CV : qu'est-ce qui intéresse les DRH ?

Les recruteurs passent en moyenne 31 secondes sur un CV... C’est donc à vous, candidat à un emploi, de leur faciliter la tâche. Voici les 6 informations essentielles que vous devez faire ressortir sur votre CV pour décrocher un entretien.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
7mn de lecture
Sur votre CV, sortez du lot pour être repéré par les DRH
© Istock / GOCMEN

Soignez votre profil

À la suite de la publication d’une offre d’emploi, les recruteurs, qu’ils travaillent dans l’entreprise qui embauche ou au sein d’un cabinet de recrutement, reçoivent des dizaines, voire des centaines de CV qui n’ont rien à voir avec le poste proposé. « Le candidat pense, à tort, que même s’il n’a pas le profil, on aura autre chose à lui proposer », explique Blandine Sordet, managing partner au cabinet Ethan McGregor. Le recruteur devra s’assurer en un coup d’œil de l’adéquation entre le profil recherché et les compétences du candidat.

Facilitez donc le travail de votre lecteur en organisant votre CV de manière très claire, structurée (antéchronologique, avec votre dernière expérience en premier) et factuelle (utilisez des mots clés faisant écho à ceux de l’annonce).

Attention, adapter son CV à chaque offre d’emploi ne signifie pas reprendre systématiquement tous les mots de l’annonce. « Cette petite tricherie se voit tout de suite et pénalise le candidat », note Blandine Sordet, ajoutant qu’il n’est pas nécessaire d’avoir 100 % des compétences demandées, mais qu’il faut s’en approcher, à environ 80 % lorsque le recrutement passe par un cabinet, un peu moins quand l’entreprise embauche en direct et peut donc assouplir les critères.

Enfin, la présentation du CV compte. Sans être une œuvre d’art, un curriculum vitae doit « donner une impression soignée, de qualité et de clarté, précise Hervé Bolingue, dirigeant du cabinet Hapi Conseil. Il s’agit d’un outil de marketing au service de votre candidature. Il doit donner envie et mener à l’essentiel. Ce n’est pas une biographie exhaustive, inutile d’indiquer le stage cueillette d’il y a vingt ans. »

 

Valorisez votre niveau d’expertise

Que savez-vous faire ? Dans un deuxième temps, le recruteur vérifiera que vous possédez l’expérience requise. Aidez-le en indiquant la durée des postes que vous avez occupés (trois ans…) plutôt que de mettre des dates (de janvier 2002 à octobre 2004…), ce qui oblige votre lecteur à calculer.

N’hésitez pas à apporter des preuves de vos réalisations. « Lorsqu’un candidat a une expertise, il faut mettre de la matière, donner des précisions sur les réussites passées : quoi, quand, avec quels moyens, quels résultats, indique Hervé Bolingue. Chaque phrase doit apporter une information. Pas la peine de préciser “gestion d’une clientèle de médecin” pour un délégué médical. En revanche, le type de produit, de clientèle, oui. » Un CV peut être étayé par des liens vers des articles, des événements professionnels auxquels le candidat a participé : on doit sentir que le candidat est fier, qu’il s’est réellement investi dans sa vie professionnelle.

 

Précisez votre environnement de travail

Grand groupe, PME, start up… au-delà du métier, le recruteur cherchera à en savoir plus sur votre écosystème professionnel. Le nom des entreprises pour lesquelles vous avez travaillé doit donc apparaître clairement. Si vous venez d’une PME ou d’une start up, donnez des précisions car votre recruteur ne les connaît pas toutes (secteur d'activité, chiffre d’affaires, nombre de salariés).

Si indiquer la taille de l’entreprise est indispensable, il faut savoir que cette information peut être à double tranchant : « Les recruteurs de grands groupes préfèrent encore souvent des candidats de grands groupes pour les postes de cadres experts. À l’inverse, les PME, les TPE et les start up sont plus ouvertes », constate Blandine Sordet. Une segmentation qui tend toutefois à disparaître dans certains secteurs, entre autres celui des nouvelles technologies.

L’environnement de travail apporte aussi au recruteur des informations sur votre personnalité. « Un candidat qui a réalisé tout son parcours dans un grand groupe n’aura pas les mêmes réflexes de travail qu’un candidat venu d’une PME ou d’une start up », souligne Marie-Vanessa Florentin, responsable de la division RH chez Robert Walters.

Un candidat qui vient d'un grand groupe est à l’aise avec les processus et développe une expertise. Celui qui vient d’une PME est plus opérationnel et polyvalent. Celui issu d’une start up sera agile et créatif.

 

Notre conseil
Si vous venez d’une petite entreprise et que vous postulez pour un grand groupe, mettez en avant le cas échéant vos réalisations pour des grands groupes, par exemple vos prestations, afin de montrer que cet environnement ne vous est pas totalement inconnu.

Expliquez quelles sont vos qualifications

« En France, le diplôme initial compte encore beaucoup, à tel point que je conseille à un junior titulaire d’un diplôme d’une grande école de l’indiquer en premier. Les formations qui suivent après, elles, témoignent de la volonté et du courage du candidat », explique Marie-Vanessa Florentin, qui ajoute que pour certains métiers, comme celui des RH, « se former tout au long de sa carrière est indispensable pour rester au courant des dernières évolutions, notamment législatives ».

Indiquez donc toutes vos formations, y compris les certificats et MOOCs... Veillez à préciser les acronymes et les abréviations pour les établissements et formations moins connus, et indiquez les compétences clés acquises. Pensez toujours à la clarté de votre CV.

Notre conseil
Pour ne pas alourdir votre CV, indiquez les apprentissages annexes de type MOOC dans une colonne séparée, à gauche de la page.

 

Il y a des trous dans votre CV, cela s'explique

Bonne nouvelle, les recruteurs sont moins sensibles qu’il y a dix ou quinze ans aux parcours parfaitement linéaires (même métier, même employeur). « Aujourd’hui, tout peut s’entendre, y compris les trous et projets n’ayant pas abouti, à condition d’être capable d’argumenter et de montrer que l’on a retiré quelque chose de chaque expérience, qu’elle soit positive ou négative », explique Marie-Vanessa Florentin.

Petite astuce : pour présenter un CV atypique, Hervé Bolingue conseille une présentation par blocs, avec par exemple deux ou trois blocs thématiques (industrie pharmaceutique, immobilier, enseignement, etc.). Indiquez en premier le bloc qui correspond à l’offre d’emploi à laquelle vous postulez.

Notre conseil
Même atypique, votre CV doit être précis dans les dates. Toute approximation provoque de la suspicion. Mieux vaut être transparent et assumer.

Ajoutez votre touche personnelle

Avez-vous une passion, un engagement associatif, humanitaire, créatif, qui vaille la peine d’être connu ? Refaire son CV, cela veut dire le rafraîchir, le rendre attractif, mais aussi le personnaliser. Les recruteurs sont de plus en plus ouverts aux compétences transversales (les fameuses « soft skills »), en vue d’en apprendre plus sur vous : capacité à communiquer et à s’intégrer, empathie, leadership, etc. « J’apprécie un parcours qui montre un engagement au long cours, comme ce candidat passé par le scoutisme avant d’être trésorier de son association étudiante. On se distingue parce qu’on est distinguable sur la durée », conclut Hervé Bolingue.

Notre conseil 
Gare au « petit plus » qui pourrait devenir un « grand moins », à l’exemple de ce candidat qui avait indiqué le rugby dans ses hobbies et auquel le recruteur a demandé à quel poste il jouait. Le candidat était vraiment un adepte du rugby… mais dans son canapé.

L’avis d’expert : Caroline Garnier, DRH chez SAP France *

“Les trous dans un parcours sont mieux acceptés“

L’absence de clarté et de lisibilité sur un CV est un frein. Je dois comprendre en un coup d’œil quel est le poste du candidat, son secteur d’activité et son expérience professionnelle.

La photo de mauvaise qualité ou, pire, la photo de vacances même recadrée sont à éviter absolument.

On est beaucoup plus tolérant aujourd’hui sur le nombre d’employeurs (changer d’entreprise tous les trois ans n’est plus un facteur négatif) et avec les trous dans un parcours (chômage, tour du monde, découverte d’un autre métier, participation à un projet de start-up, etc.).

L’agilité et la capacité d’adaptation qui ressortent de ces expériences variées sont des qualités très recherchées dans nos métiers.

 

df
Marie Zeyer
Mis à jour le

Partager cet article :