Compte personnel de formation : les escroqueries se multiplient...

4 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© fizkes

Ces derniers mois, le compte personnel de formation (CPF) est devenu le nouveau terrain de chasse des escrocs. Et pour cause. Depuis 2019, ce dispositif, qui permet à toute personne active d’acquérir des droits à la formation mobilisables tout au long de sa vie professionnelle, est crédité en euros et non plus en heures. Chaque année, il est alimenté de 500 € pour toute activité à mi-temps ou plus, dans la limite de 5 000 €. Avec un peu plus de 38 millions d’actifs disposant d’un CPF crédité, cela représente une somme considérable d’argent dormant. De quoi attirer les convoitises.

En plus d’un an, des dizaines de milliers de titulaires d’un CPF se sont fait dérober leur solde par des organismes frauduleux. En mars dernier, la Caisse des dépôts, chargée de gérer ces droits à la formation, révélait qu’entre 10 et 12 millions d’euros de crédits formation avaient été détournés par des cybermalfaiteurs.

Des arnaques multiples

Pour arriver à un tel pactole, les escrocs ont multiplié les campagnes massives d’appels, de mails ou de SMS, selon une enquête de France Info publiée lundi 23 août. Leur but était de parvenir à récupérer les identifiants (e-mail et numéro de Sécurité sociale) d’actifs afin de pouvoir accéder à leur compte CPF sur la plateforme « Mon compte formation » et de les inscrire, à leur insu, à une formation dispensée par un faux organisme afin de débiter leurs crédits. Le ministère du Travail mettait déjà en garde contre ce type d’arnaque en janvier dernier.

Mais ce n’est pas la seule technique des malfaiteurs. Des personnes ont aussi été contactées par des organismes proposant des formations 100 % gratuites, parfois accompagnées de lots comme un bon d’achat Amazon ou une tablette, en cas d’acceptation. Or, ce n’est pas gratuit puisque c’est financé par le CPF. Des propositions de ce type circulent toujours sur les réseaux sociaux. D’autres se sont vus proposer des formations bidons. « J'ai par exemple eu une dame qui voulait faire un perfectionnement Excel. Elle a été contactée par téléphone, a dit oui à une formation et a été ponctionnée de 2 000 euros de son compte CPF. Tout ça pour finalement ne recevoir qu'un bouquin », explique à France InfoKhadija Himmi-Cherifi, responsable de l'association de conseil en évolution professionnelle CEP paritaire Île-de-France.

Sur la plateforme « Mon compte formation », il n’est pas rare de trouver des formations aux certifications inexistantes, notamment dans le domaine des formations en langues, qui se doivent d’être certifiantes. Un cursus en vietnamien est, par exemple, proposé avec le passage du test Lilate… qui n’existe pas dans cette langue.

Les conseils pour ne pas se faire piéger

Pour éviter de perdre vos crédits formation, les autorités conseillent de ne jamais communiquer vos identifiants (numéro de sécurité sociale ou mot de passe). « Les agents du ministère du Travail, de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), de tous ministères ou des agences de l’Etat ne rentreront jamais en contact avec vous pour demander d’utiliser votre CPF », rappelait en janvier dernier le ministère du Travail. Aucun organisme n’est habilité à vous demander vos coordonnées par mail, SMS ou via les réseaux sociaux. De même, « les agents de l’Etat ne vous appelleront jamais pour vous proposer une formation ».

Avant de vous engager, il est également conseillé de comparer les formations proposées et leurs tarifs, de regarder les notes affichées par la plateforme et de vérifier si l’organisme est enregistré dans un des registres de France compétences.

Les sommes ponctionnées sont recréditées

S’il est trop tard et que vos droits ont été dérobés, vous pourrez, en principe, les récupérer en contactant le service de relation client du CPF par téléphone au 09 70 82 35 51, accessible du lundi au vendredi de 9h à 17h (appel non surtaxé). Mais cela peut prendre du temps. « J’ai dû appeler au moins 100 fois l’organisme, je suis allée porter plainte à la gendarmerie, j’ai écrit à la Caisse des dépôts et ce n’est qu’au bout de trois mois que j’ai récupéré mon argent », témoigne une victime auprès de France Info.

Pensez à conserver toutes les preuves en votre possession (nom de la formation, nom de l’organisme, adresse postale, mail, numéro de téléphone, etc.) et à porter plainte auprès de la police ou de la gendarmerie.

De nouvelles règles de sécurité

Pour limiter les arnaques, les usagers seront automatiquement informés, à partir de l’automne prochain, de la non-certification d’un organisme. Et à compter de janvier ou février 2022, les organismes qui ne seront pas clairement identifiés n’auront plus accès à la plateforme.

A lire aussi