Salarié, que faire de votre prime de participation ?

8 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Zephyr18 - iStock

La participation est un droit sur une partie des bénéfices réalisés par votre entreprise. Elle est obligatoire dans les entreprises de plus de 50 salariés, facultative dans les autres. Dès lors que vous avez plus de trois mois d'ancienneté, vous y avez droit, même si vous êtes en contrat d'apprentissage ou en contrat à durée déterminée (CDD). Vous pouvez en bénéficier si vous avez été licencié, pour faute grave ou lourde, l'année précédente ou au début de l'année, au titre des droits relatifs à la période pendant laquelle vous étiez toujours en poste.

1499 € : c'est le montant moyen des primes de participation versées en 2019. Il était de 1 430 euros en 2018.

Vous ne vous manifestez pas

Si vous ne faites pas connaître votre choix dans les 15 jours suivant son attribution, votre participation sera automatiquement bloquée. Si votre entreprise propose un plan d'épargne retraite d'entreprise (Perco ou PER collectif, lire encadré page 52), une moitié de votre prime de participation sera orientée vers ce plan d'épargne retraite - et bloquée jusqu'à votre retraite - et l'autre moitié sera affectée au plan d'épargne entreprise (PEE). En l'absence de plan d'épargne retraite d'entreprise, la totalité de vos droits sera versée sur le PEE et indisponible pendant au moins cinq ans.

Consultez le guide pratique "Je me constitue un patrimoine financier" Une « check-list » pour ne rien oublier, des outils pratiques et tous les articles utiles J'y vais

Vous demandez un versement immédiat : attention !

Si vous choisissez de la percevoir immédiatement, votre participation sera imposable dans les mêmes conditions que votre salaire. Ce qui n'est pas forcément un bon calcul. Si vous avez besoin de liquidités, commencez par vérifier si vous n'avez pas des sommes qui seraient déjà disponibles sur votre plan d'épargne entreprise. Il est préférable de retirer l'épargne disponible en franchise d'impôt sur le revenu et simultanément d'épargner la prime qui vient de vous être attribuée pour échapper à l'impôt.

Vous n'êtes pas imposable ?

Si vous demandez à percevoir immédiatement votre prime, cela va augmenter votre revenu fiscal de référence et peut vous faire perdre le bénéfice de certaines allocations familiales, affecter le tarif de certaines prestations sociales (crèche, cantine) ou de votre comité social et économique (ex-comité d'entreprise).

Vous choisissez de défiscaliser votre prime

Vous pouvez donc demander à percevoir immédiatement votre prime, la verser sur votre PEE et/ou sur votre Perco ou PER collectif ou encore opter pour un mix des deux formules. Verser votre prime sur un plan d'épargne salariale vous permet de la défiscaliser. Ce qui peut être intéressant, même si vous n'avez pas l'intention d'épargner. Si vous avez quitté votre entreprise en fin d'année dernière ou au début de cette année avant l'attribution de votre prime de participation, rien ne vous empêche de la verser sur le PEE de votre ancien employeur, à condition de ne pas l'avoir fermé au moment de votre départ. En procédant de cette manière, votre prime échappera à l'impôt sur le revenu. Vous pourrez ensuite la récupérer immédiatement, en invoquant la rupture de votre contrat de travail.

Notre conseil : n'hésitez pas à procéder de la même manière si vous allez vous marier ou vous pacser l'année après l'attribution de la prime, si vous attendez un troisième enfant (ou quatrième, cinquième…) ou êtes sur le point d'acheter votre résidence principale. Ce sont des cas de déblocage anticipé.

Vous bénéficiez d'un éventuel bonus de votre employeur

Autre intérêt d'épargner votre prime : cela peut déclencher le versement d'une aide supplémentaire de votre employeur. C'est l'abondement, exonéré d'impôt sur le revenu, plafonné au triple de vos versements, il ne peut dépasser 3 290 euros pour le PEE et 6 581 euros pour le plan d'épargne retraite.« Renseignez-vous sur la politique d'abondement de votre entreprise. Si votre employeur propose un abondement différent sur le PEE et le plan d'épargne retraite, vous aurez intérêt à répartir votre prime de manière à optimiser le montant perçu. Certaines entreprises peuvent même proposer un abondement plus élevé sur certains fonds, notamment les fonds d'actionnariat salarié », suggère Benjamin Pedrini, directeur général d'Epsor.

Les règles d'indisponibilité des fonds

Au-delà des règles de l'abondement, c'est la durée d'indisponibilité des fonds et les cas de déblocage anticipé qui peuvent vous aider à privilégier tel plan d'épargne plutôt que tel autre.

Sur un PEE : La durée d'indisponibilité des fonds est en général de cinq ans : tous les cinq ans, une partie des sommes épargnées sur votre plan devient disponible. Il existe en outre de nombreux cas de déblocage anticipé qui peuvent vous permettre de récupérer une partie, voire la totalité, de votre épargne en cours de route sans perdre le bénéfice de l'exonération d'impôt sur le revenu dont vous avez bénéficié à l'entrée :

  • mariage ou conclusion d'un pacs ;
  • arrivée du troisième, quatrième enfant, etc. ;
  • divorce, séparation ou rupture de pacs si vous avez au moins un enfant à la maison (en cas de garde alternée, chacun des parents peut demander le déblocage) ;
  • décès de votre conjoint ou partenaire de pacs ;
  • rupture de votre contrat de travail licenciement, démission, départ ou mise à la retraite, fin de CDD ;
  • situation de surendettement ;
  • survenance d'une invalidité, y compris affectant votre conjoint, partenaire de pacs ou un enfant ;
  • création ou reprise d'une entreprise, y compris lorsqu'il s'agit d'aider vos enfants à s'installer ;
  • acquisition, construction ou agrandissement de la résidence principale ;
  • remise en état de la résidence principale à la suite d'une catastrophe naturelle ;
  • violences conjugales caractérisées.

PERCO ou PER collectif ?

Issu de la loi Pacte, le plan d'épargne retraite collectif « PER collectif » a vocation à remplacer le Perco.

  • Si votre entreprise avait déjà un Perco, elle peut le conserver ou le transformer en PER collectif.
  • Si elle n'avait pas de Perco, il n'est pas nécessaire qu'elle propose un PEE pour mettre en place un PER collectif (alors qu'il n'était pas possible de proposer un Perco sans PEE). Les règles de fonctionnement du PER collectif sont alignées sur celles du Perco.« Mais alors que les versements facultatifs sur le Perco ne bénéficiaient d'aucun régime de faveur, les versements volontaires sur un PER collectif sont désormais déductibles du revenu imposable, dans les mêmes conditions que ceux faits sur un PER individuel », analyse Hubert Clerbois.

Sur un Perco ou un PER collectif : Votre épargne est bloquée jusqu'à votre retraite. Avant ce terme, vous ne pouvez récupérer votre épargne que dans un certain nombre très limité de cas :

  • expiration de vos droits à l'assurance chômage ;
  • achat de votre résidence principale ou remise en état à la suite d'une catastrophe naturelle ;
  • survenance d'une invalidité vous affectant ou affectant votre conjoint, partenaire de pacs ou un enfant ;
  • situation de surendettement ;
  • décès de votre conjoint ou partenaire de pacs.

Notre conseil : si vous êtes en CDD, évitez de verser votre participation sur le Perco ou sur le nouveau plan d'épargne retraite collectif, car vous ne pourrez pas récupérer votre épargne à l'issue de votre CDD… mais seulement la transférer sur le Perco ou PER collectif d'un nouvel employeur, s'il en propose un.

Quid de l'intéressement ?

La date limite d'attribution de la participation et de l'intéressement est désormais commune et fixée au 31 mai pour les entreprises dont l'exercice comptable coïncide avec l'année civile.

  • Si vous n'exprimez aucun choix, votre prime d'intéressement sera versée en totalité sur le PEE et bloquée pendant 5 ans minimum.
  • Si vous voulez la percevoir immédiatement et/ou en verser une partie seulement sur le PEE ou sur le plan d'épargne retraite mis en place par votre entreprise, vous devez faire connaître votre choix dans les 15 jours suivant son attribution.

Comme pour la participation, si vous demandez le versement immédiat de votre prime, elle sera soumise à l'impôt sur le revenu. Dans le cas contraire, elle y échappera.

Optimisez vos placements grâce aux robots !

Les sommes versées sur les plans d'épargne salariale sont destinées à l'acquisition de parts de fonds communs de placement d'entreprise (FCPE). Ces fonds peuvent être dédiés, c'est-à-dire réservés aux seuls salariés de l'entreprise. Dans la plupart des cas, il s'agit de FCPE « multi-entreprises », mis en place à l'initiative d'une société de gestion. Plusieurs fonds vous sont généralement proposés : des fonds investis en actions, en obligations, en titres monétaires, des fonds ISR (investissement dit socialement responsable) ou solidaires… Ces fonds présentent les mêmes caractéristiques que les fonds que vous pourriez souscrire en direct auprès de votre banque. Avec quelques avantages supplémentaires : une fiscalité réduite puisque vos gains sont exonérés d'impôt sur le revenu (lorsque vous récupérez vos avoirs, seuls 17,2 % sont dus sur les gains réalisés), l'absence de frais puisqu'ils sont pris en charge par l'employeur…

« La plupart des plateformes d' épargne salariale en ligne ont mis en place des robo-advisors (ou robots conseillers) pour aider les épargnants à répartir leurs versements entre les différents fonds proposés en fonction de leur sensibilité au risque, de leur horizon d' investissement et leurs projets. Simples d'utilisation, ces robots proposent une allocation d'actifs sur mesure.

L'épargnant reste libre de suivre ou pas les recommandations proposées », explique Hubert Clerbois, associé chez EPS partenaire. Sur le Perco ou le PER collectif, en l'absence de choix explicite, les versements sont automatiquement ciblés vers un fonds à gestion pilotée. Il s'agit de fonds diversifiés sur lesquels la part des actifs risqués - les actions notamment - est progressivement réduite au profit d'actifs plus sûrs (des obligations, par exemple) à mesure que l'âge de la retraite se rapproche.

A lire aussi