Indépendants : des aides pour vous faciliter les recrutements

Vous avez besoin d'être épaulé dans votre activité ? Pour alléger le coût d'une embauche, plusieurs solutions s'offrent à vous en matière d'allègement de charges, à condition d'employer un chômeur de longue durée, un apprenti ou un travailleur en situation de handicap.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
4mn de lecture
Recruter un apprenti offre l'avantage de réduire le coût d'une embauche et peut-être de former un futur collaborateur.
© adobestock

Recruter en contrat d'alternance

L’alternance permet de former un jeune ou un demandeur d’emploi, tantôt au sein de votre  entreprise, tantôt dans un centre délivrant un enseignement général et théorique.

> Depuis le 1er janvier 2019, le recrutement d’un apprenti âgé entre 16 et 29 ans, voire au-delà, vous ouvre droit à une aide unique, mettant fin à l’empilement des dispositifs précédents. Aide limitée à 4125 euros la première année, à 2000 euros pour la suivante et à 1200 euros pour la troisième (de même pour une éventuelle quatrième année), soit 7325 euros au maximum si vous recrutez un apprenti sur trois ans. Pour y prétendre, vous devez cibler un candidat préparant un diplôme de niveau bac ou inférieur.

> Autre possibilité, l’embauche d’un demandeur d’emploi de 26 ans et plus en contrat de professionnalisation sous forme de CDD de six à douze mois, voire plus, ou de CDI. À la clé, sous conditions, jusqu’à 2000 euros versés par Pôle emploi (1000 euros au bout de trois mois et 1000 euros au bout de dix mois). Il s’y ajoute 2000 euros au maximum de la part de l’État pour l’embauche d’un demandeur d’emploi âgé de 45 ans et plus. Ces financements «supposent que l’employeur s’implique, avertit Jean Dutoya, directeur du Groupe Amnyos. Si vous les sollicitez, assurez-vous de votre capacité à accueillir votre future recrue et à jouer votre rôle de tuteur». N’oubliez pas que votre salarié sera parfois absent de votre entreprise puisqu’il doit étudier dans un centre de formation, entre 15 et 25% du temps, sauf exceptions, pour un contrat de professionnalisation, par exemple. Si ces règles de fonctionnement vous conviennent, optez pour l’alternance. C’est un excellent moyen de délivrer une formation maison à une personne, avant de l’intégrer durablement dans votre entreprise.

Cibler un candidat ayant des difficultés d'accès à l'emploi

> Si vous recrutez un chômeur de longue durée, un bénéficiaire d’un minimum social ou un travailleur handicapé dans le cadre d’un contrat unique d’insertion (CUI), vous pouvez bénéficier d’une aide totalisant jusqu’à 95% de sa rémunération horaire brut, sur la base du Smic, durant une période de vingt-quatre mois au maximum, sauf exceptions. Le niveau de cette prise en charge variant selon les départements, renseignez- vous auprès de Pôle emploi ou du conseil départemental. En contrepartie, vous devez jouer le rôle de tuteur et mettre en place des temps de formation, afin que la personne recrutée acquière une qualification.

> Autre dispositif incitatif à l’embauche, les emplois francs : vous recevez une aide si vous recrutez une personne au chômage résidant dans un quartier prioritaire de la politique de la ville. Son montant est de 5000 euros par an sur trois ans pour une embauche en CDI et de 2500 euros sur deux ans maximum pour une embauche en CDD d’au moins six mois. À ce jour, le dispositif est opérationnel dans deux régions (Île-de-France, Hauts-de-France) et une dizaine de départements, dont cinq en outre-mer. Attention, il est déployé à titre expérimental jusqu’au 31 décembre 2019. L’objectif est de le généraliser au-delà de cette date. «Pour ces types de dispositifs, n’hésitez pas à vous faire conseiller et accompagner, conseille Jean Dutoya. Des acteurs comme Pôle emploi, Cap emploi, les missions locales pour l’emploi ou les services du conseil départemental sont outillés pour vous aider à identifier des candidats, vous orienter vers l’aide la plus adaptée et opérer le recrutement.»

Faire jouer les dispositifs d'exonération de cotisations sociales

> Selon la localisation de votre entreprise, vous bénéficiez non pas d’une aide financière mais d’une exonération de cotisations sociales. Centré sur des bassins d’emploi en difficulté, le dispositif se concrétise par une exonération de charges patronales, totale ou partielle, limitée dans le temps (cinq ans maximum).

> Pour en bénéficier, votre entreprise doit être implantée dans une zone éligible. Il en existe deux sortes: les zones de revitalisation rurales (ZRR) et les zones de restructuration de la défense (ZRD). Renseignez-vous auprès de la Direction régionale des entreprises, de la concurrence de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte) et de l’Urssaf.

VOS DROITS EN QUELQUES CLICS

Des simulateurs en ligne, proposés par l’État, Pôle emploi et les chambres de commerce et d’industrie (CCI), vous permettent de savoir rapidement à quelles aides vous pouvez prétendre, compte tenu de votre projet de recrutement et de votre situation.

df
Thibault Bertrand
Publié le

Partager cet article :