Convention collective nationale des commerces et services de l'audiovisuel, de l'électronique et de l'équipement ménager du 26 novembre 1992

IDCC : 1 686 - N° de brochure : 3076

Sommaire

Prime d'ancienneté.

24-1. Principes directeurs


Sans préjudice de l'application de l'avenant " Cadres " constituant l'annexe III de la présente convention, les salariés auxquels s'applique la présente convention bénéficient d'une prime d'ancienneté après trois ans de présence continue dans leur entreprise.


Cette prime mensuelle, qui s'ajoute au minimum conventionnel, doit figurer à part sur le bulletin de salaire des ayants droit et est assimilée à un complément de rémunération brute.


Les salariés recrutés par contrat de travail à durée indéterminée, ayant bénéficié au préalable d'un ou de plusieurs contrats de travail à durée déterminée consécutifs ou avec une interruption de moins d'un mois chez le même employeur, bénéficient d'une date de reprise d'ancienneté calculée par addition des périodes de travail effectif antérieures à la date de leur embauche définitive. Ces dispositions s'appliquent aux salariés recrutés à la suite d'une ou de plusieurs missions intérimaires sans préjudice de l'application de l'article L. 124-6 du code du travail.


Les salariés promus cadres dans la même entreprise et qui bénéficiaient, dans leur statut antérieur, d'une prime d'ancienneté telle que définie au présent article :


- continuent à percevoir cette prime s'ils sont en position I ;


- voient cette prime intégrée dans leur rémunération brute mensuelle à partir de la position II.


Leur salaire ne peut pas être inférieur au salaire minimum conventionnel de leur nouvelle classification augmenté du montant de la prime d'ancienneté dont ils bénéficiaient avant leur promotion.
24-2. Modalités de calcul


Cette prime est calculée par référence au salaire mensuel minimum conventionnel correspondant au Niveau-échelon affecté à chaque salarié concerné.




Son montant, fonction de la durée de présence continue dans l'entreprise, est calculé selon le barème suivant :




*Durée de présence continue dans l'entreprise en année et pourcentage du salaire mensuel conventionnel* :


Durée 3 ans ; pourcentage 3


Durée 4 ans ; pourcentage 3


Durée 5 ans ; pourcentage 5


Durée 6 ans ; pourcentage 5


Durée 7 ans ; pourcentage 7


Durée 8 ans ; pourcentage 7


Durée 9 ans ; pourcentage 9


Durée 10 ans ; pourcentage 9


Durée 11 ans ; pourcentage 11


Durée 12 ans ; pourcentage 11


Durée 13 ans ; pourcentage 13


Durée 14 ans ; pourcentage 13


Durée 15 ans et plus ; pourcentage 15






Le montant de cette prime d'ancienneté ne peut toutefois pas dépasser ces mêmes pourcentages du salaire minimum conventionnel correspondant au Echelon 1 du niveau IV.
24-3. Mise en oeuvre pratique et cas particuliers


a) En cas de suspension du contrat de travail d'une durée supérieure à un mois continu, l'ancienneté acquise par le salarié n'évolue plus. Elle reprend sa progression le mois où le salarié fait à nouveau partie des effectifs actifs normalement rémunérés.


Toutefois, cette règle d'interruption de l'ancienneté ne joue pas si le contrat de travail du salarié est suspendu pour une cause d'absence rémunérée et/ou indemnisée.


Dans le cas spécifique du congé de maternité, la suspension du contrat de travail pendant la durée du congé prénatal et postnatal est assimilée à une période de travail effectif pour la détermination des droits que la salariée tient de son ancienneté.


b) La prime d'ancienneté est versée aux salariés ayants droit quel que soit le type de leur contrat de travail, dès lors que la condition minimale d'ancienneté est remplie.


c) Pour les salariés travaillant à temps partiel :


- la progression dans le temps de l'ancienneté des salariés s'acquiert de la même façon que pour les salariés à temps complet, c'est-à-dire sans référence à l'horaire de travail effectué ;


- la rémunération de la prime mensuelle d'ancienneté est calculée comme pour les salariés travaillant à temps complet, mais elle est versée au prorata du nombre d'heures mensuelles prévues au contrat de travail, compte non tenu des éventuelles heures complémentaires ;


- dans le cas visé au cinquième paragraphe de l'article 22-3, la rémunération de la prime mensuelle d'ancienneté est calculée par rapport à la nouvelle durée contractuelle de travail, telle que précisée par avenant, avec rappel du différentiel non perçu sur les trois mois continus [*voir article 22-4*] précédant la régularisation du contrat du salarié.