« Désocialisation » des heures supplémentaires : la mesure va pénaliser l’emploi

« Désocialisation » des heures supplémentaires : la mesure va pénaliser l’emploi
Les salariés accomplissant des heures supplémentaires vont bénéficier d’une hausse de leur rémunération nette. - © auremar

L’exonération de cotisations salariales à partir du 1er septembre 2019 va occasionner un gain de pouvoir d’achat pour les salariés concernés, mais dissuader les entreprises d’embaucher, estiment plusieurs économistes.

Le gouvernement d’Edouard Philippe a conçu cette réforme pour accroître la rémunération nette. Mais l’exonération de cotisations salariales vieillesse (de base et complémentaire) sur les heures supplémentaires, qui doit entrer en vigueur le 1er septembre 2019, risque de faire progresser le chômage, s’inquiètent plusieurs économistes.

L’exécutif évalue le gain de pouvoir d’achat occasionné par la « désocialisation » à 200 € par an en moyenne pour les bénéficiaires, dans son dossier de présentation du projet de loi de finances pour l’année prochaine.

Moins de recrutements

« Le gain va logiquement inciter les salariés à accomplir davantage d’heures supplémentaires. À court terme, les entreprises demandant à leurs salariés de réaliser des heures supplémentaires auront moins besoin d’embaucher », nous explique mercredi 7 novembre Bruno Ducoudré, chercheur au département analyse et prévision de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), auteur avec son confrère Eric Heyer d’une étude sur l’impact de la mesure.

La « durée du travail » va augmenter « au détriment de l’emploi », affirment les deux économistes dans leur texte, publié le 1er octobre sur le blog de cet organisme classé à gauche.

Certes, « le pouvoir d’achat redistribué » va stimuler « la consommation et le produit intérieur brut (PIB), mais […] la hausse de la durée du travail » sera « plus forte, ce qui abouti[ra] à détruire des emplois », précisent Bruno Ducoudré et Eric Heyer.

Selon leurs évaluations les plus basses, le nombre de postes va diminuer de 2 000 l’année prochaine puis de 8 000 en 2020.

Une promesse de campagne

Gilbert Cette, professeur d’économie associé à l’université d’Aix-Marseille, a aussi fait savoir son désaccord au sujet de la mesure envisagée, issue d’une promesse de campagne d’Emmanuel Macron. « Les économistes, pourtant si souvent divisés sur de nombreux sujets, semblent unis pour n’apporter aucun soutien à ce dispositif », écrit-il dans une tribune parue dans le quotidien Le Monde daté du 3 novembre.

Contrairement à la réforme inscrite dans la loi travail, emploi et pouvoir d’achat (Tepa) adoptée en 2007, au début du quinquennat de Nicolas Sarkozy, puis remise en cause sous François Hollande, la mesure n’inclut pas les cotisations sociales patronales, comme Emmanuel Macron l’envisageait dans son programme. Elle ne s’accompagne pas davantage d’une défiscalisation des salaires tirés des heures supplémentaires.

  • Pour consulter l’étude, cliquez ici.