Puis-je faire un apéritif au bureau ?

Les occasions ne manquent de boire un verre entre collègues sur son lieu de travail : une naissance, une promotion, un départ en retraite… ou le simple plaisir d'un petit moment entre collègues pas (encore) en vacances. Mais au fait, en a-t-on le droit ? La réponse de Gaëlle Mérignac, avocate spécialisée en droit social.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
Boire un apéro au bureau
© Istock / AzmanJaka

Votre employeur doit être prévenu et d'accord

Vous allez peut-être tomber de la chaise mais c'est comme ça : vous ne pouvez pas décider vous-même d’organiser un apéritif sur votre lieu de travail sans avoir obtenu au préalable l’autorisation de votre employeur.

Le lieu de travail est, par principe, celui qui est consacré au temps de l’activité professionnelle. Par conséquent, un apéritif avec boissons, alcoolisées ou non, entre collègues, pendant ou en dehors du temps de travail, ne peut se tenir dans les locaux professionnels qu’avec l’accord de l’employeur.

Celui-ci appréciera notamment le motif de votre demande, l’heure à laquelle vous souhaitez vous réunir (en fin de matinée, en soirée, dans l’après-midi) et les conséquences sur l’activité professionnelle du service qui va s’arrêter pendant ce temps festif.

Du vin, de la bière, du cidre, du poiré et... rien d'autre

La question de la consommation d’alcool sur le lieu de travail se pose. La législation est très claire sur ce point. L’article R 4228 - 20 du Code du travail précise qu’aucune boisson alcoolisée autre que le vin, la bière, le cidre et le poiré n’est autorisée sur le lieu de travail.

Ne mettre personne en danger

Malgré cette possibilité, la consommation de boissons alcoolisées étant susceptible de porter atteinte à la santé et à la sécurité physique et mentale des travailleurs, l’employeur peut décider de restreindre ce droit et prendre des mesures dans le règlement intérieur de l’entreprise ou par une note de service. La consommation d’alcool peut être limitée, voire interdite. Par exemple, un cariste qui manipule un engin de manutention avec de lourdes charges peut mettre en danger la sécurité de ses collègues s’il consomme de l’alcool.

En janvier 2019, la plateforme RSE (responsabilité sociale des entreprises) a rendu un avis rappelant la nécessité pour les entreprises de sensibiliser leur personnel sur les risques d’addiction liés à la consommation d’alcool.

La sécurité des uns et des autres

L’obligation de sécurité n’existe pas seulement de l’employeur envers son personnel, mais aussi entre salariés. Si l’un d’eux se retrouve en état d’ébriété après un apéritif, il doit quitter l’entreprise. Et l’employeur ainsi que ses collègues doivent veiller à ce qu’il regagne son domicile en toute sécurité.

 

df
Françoise Renou
Mis à jour le

Partager cet article :