Création d’entreprise : cibler les secteurs porteurs

Création d’entreprise : cibler les secteurs porteurs
Le bien-être, une activité en pleine expansion. - © GlobalStock

Parmi la sélection de domaines d’activité qui connaissent la croissance, à vous de choisir en fonction de vos compétences, de vos goûts… et de vos capacités financières !

Le e-commerce

Rares sont les secteurs qui affichent une croissance à deux chiffres. C’est le cas du commerce en ligne : + 14,3 % entre 2014 et 2015, et près de 65 milliards d’euros dépensés par les Français en 2015, selon la Fédération e-commerce et vente à distance (Fevad).

« Tout le monde peut créer une petite boutique en ligne pour commercialiser des produits », observe Élizabeth Vinay, de l’Agence France Entrepreneur et auteur de Secteurs porteurs 2016 sur afecreation.fr.

L’investissement est d’environ 10 000 € pour un site professionnel de qualité par le biais de prestataires qui proposent des sites adaptés ou clés en main (PrestaShop, Magento, WooCommerce, Powerboutique, Oxatis, etc.).

L’économie collaborative

Échanger et partager des biens entre particuliers, limiter les intermédiaires entre producteurs et consommateurs, tels sont les principes de l’économie collaborative. Née à la fin des années 1990, cette dernière a connu une expansion extraordinaire grâce à Internet, avec des réussites fulgurantes, comme Blablacar (covoiturage), Airbnb (location entre particuliers) ou Uber (transport individuel à bas coût).

Le secteur va continuer son ascension, et les investisseurs ne s’y trompent pas : depuis 2012, 2 milliards d’euros ont été investis dans plus de 500 start-up de l’économie collaborative dans le monde, d’après la Direction générale des entreprises (DGE).

La « silver économie »

En 2015, 16 millions de Français étaient âgés de 60 ans et plus, et ils seront plus de 22 millions en 2035, selon l’Insee. La « silver économie » (économie au service des personnes âgées) devrait donc connaître un boom.

Selon SilverEco.fr, la croissance française attendue du produit intérieur brut (PIB) issu de cette économie du vieillissement est de 0,25 % par an (environ 5,4 milliards d’euros). Le site répertorie un grand nombre d’entreprises et d’initiatives dans ce domaine.

La restauration rapide

Avec 4 repas sur 10 pris dans la restauration rapide, le secteur continue à croître, poussé par les innovations (hamburgers « made in France », vente dans la rue, etc.).

« Il y a encore des occasions à saisir, car ce segment de la restauration reste abordable et plus rentable que la restauration traditionnelle », précise Élizabeth Vinay. Ce sont d’ailleurs surtout des petites structures d’une ou deux personnes seulement qui voient le jour.

Les services à la personne

Ménage, portage de repas, prestations de bricolage, de jardinage, portage de repas, réparation informatique... les besoins des particuliers sont énormes. Selon France Stratégie, 150 000 emplois devraient être créés dans ce secteur, dans les cinq prochaines années.

Le statut de micro-entrepreneur est adapté. Si vos services s’adressent aux personnes de plus de 60 ans, un agrément de la préfecture est nécessaire, afin que vos clients bénéficient d’un abattement fiscal de 50 % sur les sommes dépensées (voir entreprises.gouv.fr/services-a-la-personne). Il vous est également possible d’être payé comme salarié en chèque emploi service (cesu), ce qui vous dispense de l’agrément.

Le bien-être

Médecines douces, relaxation, massages, nutrition, soins anti-âge et autres ont le vent en poupe. Parmi les créneaux porteurs, les salons en franchise et le haut de gamme (spas, centres de remise en forme) demandent un capital de départ substantiel.

D’autres, comme le coaching ou le conseil en nutrition, nécessitent moins de ressources financières, mais une qualification adéquate. Le marché de la forme est boosté par le numérique : applis spécifiques, bracelets évaluant l’activité physique, etc.

Le tourisme

Le tourisme connaît un rebond d’activité depuis quelques années. Ce secteur s’ouvre à de nombreuses innovations.

Créer des chambres d’hôtes ? Tentant pour beaucoup, mais cela ne procure bien souvent qu’un complément de revenus. L’activité, selon Gîtes de France, est cependant en train de se professionnaliser, et 20 % des propriétaires génèrent un chiffre d’affaires de plus de 30 000 € par an.

Le conseil

Après une période de crise, le conseil aux entreprises a renoué avec les bénéfices : 5 % de hausse du chiffre d’affaires, entre 2014 et 2015.

Ce type d’activité nécessite peu d’investissement (1 000 € suffisent pour démarrer) et constitue souvent une fin de carrière honorable pour les seniors au chômage, principalement les cadres, qui trouvent là un complément de revenu.

« Pour réussir, croisez les tendances porteuses »

Élizabeth Vinay, responsable des dossiers Projecteurs à France Entrepreneur

« Plusieurs indicateurs permettent de repérer les secteurs porteurs. C’est en croisant différentes approches, voire deux tendances porteuses, que l’on trouvera sans doute le bon secteur.

Par exemple :

  • le spa ou les piscines + l’écologie ;
  • les loisirs créatifs + Internet ;
  • le virtuel + les magasins ;
  • le tourisme + la santé ou la gastronomie ;
  • les déchets + la mobilité ;
  • le luxe + l’achat d’occasion ;
  • le business + le social ;
  • les emballages + l’écologie ;
  • la nourriture + manger sain ou « sans... » ;
  • le financement participatif (crowdfunding) + un autre type de secteur d’activité ;
  • un produit + le « made in France » ;
  • les produits bio + les animaux domestiques ;
  • la récupération + le design écologique. »