Allaiter au travail : vos droits

Allaiter au travail : vos droits

Vous reprenez le travail et souhaitez continuer à nourrir votre bébé au sein. Le Code du travail contient différentes dispositions, anciennes pour la plupart, destinées à faciliter l’allaitement dans les entreprises.

Concilier allaitement et vie professionnelle

Laurence, 29 ans, ne l’avait même pas envisagé, tant la chose lui paraissait irréalisable. Mais au fur et à mesure que le jour fatidique de la reprise du travail approchait, son désir de continuer à donner le sein à son enfant se faisait de plus en plus fort.

Ayant rencontré des mamans qui avaient réussi à concilier allaitement et vie professionnelle, elle s’est finalement convaincue qu’elle y parviendrait.

En France, il n’existe pas, ou plutôt il n’existe plus (il a été supprimé en 1975), de congé spécifique d’allaitement. Heureusement, les femmes salariées allaitantes bénéficient tout de même d’une législation favorable : une heure par jour pour allaiter leur enfant (art. L. 1225-30 du Code du travail). Si bébé n’est pas gardé à proximité, cette pause peut être utilisée pour tirer son lait.

Allaitement au travail : une heure par jour à la disposition des mamans

Le temps d’allaitement pendant le travail profite à toutes les salariées du secteur privé, quels que soient leur branche d’activité, leur ancienneté, leur contrat de travail (contrat à durée indéterminée, contrat à durée déterminée…) et la taille de l’entreprise.

Ainsi, pendant un an à compter de la naissance, les mères allaitant leur enfant disposent d’une heure par jour durant les heures de travail, à raison de 30 minutes le matin et 30 minutes l’après-midi. Les moments où sont prises ces pauses sont négociés entre l’employeur et la salariée.

À défaut d’accord, elles sont placées au milieu de chaque demi-journée de travail (art. R. 1225-5 du Code du travail).

Faites valoir votre droit à l'allaitement

Le droit à l’"heure d’allaitement" s’impose à l’employeur. Il faut malheureusement souvent le faire valoir et, en cas de problème, ne pas hésiter à en parler à l’inspecteur du travail. Attention tout de même à la pratique !

Les dispositions du Code du travail vous permettent uniquement de tirer votre lait ou d’allaiter votre enfant sur place. En aucun cas vous n’êtes autorisée à vous absenter de votre lieu de travail (pour rejoindre votre bébé chez sa nounou, par exemple).

Si c’est ce que vous souhaitez, vous devez obtenir une autorisation d’absence particulière pour allaitement. Cette possibilité est parfois offerte aux salariées par leur convention collective. Elle ne peut en aucun cas remplacer l’heure d’allaitement, mais simplement s’y ajouter.

L'allaitement au travail peut être rémunéré

Dans le silence des textes, il faut admettre que cette pause spécifique n’est pas rémunérée. Toutefois, des conventions collectives améliorent le sort des mères en prévoyant la rémunération de cette heure, en général sur la base du salaire habituel (c’est le cas dans le secteur de la parfumerie, de l’esthétique, et dans l’industrie de l’habillement).

Certaines accordent même un congé d’allaitement. Le plus souvent, il n’est pas payé, sauf si vous travaillez dans le secteur bancaire par exemple. Dans ce cas, vous bénéficiez d’un congé rémunéré de 45 jours à taux plein (ou de 90 jours à mi-salaire) à la suite de votre congé maternité.

Quelle que soit votre situation, tétées et activité professionnelle ne devraient donc pas être incompatibles !

Un espace dédié à la tétée dans l'entreprise

Une entreprise employant plus de cent femmes doit réserver à la tétée un espace cosy et discret (sur place ou à proximité du lieu où exercent les salariées).

La loi prévoit que ce local, propre, éclairé et bien aéré, doit, en outre, être pourvu au moins d’un point d’eau (dans la même pièce ou juste à côté) et de sièges convenables permettant l’allaitement dans de bonnes conditions (art. R. 4152-13 du Code du travail). Reste que ce lieu n’est ni une crèche, ni une garderie. Aussi, si vous nourrissez votre enfant, il ne peut séjourner dans cette salle que le temps de la tétée (temps de votre pause).