7 conseils pour réussir un entretien d'embauche

Curiosité et motivation seront vos meilleurs atouts lors d’un entretien d’embauche, étape décisive du processus de recrutement. Découvrez nos 7 conseils pour réussir votre prochain entretien d'embauche.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
5mn de lecture
Réussir son entretien d'embauche

S’informer sur le profil de l’entreprise

Vous avez été choisi, grâce à votre CV, parmi des dizaines voire des centaines d’autres candidats pour passer un entretien ? Bravo ! Mais ne gâchez pas cette chance en pensant que cette étape du recrutement n’est qu’une formalité.

À ce stade, la concurrence est moins nombreuse mais plus redoutable puisque les candidats convoqués ont, sur le papier du moins, le profil requis pour le poste. Arriver bien préparé pourra vous permettre de faire valoir vos points forts.

Rassemblez le maximum d’informations sur l’entreprise : secteur d’activité, chiffre d’affaires, clients, nombre de collaborateurs, implantation, etc. Tous ces renseignements se trouvent facilement sur Internet.

Faire ces recherches permet au candidat de savoir dans son curriculum vitae ce qui a pu attirer le recruteur et de préparer des points d’accroche qui correspondent à la société », explique Gaëlle Marre, directrice d’OfficeTeam, cabinet de recrutement spécialisé dans les fonctions administratives.

Se préparer pour l'entretien

Renseignez-vous aussi sur la personne qui va vous recevoir, via son compte Viadeo ou LinkedIn. Vous devez savoir si vous rencontrerez un opérationnel (votre futur manager) ou un responsable du recrutement (DRH).

N’hésitez pas à simuler l’entretien avec un proche, pour vous entraîner à tenir un discours fluide et cohérent. Si vous êtes inscrit à Pôle emploi, vous pouvez bénéficier d’un atelier de simulation d’entretien.

La veille, vérifiez votre trajet. Allez jusqu’à le tester si vous le pouvez. Donnez-vous une marge de 30 minutes supplémentaires. Car arriver en retard, c’est donner tout de suite une mauvaise impression.

Rassurer le recruteur

Multipliez les signes qui mettront votre interlocuteur dans des dispositions favorables. Votre tenue doit être professionnelle et standard. La cravate n’est pas obligatoire pour les hommes, et le jean est à proscrire pour les deux sexes.

Soyez clair sur votre projet professionnel, en restant ouvert, en particulier dans un cabinet de recrutement qui peut ensuite vous proposer d’autres postes. Informez-vous, prenez des notes, c’est toujours bien vu. Et attendez-vous à cette question incontournable : que pensez-vous pouvoir apporter comme compétence à cette entreprise et à ce poste ? Vous répondrez en listant ce qui, dans votre parcours professionnel, constitue une valeur ajoutée pour le poste à pourvoir.

La question sur vos qualités et vos défauts revient souvent : « Plutôt que la réponse bateau consistant à citer une qualité qui se transforme en défaut (par exemple, “déterminé et parfois têtu”), j’encourage les candidats à évoquer leurs qualités en se fondant sur leur expérience et à montrer comment ils ont corrigé leurs défauts (par exemple, un manque d’organisation) avec l’aide de leur manager », conseille Noëmie Cicurel, directrice chez Robert Half, cabinet de recrutement.

Présenter son parcours professionnel

L’entretien peut démarrer de deux façons : soit le recruteur présente l’entreprise puis vous donne la parole, soit il vous demande d’emblée de parler de vous.

Dans le premier cas, n’hésitez pas à prendre des notes. Vous mémoriserez les informations importantes et pourrez les utiliser pour rebondir.

Dans le second cas, remerciez-le d’abord d’avoir été sélectionné et d’être reçu. Puis embrayez sur votre parcours, en commençant toujours par la dernière expérience. Ayez toujours un exemplaire de votre CV sur vous : si le recruteur ne l’a plus, il pourra se le remémorer.

"Attendez-vous à devoir expliquer les raisons de votre départ de votre dernier emploi – démission, rupture conventionnelle, licenciement – et à préciser votre période d’inactivité", prévient Gaëlle Marre.

Commentez les points de votre CV en adéquation avec l’emploi proposé. Ne vous égarez pas : inutile de parler des expériences sans rapport avec l’entreprise ou le poste.

Le recruteur attend avant tout d’être rassuré, rappelle Rabia Markou, responsable recrutement de DHL International Express. Le candidat doit montrer qu’il est “LA” bonne personne pour le poste par un discours structuré et des exemples étayant son parcours. »

Poser les bonnes questions au recruteur

Dans un entretien, chacun cherche à connaître l’autre. Il faut donc préparer des questions, mais aussi des réponses pour les questions pièges.

Toutes les interrogations sur le poste sont bienvenues : comment le service est-il organisé ? Quels seront mes interlocuteurs ? Où en êtes-vous du processus de recrutement ? Mais évitez les questions sur les tickets restaurant ou la voiture de fonction.

Un entretien dure de 1 heure à 1 heure 30. À son issue, si vous êtes intéressé par le poste, dites par exemple : "J’ai beaucoup apprécié notre entretien et je pense que je pourrais vraiment faire du bon travail dans cette fonction."

Relancer après l’entretien

Envoyer un mail ou un courrier les jours suivants est très apprécié. L’entretien avec le spécialiste du recrutement, interne ou externe, permet de déterminer une short list de deux ou trois personnes maximum, transmise au manager opérationnel, qui a le dernier mot.

Ce qui fait, au final, la différence, c’est vraiment la motivation. À compétences égales, le recruteur choisit le candidat qui montre sa volonté de rejoindre l'entreprise.

« Osez parler de votre période de chômage »

Noëmie Cicurel, directrice chez Robert Half, cabinet de recrutement

« Avec 10 % de demandeurs d’emploi en France, une période de chômage est devenue courante dans un parcours professionnel. Devant le recruteur, parlez-en simplement. Vous pouvez avoir profité de deux ou trois moments de coupure, avant de vous mettre en recherche active, pour souffler et faire les démarches qu’on remet toujours à plus tard. Décrivez comment s’est passée votre recherche d’emploi, les cabinets et les entreprises que vous avez rencontrés, les formations que vous avez pu suivre, les conseillers qui vont ont aidé à affiner votre projet, etc. »

Entretien : les attitudes à éviter

  • Arriver en retard.
  • Oublier d’éteindre son téléphone portable.
  • Ne pas regarder son interlocuteur dans les yeux.
  • Croiser les bras : c’est une attitude de rejet.
  • Critiquer son ancien employeur.
  • Répondre simplement par oui ou par non.
  • Afficher une attitude arrogante ou désinvolte.
  • Mentir sur son parcours professionnel.
  • Cacher ses périodes de chômage.
  • Poser des questions insistantes sur les avantages sociaux.
df
La Rédaction
Publié le

Partager cet article :