À quoi servent les missions locales ?

3 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner

Beaucoup de jeunes, peu ou pas qualifiés, ont des difficultés pour trouver un emploi ou bénéficier d'une formation. Il existe en France un lieu où ils peuvent trouver un interlocuteur qui leur propose des solutions pour repartir du bon pied : les missions locales.

Les premières missions locales sont apparues en 1982 pour répondre à la montée du chômage des jeunes. Aujourd’hui, avec leurs 6 800 points d’accueil en France métropolitaine et dans les départements d’Outre-mer, les 436 structures locales accompagnent chaque année environ 1,4 million de jeunes âgés de 16 à 25 ans dans leurs démarches d’insertion professionnelle et sociale.

Le rôle des missions locales

Les missions locales accueillent, informent et orientent les jeunes dans différents domaines : l’emploi, la formation, le logement, la santé, l’accès aux droits sociaux, la mobilité, les activités culturelles et sportives, la participation citoyenne. Elles travaillent en lien avec les partenaires locaux (Pôle emploi, entreprises, associations, CIO…) pour apporter des réponses adaptées à chaque jeune.

"Nous accueillons chaque jeune. Nous l'épaulons jusqu'à ce qu'il devienne autonome afin qu'il trouve sa place dans la société en tant que citoyen adulte et responsable", déclare Sylvie Weill, directrice de la mission locale de Saint-Quentin-en-Yvelines.

Comment la mission locale vous accompagne

L’accompagnement est gratuit. Pour être aidé, il suffit de se rendre dans un des points d’accueil près de chez soi. L’annuaire des missions locales est disponible sur le site de l’Union nationale des missions locales. Une carte interactive permet également de connaître les événements organisés à l’occasion de la Semaine nationale des missions locales.

Une fois sur place, un conseiller en insertion sociale et professionnelle propose un premier rendez-vous qui permet de faire une évaluation des besoins, donner des conseils et déterminer les dispositifs à mobiliser pour venir en aide au jeune. Il s'agit de définir les étapes de votre parcours d'insertion et de votre orientation professionnelle. Mais les premiers entretiens servent surtout à évaluer sa situation.

"Une approche globale est fondamentale", estime Sylvie Weill. Si on résout le problème d'accès à l'emploi sans traiter les difficultés que les jeunes rencontrent dans leur vie quotidienne, par exemple en matière de santé, de relations familiales ou de logement, ils peuvent très vite se retrouver en situation d'échec. "Nous avons déjà constaté que des jeunes quittaient un poste en entreprise simplement parce qu'ils n'osaient pas dire qu'ils n'avaient pas les moyens de se payer la tenue vestimentaire exigée."

En 2016, 566 000 jeunes suivis par les missions locales sont entrés dans l’emploi (74 % ont signé un CDI ou un CDD, 19 % un contrat aidé et 7 % sont en alternance), 250 000 sont entrés en formation et 15 000 sont retournés en formation initiale.

Un suivi sanitaire et psychologique

Ces entretiens réguliers débouchent, si nécessaire, sur une prise en charge de soins (dentaires, par exemple), ou sur un suivi psychologique, car certains jeunes vivent des situations affectives ou relationnelles conflictuelles.

Ces démarches demeurent indispensables pour que le jeune puisse, une fois embauché, garder cet emploi. "Ce travail de maturation est long. Nous les suivons parfois plusieurs années", ajoute Sylvie Weill.

En partenariat avec les structures locales

L'activité des missions locales fonctionne grâce à un large partenariat, notamment avec les travailleurs sociaux, les agences locales du Pôle emploi, les organismes de formation, les chambres de commerce et d'industrie, les chambres de métiers et les entreprises. Les conseillers doivent donc disposer d'une bonne connaissance du marché local de l'emploi.

Afin d'assurer leur mission de service public, ces structures reçoivent des subventions des communes et communautés d'agglomération, de la région et de l'État. Ce financement leur permet notamment de proposer aux jeunes des stages de formation et des aides financières ponctuelles, en cas de besoin.

A lire aussi