Êtes-vous suffisamment bien payé ?

Êtes-vous suffisamment bien payé ?
Le réflexe le plus simple est de taper sur Internet « Suis-je bien payé ? » - © SC Shots Studio SRL

La rémunération que vous percevez est-elle à la hauteur de vos qualifications et de vos efforts ? Voici les meilleurs moyens de vous comparer aux standards du marché.

En France, parler salaire reste souvent tabou. Même les proches font preuve d’un certain flou lorsqu’il s’agit de révéler combien ils gagnent. Une autre tendance courante : penser que l’on n’est pas payé à la hauteur de son talent ou du travail accompli. Alors, comment évaluer avec pertinence ce qui serait le salaire « normal » à son poste ou celui auquel prétendre en cas de nouvelle candidature ?

Ne pas se limiter à son réseau d’amis

« Les jeunes diplômés et les jeunes cadres accordent une grande importance à leur réseau d’amis et de relations professionnelles. Or, les informations recueillies auprès de cette “sphère de proximité” ne sont pas suffisantes, et ne remplacent en aucun cas des études sérieuses », souligne Pierre Lamblin, directeur du département études et recherche à l’Apec.

Vous pouvez également vous adresser aux syndicats professionnels, ou à défaut, consulter la convention collective dont vous dépendez (voir votre fiche de paie) pour connaître les minima de votre branche.

Comparer votre salaire sur Internet

Le réflexe le plus simple est de taper sur Internet « Suis-je bien payé ? », vous trouverez des sites, notamment ceux de la presse spécialisée, permettant de comparer votre salaire.

Saisir, plus précisément « prétentions salariales d’un... technicien, contrôleur de gestion, etc. », donne accès aux standards du marché. Mais ces résultats ne sont pas toujours actualisés. Et s’ils prennent en considération les diplômes obtenus, ils se cantonnent dans les généralités.

« C’est un peu comme l’évaluation d’un bien immobilier, décrit Julien Barrois, directeur exécutif senior du cabinet de recrutement et d’intérim Page Personnel. Vous commencez par l’estimation générale de biens similaires dans la même ville, mais vous devez l’affiner en fonction du quartier, de l’étage, de l’orientation, de l’état, et peut-être d’un effet coup de cœur. »

Ainsi, de nombreux facteurs spécifiques entrent en compte, rendant impossible l’établissement d’un « salaire type » pour chaque métier : votre parcours et votre expérience, le secteur d’activité, la zone géographique, la taille de l’entreprise, et votre personnalité, le « savoir-être » auquel les recruteurs sont sensibles.

Par exemple, un poste analogue sera généralement mieux rémunéré en Ile-de-France qu’en région à moins qu’il y règne une pénurie dans la compétence que vous détenez précisément !

Une vision précise de ce que vous valez

Les cabinets de recrutement et d’intérim fournissent les informations les plus circonstanciées.

« Discuter avec un consultant spécialisé permet d’obtenir une vision précise de ce que vous ‘‘valez” sur le marché du travail, dont les évolutions sont parfois très rapides et contrastées, poursuit Julien Barrois. Même lorsqu’une personne n’est pas en recherche active, elle peut nous solliciter par téléphone pour être conseillée. »

Pour les cadres, l’Apec constitue une mine d’informations. L’association anime un Observatoire de l’emploi, qui met en ligne son étude annuelle du salaire des cadres dans 43 fonctions. Un simulateur gratuit calcule le salaire des cadres occupant le même type de responsabilités, sur une base de 21 questions abordant le poste, le parcours professionnel, le type d’entreprise, le profil et la formation. Le site propose également une analyse de son « potentiel marché ».

Parmi les autres sources d’information, les sites spécialisés dans l’emploi (comme Monster ou Cadremploi) et les agrégateurs d’annonces en ligne (OptionCarrière, Indeed, Jobijoba...) permettent de se renseigner sur la dynamique d’un secteur d’activité, mais pas plus.

« Lorsqu’une rémunération est mentionnée, elle est indicative, et représente dans certains cas un maximum destiné à rendre l’annonce attractive », note Julien Barrois.

S’intéresser aux autres avantages

La rémunération ne se résume pas toujours au salaire : elle peut prendre la forme d’un « package » comprenant intéressement ou participation, des tickets restaurant, une bonne mutuelle, voire un ordinateur, un forfait mobile illimité et un véhicule de fonction.

Ce qui ne peut pas justifier de différence

Enfin, sachez que la loi interdit toute distinction ou traitement inégal – y compris en matière de salaire – en raison de 21 critères : sexe, origine ou patronyme, situation de famille, état de santé, orientation sexuelle, âge, activités politiques ou syndicales, religion... et depuis peu aussi précarité sociale.

Les personnes qui se pensent victimes d’une discrimination peuvent saisir gratuitement le Défenseur des droits (defenseurdesdroits.fr ou 09 69 39 00 00), en ligne, par courrier ou en rencontrant l’un de ses 434 délégués.