Protocole sanitaire en entreprise : les scénarios à l’étude pour la rentrée

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© nensuria

Le télétravail va-t-il jouer les prolongations ? Alors que les vacances estivales sont sur le point de se terminer, le protocole sanitaire en entreprise pour la rentrée n’est pas encore arrêté. La nouvelle vague de contaminations provoquée cet été par le variant Delta pourrait perturber le retour au bureau des salariés. Même si un peu plus de 60 % des Français affichent un schéma vaccinal complet, le gouvernement hésite encore sur la marche à suivre.

Selon les informations du Parisien, une réunion devrait avoir lieu fin août-début septembre au ministère du Travail avec les partenaires sociaux pour adapter les règles sanitaires. Trois scénarios seraient sur la table.

Pas de protocole sanitaire spécifique

Première option : le gouvernement ne fixe pas de protocole sanitaire et laisse les entreprises gérer à leur convenance. Mais au vu de la situation épidémique, le retour des salariés sur site avec port du masque et distanciation physique, sans télétravail, semble peu probable.

Prolongation du protocole sanitaire déjà en place

La deuxième option serait de maintenir la dernière version du protocole sanitaire, en vigueur depuis le 9 août, en y ajoutant la « recommandation implicite » d’effectuer au moins deux jours de télétravail par semaine. « Le télétravail peut être considéré comme une des mesures les plus efficaces pour prévenir le risque d’infection au SARS-CoV-2 dans un objectif de protection de la santé des travailleurs, conformément au premier principe de prévention énoncé à l’article L.4121-2 du Code du travail qui consiste à éviter les risques pour la santé et la sécurité au travail », indique le document. Dans ces conditions, « les employeurs fixent dans le cadre du dialogue social de proximité, un nombre minimal de jours de télétravail par semaine, pour les activités qui le permettent ».

Un protocole sanitaire durci

Le dernier scénario envisagé serait, au contraire, de durcir les règles en vigueur et d’imposer au moins trois jours de télétravail, voire plus, pour tous les salariés dont les tâches le permettent. « Nous nous déterminerons en fonction des indicateurs sanitaires », indique simplement au Parisien le ministère.

Rendez-vous début septembre pour être fixé. Rappelons par ailleurs qu’à partir du 30 août, tous les employés d’établissement recevant du public (ERP) devront présenter un pass sanitaire pour pouvoir travailler.

A lire aussi