Le CDI pour chômeurs de longue durée

Le CDI pour chômeurs de longue durée
Sur dix territoires péri-urbains, toute personne privée d’emploi depuis plus d’un an se verra proposer un emploi adapté à ses compétences et utile à la collectivité. - © STEFANOLUNARDI

Ce dispositif payé au Smic sera testé dans dix territoires. Les emplois occupés doivent être utiles à la collectivité et ne pas entrer en concurrence avec l’emploi marchand.

Un dispositif expérimental

La loi « d’expérimentation territoriale visant à résorber le chômage de longue durée », votée en début d’année, met en place un nouveau dispositif. Sur dix territoires péri-urbains, toute personne privée d’emploi depuis plus d’un an se verra proposer un emploi adapté à ses compétences et utile à la collectivité (services à la personne, espaces verts, services culturels, tourisme, etc.).

Payé au Smic et essentiellement proposé par les entreprises de l’économie sociale et solidaire, il donnera lieu à un contrat à durée indéterminée (CDI).

Mise en œuvre en trois temps

Un comité de pilotage local est mis en place. Il identifie les besoins non satisfaits localement : entretien de sentiers de randonnées, aide aux devoirs à domicile, transport de personnes âgées, etc.

Puis, il rencontre les personnes privées d’emploi de la commune ou du bassin d’emploi et inscrites à Pôle emploi depuis plus d’un an, qui indiquent leurs souhaits et leurs compétences.

Enfin, il passe une convention avec l’entreprise ou l’association qui les recrutera.

Ces emplois ne doivent pas concurrencer l’emploi marchand. L’expérimentation, sur cinq ans, sera évaluée au bout de trois ans.

Un emploi sans surcoût

Inspirée par le projet « Territoire zéro chômeur de longue durée » de l’association ATD-Quart Monde, cette loi part du principe que les coûts de la privation d’emploi peuvent être transférés à la création d’emplois durables, sans surcoût pour la collectivité.

L’association estime que les coûts directs (indemnisations), le manque à gagner en cotisations sociales et les coûts induits s’élèvent à près de 17 000 € par chômeur et par an. Un fonds de financement « zéro chômage de longue durée » sera alimenté par l’État, les collectivités territoriales et des organismes publics.

5 micro-territoires

Dès l’été prochain, le dispositif sera lancé dans cinq micro-territoires :

  • Colombey-les-Belles (Meurthe-et-Moselle) ;
  • Grand Mauléon (Deux-Sèvres) ;
  • Jouques (Bouches-du-Rhône) ;
  • Pipriac et Saint-Ganton (Ille-et-Vilaine) ;
  • Prémery (Nièvre).

Les villes suivantes se montrent intéressées : Bordeaux, Lille, Dijon et Lyon.