Négocier une augmentation de salaire

Négocier une augmentation de salaire

Pas facile de demander une augmentation, surtout en période de crise. Tout n’est pas perdu pour autant… à condition d’avoir les bons arguments  !

Près d'une entreprise sur deux reconnait avoir revisé à la baisse ses budgets d'augmentation des salaires pour 2014. 2 % : c’est le chiffre moyen des budgets de hausses salariales pour 2014, contre 2,3 % en 2013 (source : étude du cabinet de conseil Deloitte).

Parler d'augmentation de salaire avec des arguments concrets

L’entreprise vit dans un environnement contraint qui l’oblige à contrôler l’évolution de sa masse salariale, rappelle Bruno Planchais, directeur des ressources humaines du Groupe Actual, spécialisé dans le recrutement.

Pour autant, un salarié ne doit pas hésiter à parler d’augmentation de salaire avec son manager. Cette démarche n’a rien de scandaleux. Mais vous devez l’effectuer arguments à l’appui.

La marge de l’entreprise étant de plus en plus étroite, la logique qui l’emporte aujourd’hui est celle de la performance. »

En général, seule compte votre contribution à l’amélioration du résultat réalisé par votre entreprise , résume Noémie Cicurel, directrice au sein du cabinet de recrutement Robert Half.

Augmentation : les erreurs à ne pas commettre

Oubliez votre ancienneté et l’inflation. Une phrase du genre « Cela fait cinq ans que je n’ai pas été augmenté et que je vois mon pouvoir d’achat diminuer » n’est plus recevable.

Remisez aussi les études sur les rémunérations qui, examinant rarement tous les éléments (épargne salariale, complémentaire santé, titres restaurant…), manquent de pertinence.

Difficile aussi de comparer les salaires, à moins qu’il existe un écart manifeste, à poste identique, entre le vôtre et ceux des autres professionnels.

Mettre en avant la réalisation de ses objectifs

Soyez factuel  ! Égrainez vos réussites qualitatives ou quantitatives de l’année :

  • « J’ai acquis une nouvelle expertise » ;
  • « Je me suis occupé de la formation des nouvelles recrues » ;
  • « J’ai généré tels revenus pour l’entreprise » ;
  • « J’ai reconquis un client » ;
  • « J’ai mis en place une procédure qui a permis la réduction des coûts »…

Même si ces réalisations correspondent aux attentes formulées par votre manager en début d’année, elles justifient votre demande d’augmentation de salaire, car  généralement, les objectifs sont ambitieux , explique Bruno Planchais.

Si vous les avez dépassés, votre légitimité s’en trouve évidemment accrue. En cas de rémunération structurée en deux parties, la part variable, liée au résultat, sera en principe plus facile à faire bouger que la partie fixe.

Refus d'augmentation : rebondissez !

Si l’augmentation n’est pas aussi élevée que vous l’espériez, dites-le à votre manager. Et exprimez votre souhait d’obtenir entièrement satisfaction la prochaine fois.

Si votre démarche s’est soldée par un échec total, de deux choses l’une.

Soit l’entreprise vous envoie un message, votre manager considérant que vos résultats ne sont pas à la hauteur : demandez-lui alors précisément ce qu’il attend de vous et si un nouveau point peut être fait dans quelques mois.

Soit votre manager n’a aucune marge de manœuvre : n’hésitez pas à poser des jalons dans un autre domaine, en visant toujours la hausse de votre pouvoir d’achat.

Cela peut se traduire par :

  • un passage au télétravail deux jours par semaine pour réduire vos frais de déplacement ;
  • l’aménagement de votre temps de travail pour dégager le mercredi après-midi, coûteux en garde d’enfants ;
  • une formation qui déboucherait sur un changement de fonction, assortie d’un salaire plus élevé…

"Mieux vaut exprimer cette idée à un autre moment dans l’année afin de la déconnecter de la demande d’augmentation", conseille toutefois Estelle Raoul, directrice senior chez Page Personnel, cabinet de conseil en recrutement.

Parler d'augmentation de salaire en début d'automne

Dans les grandes entreprises, la clôture de l’exercice comptable a lieu en octobre ou en novembre selon les cas.

Mieux vaut donc commencer à aborder le sujet de l’augmentation de salaire avec son manager au tout début de l’automne, avant même les évaluations formelles de fin de l’année, explique Philippe Burger, responsable du département conseils en ressources humaines du cabinet Deloitte.

Dans les structures plus petites, où il n’existe pas de processus de gestion des augmentations salariales, formulez votre demande après avoir enregistré une belle performance dans un domaine. Profitez d’une période où votre manager n’est pas trop occupé pour solliciter un rendez-vous.

Et aussi sur Dossier familial