Aides à la création d’entreprise : 5 erreurs à éviter

Aides à la création d’entreprise : 5 erreurs à éviter
Il est important d’établir son business plan et son plan de trésorerie avec rigueur. - © smolaw11

Financements gratuits, exonération de charges, allocations chômage… Quand on devient entrepreneur, toutes les aides semblent bonnes à prendre. Mais attention à les demander à bon escient et au bon moment.

1°) Se tromper dans le timing

Vous avez commencé à faire le tour des aides auxquelles vous pourriez avoir droit. « Vérifiez bien à quel moment de votre calendrier vous devez les demander, avertit Katy Leroy, de la chambre de commerce et d’industrie de Troyes et de l’Aube. Certains coups de pouce sont réservés aux ‘‘créateurs d’entreprise’’, c’est-à-dire à ceux qui n’ont pas encore immatriculé leur activité. D’autres ne sont accessibles qu’après. »

2°) Démissionner trop vite

« Si vous êtes salarié, faites d’abord une étude de marché et montez votre business plan avant de quitter l’entreprise, conseille Gildas Cimon, responsable des actions éducatives du BGE du Grand Paris (réseau d’accompagnement à la création d’entreprise). Préférez la rupture conventionnelle pour bénéficier des allocations chômage en attendant la rentabilité. »

À noter : d’après la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel, la démission pour créer son entreprise donnera accès aux allocations chômage, sous réserve de remplir certaines
 « conditions d’activité antérieures spécifiques » qu’un décret doit préciser (possiblement,
 avoir 5 ans d’ancienneté). Mais avant toute démission, le salarié devra demander un conseil en évolution professionnelle (CEP).

3°) Faire le mauvais choix entre l’ARE et l’ARCE

Au chômage indemnisé, vous pouvez bénéficier de deux aides à la création d’entreprise non cumulables : le maintien de l’allocation de retour à l’emploi (ARE) ou l’aide à la reprise ou à la création d’entreprise (ARCE). Avec l’ARE, vous restez inscrit à Pôle emploi et continuez à toucher l’allocation mensuelle, jusqu’au terme de la période d’indemnisation. Avec l’ACRE, vous êtes radié de Pôle emploi et encaissez 45 % du reliquat de vos droits aux allocations chômage (la moitié immédiatement, l’autre moitié 6 mois après).

« Ensuite, c’est sans filet, précise Mohamed Sabri, directeur de l’antenne Positive Planet de Clichy-sous-Bois, le réseau de soutien aux entrepreneurs des quartiers prioritaires. Il faut peser le pour et le contre, car c’est irréversible. »

À noter : pour avoir droit à l’ARCE, il faut impérativement avoir déjà obtenu l’Accre.

4°) Demander l’Accre trop tard

L’aide au chômeur créateur ou repreneur d’entreprise (Accre) est une exonération partielle de cotisations sociales pendant les 12 premiers mois de l’activité. « Mieux vaut faire la demande d’Accre en même temps que l’immatriculation au registre des entreprises, explique Katy Leroy. Le délai est de 45 jours, mais si vous oubliez, il n’y a pas de deuxième chance. »

5°) Tout miser sur les aides

« Les aides sont un coup de pouce au démarrage, sans plus, souligne Gildas Cimon. Pour se lancer, l’entreprise doit s’appuyer
 sur des réseaux d'accompagnement (Initiative France, ADIE, France Active) et des ressources solides : investisseurs, crédit bancaire, apport personnel. »

Katy Leroy précise : « Vous devez calculer et viser tout de suite votre seuil de rentabilité qui indique le chiffre d’affaires à réaliser pour couvrir les charges et commencer à dégager un bénéfice. »

> À LIRE AUSSI

Petits patrons : le coût des erreurs les plus fréquentes

EURL, SARL, SAS… Sous quelle forme créer son entreprise ?

Trouver des financements pour créer son entreprise

Les clés de la réussite

  • Établir son business plan et son plan de trésorerie avec beaucoup de rigueur.

  • Demander la date de versement effectif des fonds liés à une aide.

  • Faire la différence entre le financement de l’activité elle-même et les aides pour vivre pendant la création de l’entreprise.

  • Surveiller ses comptes et sa trésorerie dès le démarrage, pour ne pas laisser filer les dépenses.
  • Se faire rapidement payer ses premières commandes pour régler ses premières factures.

Immobilier, droit au travail, retraite...
Besoin d’une réponse personnalisée ?
Nos experts sont là pour vous accompagner.

J'appelle au 0 890 712 713

Du lundi au samedi de 9h à 20h.
0,15 €TTC / minute depuis la France métropolitaine.

Je pose ma question

C’est tout nouveau ! Votre réponse personnalisée sous un délai maximum de 48h.

X