Convention collective nationale des grand magasins et des magasins populaires du 30 juin 2000

IDCC : 2 156 - N° de brochure : 3082

Congés pour événements familiaux.


Les salariés bénéficieront, sur justification et à l'occasion de certains événements familiaux, de congés exceptionnels non assimilés à un temps de travail effectif sauf pour la détermination du congé annuel, accordés dans les conditions suivantes :


- mariage du salarié : 4 jours ouvrables ;


- mariage du salarié (après 1 an de présence dans l'entreprise) : 6 jours ouvrables ;


- mariage d'un enfant : 2 jours ouvrables ;


- mariage d'un frère, d'une soeur : 1 jour ouvrable ;


- mariage d'un parent (père ou mère) : 1 jour ouvrable ;


- décès du conjoint ou du concubin notoire : 4 jours ouvrables (1) ;


- décès d'un enfant, du père ou de la mère : 3 jours ouvrables ;


- décès d'un autre ascendant ou descendant, d'un frère, d'une soeur, d'un beau-frère, d'une belle-soeur, des beaux-parents, d'un gendre, d'une belle-fille, du tuteur légal : 1 jour ouvrable.


Lorsque le décès nécessite un déplacement de plus de 300 kilomètres du domicile, il sera accordé 1 jour supplémentaire ;


- première communion d'un enfant : 1 jour ouvrable ;


- déménagement (1 fois tous les 2 ans) : 1 jour ouvrable.


Ces jours d'absence devront être pris au moment des événements en cause et n'entraîneront pas de réduction de la rémunération.


Il est rappelé d'autre part que le code du travail accorde à tout salarié une autorisation exceptionnelle d'absence de 3 jours pour chaque naissance survenue à son foyer ou pour l'arrivée d'un enfant placé en vue de son adoption, ces 3 jours ne pouvant se cumuler avec les congés de maternité ou d'adoption accordés pour ce même enfant en vertu des articles L. 122-26 et L. 122-26-1 du code du travail et par l'article 9.6 ci-dessus.


(1) Tiret étendu sous réserve de l'application des dispositions combinées de l'article 8 de la loi n° 99-944 du 15 novembre 1999 relative au pacte civil de solidarité et de l'article L. 226-1 du code du travail (arrêté du 20 décembre 2001, art. 1er).