Chômage : des aides pour financer une formation

Chômage : des aides pour financer une formation

Une bonne formation n’a pas de prix, mais elle a un coût. C’est pourquoi divers dispositifs aident les chômeurs à la financer, tout en conservant des ressources pendant sa durée.

Chômeurs : s'informer avant de se former

Après avoir perdu votre travail, vous pouvez accroître vos chances de retrouver un poste en complétant votre formation générale, en actualisant ou en approfondissant vos compétences dans un domaine précis, ou en préparant une reconversion.

"Dans tous les cas, une information personnalisée est indispensable en fonction du type et du niveau de la formation recherchée, de son parcours professionnel, de son âge, son lieu de résidence… Il est impossible de donner des règles valables pour tous, chaque demandeur d’emploi est un cas particulier", insiste Laurence Thuillier, directrice de la maison de l’emploi d’Argenteuil-Bezons, dans le Val-d’Oise.

Quel financement des formations ?

Il existe deux formes de financement des formations : collectif ou individuel. Il est collectif quand la formation est directement financée par la Région, Pôle emploi ou une collectivité locale. La formation est alors gratuite pour ceux qui la suivent, hors frais de dossier.

"Les Régions financent souvent des formations d’un an et plus, débouchant sur un diplôme comme un BTS ou une licence professionnelle", indique Nathalie Cœur, directrice de la maison de l’emploi (Regroupement intercommunal des services emploi formation) de Louhans (Saône-et-Loire). Il existe aussi des formations financées par l’État, plutôt ciblées sur des publics spécifiques ; elles dispensent, par exemple, des actions de lutte contre l’illettrisme.

Si la formation que vous visez n’est pas prise en charge collectivement, il vous faudra obtenir un financement individuel. Il peut provenir de Pôle emploi lui-même, au titre d’une "action de formation conventionnée" (AFC), si cette formation répond à des besoins de qualifications identifiés sur le marché local de l’emploi. Quant aux financements individuels des Régions - qui doivent également être demandés via Pôle emploi -, ils prennent généralement la forme d’un "chèque-emploi" de l’ordre de 5 à 8 € par heure de formation, le surcoût éventuel restant à votre charge.

Un CIF-CDD

Certains départements ou communes accordent aussi des aides à la formation. Enfin, si vous avez achevé un contrat à durée déterminée (CDD) depuis moins d’un an, un dispositif spécifique vous concerne, le congé individuel de formation (CIF), avec cependant des conditions minimales de durée d’emploi au cours des cinq dernières années. Votre formation doit être acceptée - et sera payée - par l’organisme paritaire auquel cotisait votre dernier employeur. Intérêt du CIF-CDD, il peut donner accès à des formations éventuellement plus longues et moins liées au marché local de l’emploi.

De plus, en CIF-CDD, vous pouvez continuer à percevoir, selon les cas, 80 ou 90 % de votre ancien salaire. En dehors du CIF-CDD, si vous percevez l’aide au retour à l’emploi (ARE) à la date de votre entrée dans une formation validée par Pôle emploi, vous conserverez une allocation équivalente, dite ARE-formation ou AREF.

L’allocation en faveur des demandeurs d’emploi en formation

Si, en cours de formation, vous arrivez en fin de droits à l’ARE, vous percevrez une prestation de remplacement équivalente, mais seulement si votre formation prépare à l’un des métiers officiellement recensés par le préfet de Région comme appartenant à des secteurs qui ont les plus gros besoins en main-d’œuvre. Il s’agit de l’allocation en faveur des demandeurs d’emploi en formation (AFDEF).

Enfin, si vous ne percevez pas l’ARE lors de votre entrée en formation, mais si celle-ci est à temps plein et agréée par Pôle emploi, la Région ou l’État, vous pouvez prétendre à la rémunération des stagiaires de la formation professionnelle, soit 652 € par mois (cas général).

Courant 2010, un Fond paritaire de sécurisation des parcours professionnels pourrait voir le jour. Son objectif est de faciliter chaque année la formation de 500 000 salariés peu qualifiés et de 200 000 demandeurs d’emploi supplémentaires. Sa création est prévue par la loi n° 2009-1437 du 24 novembre 2009 relative à l’orientation et à la formation professionnelle tout au long de la vie (J.O. du 25).

Pôle emploi vous informe

Votre conseiller Pôle emploi reste l’interlocuteur à privilégier pour vous guider parmi la multitude d’organismes de formation et de dispositifs de prise en charge du coût d’une formation et pour le maintien d’une rémunération. "En effet, souligne Nathalie Cœur, directrice de la maison de l’emploi de Louhans, c’est Pôle emploi qui détient les clés du financement."

Cependant, il peut arriver que vous ne vous sentiez pas assez épaulé. Dans ce cas, n’hésitez pas à chercher des informations et des conseils auprès d’une maison de l’emploi (à cet égard, le site de celle de Louhans - www.mip-louhans.asso.fr - regorge d’informations pertinentes) ou d’une mission d’information sur la formation et l’emploi (Mife), ou, pour les moins de 26 ans, d’une permanence d’accueil, d’information et d’orientation (PAIO). Vous trouverez leurs coordonnées sur le site www.orientation-formation.fr.

Autre site utile, dans la mesure où une grande partie des formations et des budgets dépend des Régions, www.intercariforef.org. Il donne accès au centre d’information sur la formation (Carif) de chaque Région (voir également www.centre-inffo.fr).

Et aussi sur Dossier familial