Devenir assistante maternelle

Avec la mise en place d’une nouvelle formation en janvier dernier, ce métier continue sa professionnalisation. Nos conseils pour y accéder et faire ses premiers pas.
7mn de lecture
Les assistantes maternelles agréées sont assurées de travailler.
Les assistantes maternelles agréées sont assurées de travailler.

S’informer sur le métier

Tous les conseils départementaux organisent des réunions pour expliquer aux candidates le métier d’assistante maternelle et comment y accéder. Ces réunions sont généralement animées par un binôme constitué d’un représentant de la direction de la protection maternelle et infantile (PMI) du département et d’un représentant de la Caisse d’allocations familiales (CAF), ces deux institutions organisant l’activité d’assistante maternelle sur le territoire. Il est vivement conseillé d’y participer. Vous pourrez y poser toutes les questions que vous souhaitez et vérifier si vous êtes faite pour ce métier.

« Ce n’est pas qu’un mode de garde, comme on a pu le connaître par le passé. L’assistante maternelle doit avoir la capacité de répondre aux besoins fondamentaux de sécurité physique et affective des enfants, contribuer à leur développement en tenant compte des attentes des parents, tout en sachant se situer face à des demandes qui pourraient être contraires à la sécurité et au développement de l’enfant », explique Lydie Huet, cadre déléguée à l’agrément et à la formation des assistantes maternelles du département de Loire-Atlantique. Auprès du représentant de la CAF, vous obtiendrez les premières informations sur le contrat de travail, le salaire, etc.

Obtenir son agrément

L’agrément délivré par le conseil départemental est obligatoire pour exercer l’activité d’assistante maternelle. D’ailleurs, les parents n’ont pas le choix, confier son enfant à une assistante maternelle non agréée est en effet illégal. Le formulaire de demande d’agrément vous est remis à l’issue de la réunion d’information. Vous pouvez également le télécharger sur Service-public.fr (Cerfa n° 13394*04). Une fois rempli, vous l’adresserez par lettre recommandée avec accusé de réception au président du conseil départemental ou de façon dématérialisée si le site internet de votre département le permet.

À partir de la réception du dossier complet, le département a 3 mois pour instruire votre demande d’agrément. La procédure varie d’un département à l’autre (entretien individuel préalable ou non) mais, dans tous les cas, un agent de la PMI se rendra chez vous. Il appréciera à la fois vos qualités personnelles – disponibilité, capacité de communication et de dialogue, aptitudes éducatives, etc. – et la configuration de votre logement.

« Bien sûr, nous ne demandons pas qu’il soit déjà équipé (barrières de sécurité en haut d’un escalier, par exemple), mais nous attendons de la candidate qu’elle ait anticipé les aménagements nécessaires et qu’elle s’engage à les mettre en place avant le premier accueil », indique Lydie Huet. Attendez-vous à des questions sur les conséquences de votre activité future sur votre famille. Avez-vous parlé de ce projet avec votre mari et vos enfants ? Y sont-ils favorables ? Leur propre activité est-elle compatible avec l’accueil de jeunes enfants ?

L’agrément est attribué en commission, de manière collégiale, pour 1 à 4 enfants selon votre demande ou la propre estimation du département. Les refus ne sont pas rares. Dans le Val-de-Marne, près de 40 % des candidates ne reçoivent pas l’agrément.

Les motifs : « Des problèmes de compréhension du français, des conditions d’hygiène et de sécurité insuffisantes dans le logement, parfois le comportement de la candidate qui peut être agressive ou peu ouverte au dialogue », constate Corinne Leroux, chef du service des modes d’accueil à la DPMI du Val-de-Marne.

À savoir : dès l’obtention de l’agrément, vous pouvez solliciter auprès de la CAF un prêt sans intérêt d’un montant maximal de 10 000 euros si vous avez besoin d’aménager votre logement. Vous pouvez également obtenir, dans un délai d’un an, une prime d’installation de 300 ou de 600 euros, selon les zones géographiques, auprès de la CAF ou de la Mutualité sociale agricole (MSA).

Se former

Après l’obtention de l’agrément, vous devez suivre une formation de 120 heures, avec un minimum de 80 heures (au lieu de 60 heures jusqu’en 2018) avant de pouvoir accueillir votre premier enfant. L’inscription auprès d’un organisme et les coûts pédagogiques sont pris en charge par le département.

La formation a été modifiée en janvier 2019 pour prendre en compte les changements apportés en 2017 au CAP Accompagnement éducatif petite enfance. Des heures sont également consacrées aux premiers secours. Beaucoup de stagiaires sont des personnes en reconversion. Si vous êtes au chômage et indemnisée par Pôle emploi, vous continuerez à percevoir l’allocation de retour à l’emploi (ARE). Attention : lors de votre actualisation mensuelle sur le site de Pôle emploi, à la question « Avez-vous suivi une formation ? », répondez non, car la formation est gratuite.

Si vous êtes salariée et souhaitez vous reconvertir, votre salaire peut être pris en charge par un Fongecif (fonds d’assurance formation) dans le cadre d’un compte personnel de formation (CPF) de transition (nouveau nom du congé individuel de formation).

Vous passerez 2 épreuves d’évaluation : d’une part, une mise en situation avec un poupon, d’autre part, l’explication de votre projet d’accueil orienté sur le développement et la psychologie de l’enfant. Les 40 heures de cours complémentaires doivent être suivies dans les 3 ans qui suivent l’accueil du premier enfant.

Trouver son employeur

Lieu d’information à la fois pour les professionnels de la petite enfance et les parents, le relais d’assistantes maternelles (RAM) local est votre interlocuteur pour trouver des parents employeurs. Certains départements développent des outils en ligne pour rapprocher parents et assistantes maternelles. Même service sur le site rénové de la CAF Monenfant.fr (cliquer sur « Je recherche »), avec possibilité de géolocalisation des assistantes maternelles. Vous y trouverez la liste de vos interlocuteurs RAM et toutes les informations utiles pour votre activité. Autre piste à explorer, les sites privés, comme Nounou-top.fr, où vous pouvez déposer une annonce.

À l’intérieur d’un même département, le marché de l’emploi peut être très contrasté d’un territoire à l’autre. Pour sortir du lot, mettez en avant certaines de vos aptitudes et compétences, ou adaptez-vous à la demande, par exemple en proposant d’accueillir les enfants de parents ayant des horaires décalés. Vous avez 5 ans pour accueillir un enfant à partir de l’obtention de la première partie de votre formation.

À savoir : plutôt que d’exercer à votre domicile, vous pouvez vous regrouper avec d’autres assistantes maternelles en vous installant en maison d’assistantes maternelles (MAM). Chacune de vous conserve ses contrats avec les parents employeurs. Le projet de MAM doit être écrit et adressé avec la demande d’agrément.

Rémunération, ce que vous devez savoir

Vous fixez librement votre tarif, qui ne peut être inférieur à 0,281 smic horaire (10,03 euros brut au 1er janvier 2019), soit 2,82 euros de l’heure. En théorie, il n’y a pas de plafond. Mais au-delà de 50,15 euros brut par jour, soit 5 fois la valeur du smic horaire, les parents ne peuvent plus obtenir le complément de libre choix de mode de garde (CMG). Les assistantes maternelles s’alignent donc sur ce plafond.

À cette rémunération de base s’ajoute l’indemnité d’entretien (au minimum 3,08 euros par jour et par enfant au 1er janvier 2019) et, le cas échéant, l’indemnité de repas fixée dans le contrat de travail si vous fournissez les repas.

Votre salaire est lissé sur l’année. Vous devez recevoir le même salaire tous les mois. Les congés payés (10 % du salaire brut) sont inclus dans la mensualisation si vous travaillez 47 semaines dans l’année. Sinon, ils sont à payer en plus. Vous pouvez effectuer les simulations sur le site Pajemploi.fr (le service de l’Urssaf spécifique aux assistantes maternelles et à leurs employeurs). C’est ce service qui vous délivre vos bulletins de salaire.

À lire aussi
df
Violette Queuniet
Publié le

Immobilier, droit du travail, retraite...

Besoin d'une réponse personnalisée ?

Nos experts sont là pour vous accompagner

J'appelle

Du lundi au samedi de 9h à 20h.

0,15 € TTC / minute depuis la France métropolitaine.

Je pose ma question

C'est tout nouveau ! Votre réponse personnalisée sous un délai maximum de 48h.

Sur le même thème