Convention collective nationale de l'exploitation cinématographique du 19 juillet 1984

IDCC : 1 307 - N° de brochure : 3097

Congés payés - Le congé payé principal


a) Durée :


La durée du congé annuel est déterminée à raison de trois jours civils par mois de travail effectif sans que la durée totale du congé puisse excéder trente-cinq jours civils.


Le salarié qui, au cours de l'année de référence, a travaillé chez le même employeur pendant une période d'au moins quatre semaines, cette période équivalant à un mois de travail, a droit à un congé payé dont la durée est de trois jours civils.


La durée du congé annuel, ainsi calculée, inclut tous les jours de congé payé accordés antérieurement par la loi, les accords conventionnels et d'entreprise.


Suivant les accords antérieurs, il est accordé au directeur ayant une présence effective et continue dans l'entreprise supérieure à huit ans, une demi-journée de congé supplémentaire par année, sans que le total des droits au congé puisse excéder trente-sept jours civils.


b) Montant de l'indemnité :


L'indemnité de congés payés est calculée soit sur la base du dixième de la rémunération totale perçue par le salarié entre le 1er juin de l'année précédente et le 31 mai de l'année en cours soit sur la base de la rémunération qui aurait été perçue pendant le congé si le salarié avait continué à travailler.


La solution la plus avantageuse pour le salarié sera retenue.


c) Période légale de congés payés :


Le congé payé ne dépassant pas quatorze jours civils doit être continu et doit être pris à l'intérieur de la période légale.


Le congé payé dont la durée est supérieure à quatorze jours civils peut être fractionné, mais une fraction d'au moins quatorze jours civils doit être attribuée pendant la période légale.


La durée légale du congé payé pouvant être prise en une seule fois est au maximum de vingt-huit jours civils.


Toutefois, en raison d'accords conventionnels antérieurs, le personnel mensualisé de toute catégorie de l'exploitation cinématographique pourra bénéficier d'un congé continu d'une durée de trente et un jours civils, pendant la période comprise entre le 1er mai et le 30 septembre.


d) Fractionnement :


Le fractionnement, en dehors de la période légale, du congé payé principal de vingt-huit jours donnera lieu, lorsqu'il sera fait à la demande de l'employeur et avec l'accord formel de l'employé, à deux jours civils de congé supplémentaire lorsque le nombre de jours de congé faisant l'objet d'un fractionnement sera au moins égal à sept jours civils, et à l'attribution d'un jour civil de congé supplémentaire lorsque le nombre de jours de congé faisant l'objet d'un fractionnement sera compris entre trois et six jours civils.


En revanche, lorsque le fractionnement du congé principal sera fait à la demande du salarié, l'employeur, qui l'aura accepté, pourra demander à celui-ci de renoncer au bénéfice des jours de bonification.


Les jours de congés dus en sus des vingt-huit jours civils ne donnent lieu, en aucun cas, aux jours de bonification prévus ci-dessus pour le fractionnement du congé payé.


e) " Périodes assimilées " pour la détermination du droit aux congés :


Sont assimilées à des périodes de travail effectif pour la détermination du droit aux congés payés :


- les périodes de congés payés de l'année précédente ;


- les " repos compensateurs " pour heures supplémentaires ;


- les périodes de repos maternité ;


- les périodes limitées à une durée ininterrompue d'un an, pendant lesquelles l'exécution du contrat de travail est suspendue pour cause d'accident du travail, de maladie professionnelle ou d'accident de trajet ;


- les périodes de rappel sous les drapeaux ;


- les périodes de congés de formation syndicale et de formation professionnelle ;


- les congés exceptionnels pour événements familiaux ;


- les absences pour maladie, pour la durée de la période indemnisée à plein salaire.


f) Catégories particulières :


Les congés des jeunes mères de famille, des apprentis et des jeunes de moins de vingt et un ans sont régis par les dispositions légales en vigueur.