Au chômage, vous avez droit à des aides à la formation et à la création d’entreprise

Inscrit à Pôle emploi, vous pouvez vous faire accompagner financièrement pour vous former ou lancer votre propre activité. ARE, ACRE, ARCE, NACRE… Le point sur les différentes prestations auxquelles vous avez peut-être droit.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
4mn de lecture
Il existe diverses possibilités de financement du volet pédagogique de la formation.
Il existe diverses possibilités de financement du volet pédagogique de la formation.

Formation

Il existe diverses possibilités de financement du volet pédagogique de la formation. En premier lieu, étudiez l’offre de formation du programme régional de formation (PRF) de votre région. Attention, le Conseil régional finance prioritairement les formations des personnes qui ne sont pas indemnisés par Pôle emploi.

En fonction du métier visé, vous pouvez également vous tourner vers l’un des organismes paritaires chargés de la formation des salariés : les opérateurs paritaires de compétences (OPCO) qui remplacent depuis le 1er avril 2019 les opérateurs paritaires collecteurs agréés (OPCA) et les commissions paritaires interprofessionnelles régionales (CPIR) qui remplacent les  organismes paritaires collecteurs agréés pour le financement du Congé individuel de formation (Opacif).

Pensez aussi à votre compte personnel de formation (CPF). Même si la période de chômage ne vous permet pas d’acquérir des droits CPF, ce dispositif vous permet de financer une formation à partir des droits déjà acquis. S’ils ne sont pas suffisants, vous pouvez payer le reste à charge vous-même ou demander une aide financière à Pôle emploi. Depuis le 8 juillet 2020, la demande peut s’effectuer directement depuis l’application mobile Mon compte formation. Vous obtenez une réponse sous dix jours.

En dernier recours, Pôle emploi dispose d’un catalogue de formations dans le cadre de son Aide individuelle à la formation (AIF). En qualité de demandeur d’emploi indemnisé au titre de l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE), vous recevrez l’ARE-formation (AREF), d’un montant égal. En cas d’expiration de vos droits avant la fin de la formation, la rémunération de fin de formation (RFF), jusqu’à 652,02 € par mois, ou, à défaut, l’allocation spécifique de solidarité (ASS), jusqu’à 506,70 € par mois pour une personne seule, prendront le relais. Si vous n’êtes pas indemnisé mais que votre formation est agréée par Pôle emploi, demandez la rémunération des formations de Pôle emploi (RFPE) d’un montant de 652,02 € par mois (sauf exceptions qui dépendent de votre situation et de la durée de la formation).

Bon à savoir

Si vous êtes reconnu travailleur handicapé et bénéficiez de l’ARE, vous pouvez choisir, lors de votre entrée en formation, entre la rémunération publique de stage (RPS) si votre formation est agréée par l’Etat ou la région ou la rémunération de formation Pôle emploi (RFPE) si elle est financée par Pôle emploi.

Création d’entreprise

Les demandeurs d’emploi bénéficient également d’aides à la création ou à la reprise d’entreprise.

L’aide à la création ou à reprise d’entreprise (ACRE) vous permet d’obtenir une exonération partielle ou totale de certaines charges sociales pendant la première année d’activité. Les indépendants ne relevant pas du régime de la micro-entreprise n’ont aucune démarche à effectuer pour y avoir droit. L’aide est versée automatiquement. En revanche, les micro-entrepreneurs doivent déposer un dossier de demande d’ACRE à l’Urssaf comprenant un formulaire dans un délai de 45 jours après la création de leur entreprise.

L’ACRE peut être cumulée avec le nouvel accompagnement pour la création ou la reprise d’entreprise (NACRE). Ce dispositif, réservé aux demandeurs d’emploi, comprend une aide au montage du projet (4 mois), une aide à la structuration financière (4 mois) et un parcours d’accompagnement au démarrage et au développement de l’entreprise (3 ans). Il permet de bénéficier d’une aide financière sous la forme d’un prêt sans intérêt d’un montant de 1 000 à 8 000 € sur cinq ans financé par la région, couplé à un prêt bancaire complémentaire dont le montant et la durée doivent être supérieurs ou égaux à ceux du prêt à taux zéro. Depuis le 1er janvier 2017, le parcours Nacre est une compétence dévolue aux régions. Renseignez-vous auprès de votre Conseil régional pour trouver l’organisme susceptible de vous proposer un contrat d’accompagnement.

Enfin, l’aide à la reprise ou à la création d’entreprise (ARCE) également appelée « capital Pôle emploi », réservée aux demandeurs d’emploi bénéficiaires ou admis au bénéfice de l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE), peut vous aider à financer votre projet. Pôle emploi propose ainsi de verser en deux fois 45 % de la somme des allocations-chômage qu’il vous reste à percevoir au moment de lancer votre activité. En cas d’échec, si vous deviez vous réinscrire auprès de Pôle emploi, vous conserveriez vos anciens droits, moins le montant de l’ARCE que vous avez déjà perçu. Attention, vous devez avoir obtenu l’ACRE pour bénéficier de l’ARCE.

df
Marion Esquerré - Sarah Corbeel
Mis à jour le

Partager cet article :