un tremplin vers l'emploi

À la fin de sa mission, le volontaire reçoit une attestation de service civique ainsi qu’un document décrivant les activités exercées et évaluant les aptitudes et les compétences acquises pendant la durée du service civique.

Enfin, les missions de service civique peuvent se révéler un véritable tremplin vers l’emploi.