Où apprendre une langue étrangère ?

Où apprendre une langue étrangère ?
L’acquisition d’une langue est plus simple si celle que l’on veut apprendre appartient à la même famille linguistique que celle de sa langue maternelle. - © gpointstudio

École spécialisée, institut culturel, prof particulier ou pratique en ligne : que choisir pour être assuré de progresser ? Nos conseils et nos adresses.

Lorsqu’elle a décidé d’acquérir la nationalité de son époux, Odile s’est mise sérieusement à l’apprentissage du portugais. « Une question de principe ! J’ai suivi six semestres de cours à l’institut Camões de Paris, mais j’ai beaucoup travaillé à côté, en révisant, répétant, jusqu’au jour où, pendant un séjour dans le pays de Manuel, un déclic s’est produit, et je n’ai plus eu peur de parler portugais, malgré les fautes. »

Frédéric, dans son travail de consultant en santé publique, est amené à collaborer avec des équipes multilingues et à rédiger ses rapports en anglais. « Je me débrouillais assez bien en anglais, mais il fallait passer à la vitesse supérieure. Avant de partir pour une mission au Surinam et après un test d’évaluation, j’ai suivi plusieurs modules au centre Wall Street English, pour être plus à l’aise. »

Pour Henry Tyne, linguiste à l’université de Perpignan, « on peut apprendre à tout âge, mais l’oreille d’un adulte, contrairement à celle d’un enfant, est fortement conditionnée par tout ce qu’elle a absorbé depuis la naissance. Il sera donc moins facile de parler comme un natif, d’entendre et de reproduire certains sons. Garder un accent n’est pas un désavantage en soi, car l’interlocuteur comprend aussitôt qu’il a affaire à un étranger, et il s’adressera donc à vous avec plus de bienveillance ».

Apprendre selon vos besoins

L’acquisition d’une langue est plus simple si celle que l’on veut apprendre appartient à la même famille linguistique que celle de sa langue maternelle : par exemple, des langues latines proches du français, comme l’espagnol ou l’italien.

Avant de choisir votre mode d’apprentissage, soyez bien clair sur ce que vous souhaitez : juste vous débrouiller lors d’un voyage, parler plus couramment, pouvoir déchiffrer des documents techniques ou en rédiger, accueillir des touristes étrangers dans votre gîte, etc.

« Attention, prévient Henry Tyne, la méthode qui fonctionne avec telle personne n’aura pas systématiquement la même efficacité avec telle autre. Et, sans réelle motivation, l’acquisition sera difficile. »

Vous pouvez essayer d’apprendre seul, à l’aide d’un support pédagogique (livre, CD, site Internet, etc.) mais, en règle générale, l’accompagnement d’un professionnel de la pédagogie vous permet de progresser plus rapidement : celui-ci saura vous intéresser, vous expliquer simplement des règles grammaticales complexes, vous corriger, vous livrer quelques astuces pour reproduire des sonorités qui n’existent pas en français.

Pour lapprentissage, profiter de la formation professionnelle

Si vous êtes salarié ou demandeur d’emploi, vérifiez si votre compte personnel de formation (CPF) vous donne droit à un nombre d’heures suffisant pour l’apprentissage d’une langue étrangère. Vous pourrez mettre à profit ce crédit d’heures pour étudier, même sans l’accord de votre employeur.

Les plus Les frais ne sont pas à votre charge.

Les moins Pour suivre l’enseignement pendant votre temps de travail, vous devez obtenir l’autorisation de votre employeur.

Se rapprocher des institutions culturelles étrangères

Les instituts, centres culturels et consulats de nombreux pays – plutôt dans les grandes villes – proposent des cours pour débutants et personnes confirmées, des clubs de conversation... Par exemple, le centre culturel franco-allemand à Nantes, l’Institut culturel italien de Lyon, le centre culturel britannique de Lille, l’institut Cervantes à Bordeaux...

Les plus Les cours sont dispensés par des institutions reconnues et, le plus souvent, par des enseignants natifs du pays. Les prix sont raisonnables (pour l’année, 280 € au centre culturel franco-allemand, 760 € au centre Cervantes).

Les moins Les centres culturels étrangers ne sont installés que dans les grandes villes. L’enseignement reste assez classique. 

S’adresser à la mairie ou à des associations

Certaines mairies ou des associations organisent des cours de langue, généralement en soirée. Par exemple, la ville de Paris, grâce à ses cours municipaux d’adultes (CMA), propose l’apprentissage de 9 langues étrangères. Les cours sont généralement collectifs et ont lieu le soir et le samedi.

Les plus La cotisation annuelle est très accessible (par exemple, 52 € avec l’association philotechnique de Paris pour un choix d’une quinzaine de langues, ou 200 € avec l’association Nihon Go Dijon pour des cours de japonais de niveau débutant en Bourgogne).

Les moins Il faut s’inscrire tôt pour décrocher une place, et certains cours sont parfois très chargés, même s’il y a des abandons en cours d’année.  

S’inscrire dans un centre spécialisé

Berlitz, qui dispose d’un catalogue de plus de 25 langues, et Wall Street English, qui se concentre sur l’anglais, ont chacun des méthodes éprouvées pour enseigner efficacement. Après un test de niveau, ces centres d’apprentissage des langues proposent un programme individualisé pour chaque apprenant.

Berlitz axe son enseignement sur l’oral grâce à l’intervention de professeurs natifs qui mettent les élèves en situation. La grammaire est abordée dans ce contexte.

Pour ceux qui habitent loin d’un centre Berlitz ou qui sont peu disponibles, l’école propose, au choix, des rendez-vous en ligne avec un enseignant (« Berlitz Virtual Classroom ») ou l’accès à une plateforme de e-learning (« CyberTeachers »), accessible vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept.

Elle organise également des stages intensifs d’une à cinq semaines, individuels ou particuliers.

Wall Street English offre, dans un premier temps, des outils multimédias interactifs pour répéter, réviser, faire des exercices dans ses centres, mais aussi à partir de son propre ordinateur. Suivent des cours avec un professeur natif au sein de petits groupes (3 à 4 personnes, par exemple) d’un même niveau, et des séances de conversation à plusieurs sur des thèmes variés (voyages, études, travail, etc.), sans oublier des activités dans la langue étudiée.

Les plus Les méthodes sont confirmées, et généralement jugées efficaces.

Les moins Les prix sont plus élevés.

Prendre un professeur particulier

Vous pouvez faire appel à un étudiant ou à un professeur particulier, en vous adressant notamment aux centres régionaux d’œuvres universitaires et scolaires (Crous), en prospectant sur le site Kelprof.com (mise en relation payante : 1,90 €) ou sur la nouvelle plateforme collaborative Kokoroe.co (prélèvement de 2,50 € + 10 % du prix du cours). Des milliers de professeurs – étudiants, enseignants ou, tout simplement, des natifs du pays – proposent leurs services pour dispenser des cours de langue.

Les plus La flexibilité, car vous pouvez adapter vos horaires à votre emploi du temps, et la grande diversité des prix (entre 15 et 50 € l’heure d’enseignement selon la langue, votre niveau et celui du professeur).

Les moins Les candidats professeurs ne sont pas tous des pédagogues.

Des aides en ligne

  • Polyglotclub.com vous met gratuitement en relation avec des correspondants désireux de partager leur langue.
  • Babbel.com propose des exercices interactifs composés d’images et de sons dans de nombreux domaines (vacances, affaires, etc.) et dans 14 langues. Tarif : 4,95 € par mois pour un abonnement annuel.
  • Mondlylanguages.com offre 500 leçons dans une trentaine de langues sous forme de petits exercices ludiques, de conversations et de leçons journalières pour 33,18 € (19,99 € en promotion).
  • Learnbots.com permet de réviser les principaux verbes réguliers et irréguliers dans 25 langues pour 8 € (3,99 € en promotion).

7 conseils pour favoriser l’apprentissage

Henry Tyne, linguiste, maître de conférences à l’université de Perpignan Via Domitia

1 - Se fixer des objectifs clairs et réalistes, et consigner tout ce qui est atteint dans un carnet de bord, afin de mesurer sa progression.

2 -  Ne pas faire l’économie d’un professeur qui guidera l’apprentissage, car il est difficile de progresser en complète autonomie, même avec la meilleure des méthodes.

3 - Répéter, faire des exercices, travailler régulièrement, de préférence chaque jour, les heures d’enseignement hebdomadaires ne suffisant jamais.

4 - Oser parler en commençant par les formules ritualisées (politesse, etc.), sans craindre de faire des fautes ou avoir honte de son accent.

5 - Accepter de ne pas être tout à fait la même personne quand on s’exprime dans une autre langue.

6 - Multiplier les contacts avec la langue, par exemple en regardant des films en V.O. (sur YouTube et Dailymotion, par exemple), en consultant des sites Internet de préférence déjà connus en français (ceux de vente en ligne, des compagnies aériennes, etc.), en déchiffrant un livre ou un article étranger déjà lu en français, en pratiquant une activité dans la langue étudiée (cours de cuisine, jeux en ligne, etc.).

7 - Ne pas rester constamment lié à son pays d’origine (téléphone, mail, réseaux sociaux), lorsqu’on est en immersion en terre étrangère.