Infirmiers, aide-soignants : revalorisation des salaires en octobre

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© Framestock

A l’occasion du troisième comité de suivi du Ségur de la santé, le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, a dévoilé les contours de la deuxième étape des accords du Ségur qui concerne la revalorisation des grilles de rémunération des personnels soignants, médico-techniques et de la rééducation.

Qui est concerné ?

Plus de 500 000 agents de la fonction publique hospitalière vont bénéficier dès octobre d’un coup de pouce salarial. Seront concernés les infirmiers en soins généraux, les infirmiers spécialisés (infirmiers anesthésistes diplômés d’État, infirmiers de bloc opératoire diplômés d’État, infirmiers en pratique avancée…), les cadres de santé, les aides-soignants, les professionnels médico-techniques et de la rééducation (masseurs-kinésithérapeutes, manipulateurs radio, orthophonistes, orthoptistes, ergothérapeutes…) et les auxiliaires de puériculture.

Une mesure prévue par le Ségur de la santé

Annoncée le 12 avril, par Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, la revalorisation des carrières pour les personnels paramédicaux constitue le deuxième volet des accords du Ségur de la santé signés en juillet 2020. Une première augmentation de 183 € net/mois a été mise en place fin 2020 pour près de 2 millions de professionnels des établissements de santé et des Ehpad – infirmiers, aides-soignants, sages-femmes, manipulateurs-radio, secrétaires médicaux...- ainsi que les professionnels sociaux et médico-sociaux des autres secteurs (accompagnement de personnes handicapées, aide à domicile, protection de l’enfance…). Plus ciblé, le deuxième axe du Ségur de la santé entend « reconnaître l’engagement des soignants aujourd’hui, et susciter les vocations de demain », selon Olivier Véran.

Quelles revalorisations ?

A titre d’exemple, un infirmier en début de carrière, devrait percevoir 290 € net/mois de plus qu'avant le Ségur de la santé (+ 183 € net de revalorisation du Ségur + 107 € net au titre de la revalorisation des grilles de catégorie A).  Une revalorisation proche des revendications des organisations professionnelles, qui demandaient une augmentation salariale de 300 euros nets permettant de s’aligner sur le salaire moyen européen.

Une application inégale

Pour autant, centrales syndicales et organisations professionnelles infirmières restent sur leur faim et dénoncent un traitement inégal entre les professionnels du soin. Parmi les mécontents figurent les infirmiers spécialisés, qui verront, après revalorisation, la différence entre le salaire net d’un infirmier en soins général en début de carrière et celle d’un infirmier spécialisé s’établir à 13 euros, quand elle s’élevait à 113 euros avant le Ségur. Les cadres de santé quant à eux devront attendre 5 ans pour percevoir un supplément salarial

A lire aussi