Voiture : où trouver les pièces détachées

Voiture : où trouver les pièces détachées

Il est facile de trouver des pneus, une batterie ou des balais d’essuie-glace dans les grandes surfaces. Et des disques ou des plaquettes de freins dans les centres auto. En revanche, il est impossible en France de trouver les pièces de tôlerie ailleurs que chez un représentant officiel de la marque.

Les constructeurs bénéficient de droits d’auteur sur leurs créations. Les copies réalisées sous forme de pièces adaptables en Belgique, en Espagne ou en Italie, moins chères que l’original, sont illégales en France.

Outre le copyright, les constructeurs mettent en avant des problèmes de sécurité liés à la qualité de ces pièces. La Commission européenne s’est penchée sur le sujet dans son programme Eurodesign.

Les pièces détachées doivent être disponibles pendant cinq ans au moins

Combien de temps après la sortie d’un véhicule les pièces détachées doivent-elles être disponibles sur le marché ? Cinq ans au minimum, stipule l’article L. 110-4 du Code du commerce. La loi n° 2008-561 du 17 juin 2008 (article 15), a modifié cette obligation, qui était auparavant de dix ans.

Le législateur oblige toutefois les constructeurs à informer de « la période pendant laquelle les pièces indispensables à l’utilisation des biens seront disponibles sur le marché ». Cela figure dans l’article L 111-1 du Code de la consommation, modifié par l’article 35 de la loi n° 2010-853 du 23 juillet 2010. Tous les vendeurs de voiture ne le précisent pas lors de la signature du contrat et, verbalement, ils restent habitués à annoncer dix ans.

Pièces de rechange d'une voiture : une concurrence exacerbée

Dans le domaine des pièces de rechange, la concurrence est exacerbée, avec une multiplication des points de vente. Internet s’en est mêlé, fort d’un bel atout : la mise en contact avec un garagiste qui effectuera la pose. Sa part de marché est de l’ordre de 8 à 10 % et progresse tous les ans. Attention à rester vigilant sur les produits proposés dans tous ces points de vente.

La pièce de rechange d’origine

Vendue exclusivement par les concessionnaires, dans un emballage à la marque du véhicule, la pièce d’origine est conçue et réalisée par un équipementier choisi par le constructeur. Elle obéit à son cahier des charges et est identique à celle utilisée sur la chaîne d’assemblage. Elle bénéficie de la garantie constructeur.

La pièce de l’équipementier

Réalisée par le sous-traitant officiel de la marque, dans les mêmes conditions que la pièce d’origine, cette pièce est commercialisée sous la marque de l’équipementier qui la garantit. Elle est vendue dans les centres auto, souvent moins cher, tout en étant identique à l’original.

La pièce de qualité équivalente

Les équipementiers qui proposent des pièces de qualité équivalente ont participé à l’appel d’offres du constructeur mais n’ont pas été retenus. Pour rentabiliser leur investissement, ils produisent des pièces conformes en tout point au cahier des charges. Elles sont vendues au nom de l’équipementier, de ses sous-marques, ou de celle du distributeur (marque « blanche »). 

La pièce adaptable 

De conception libre, ces produits ne respectent pas forcément le cahier des charges de la pièce d’origine. Ils sont produits par des équipementiers qui ne travaillent pas avec les constructeurs et les marques. Même si ces pièces sont autorisées à la vente, leur qualité est aléatoire. Les coordonnées du fabricant doivent être indiquées clairement. Les pièces adaptables sont utiles pour réparer un véhicule de plus de cinq ans ou ancien, pour lequel il est difficile de trouver son bonheur.

Voiture : pièce de contrefaçon ou de réemploi

En dehors de tous cahiers des charges ou droits de propriété, la pièce de contrefaçon est produite dans une parfaite illégalité par un équipementier anonyme.

Elle ressemble aux pièces d’origines jusqu’à en imiter l’emballage. Sa vente est interdite et entraîne des sanctions pénales. Elle se fait néanmoins par des circuits parallèles, mais on en trouve aussi dans des centres auto, les hypermarchés, voire chez des concessionnaires qui ont été abusés.

Il s’agit en principe du remplacement à l’identique d’une pièce usagée par une autre pièce, anciennement usagée puis réparée. L’article 2 du décret n° 80-709 du 5 septembre 1980 (J.O. du 12), sur les fraudes et falsifications en matière automobile, en précise les limites juridiques.

La pièce reconditionnée doit avoir été remise en état conformément aux spécifications du fabricant, soit par lui-même, soit dans un atelier qui en garantit les caractéristiques d’origine.

La pièce de réemploi

Tous les ans, 1,8 million de véhicules sont détruits par des démolisseurs, qui commercialisent les pièces pouvant être réemployées. Des réseaux de pièces d’occasion se multiplient sur Internet avec www.careco.fr, www.francecasse.fr, www.pieceseco.com ou www.allocasseauto.com. Elles sont parfois utilisées, notamment en tôlerie, pour remettre en état des véhicules accidentés de plus de cinq ans, dont la valeur vénale dépasse celle de la réparation à neuf.

Enfin, des particuliers qui ont de la place achètent à la casse, à un particulier ou aux domaines, un véhicule identique à celui qu’ils désirent réparer. Ils y prélèveront les pièces au fur et à mesure de leurs besoins.

Pièces détachées : prenez garde aux prix bas

Des pneus sont vendus à bas prix, dont certains sont récupérés sur des voitures neuves restées sur les parkings des constructeurs. Ils paraissent neufs, mais peuvent avoir été fabriqués il y a plusieurs années et présenter des défauts dus à leur sous-gonflage permanent sans qu’ils aient roulé ou à leur stockage dans de mauvaises conditions.

À savoir : la date de fabrication d’un pneu est indiquée sur son flanc sous la forme « semaine-année », soit 2110 pour la 21e semaine de 2010.

Les pièces auto sont disponibles sur Internet

Les centres auto pullulent sur Internet. Il suffit de taper « pièces auto » sur un moteur de recherche pour en obtenir la liste. Un conseil : toujours choisir un prestataire qui indique ses coordonnées en France et dont on peut vérifier l’appartenance à la Fédération des entreprises de la vente à distance (www.fevad.com).

Ces sites comme www.oscaro.com, www.mister-auto.com ou www.piecesvoitures.com aident l’internaute à trouver les pièces neuves. Il faut comparer les prix et les caractéristiques et surtout s’assurer qu’il ne s’agit pas d’une contrefaçon. Des sites qui pratiquent des achats groupés et négocient les tarifs comme www.ebuyclub.com proposent des remises supplémentaires.

Une fois la pièce acquise, il faut soit la poser soi-même soit trouver un garagiste pour le faire. Pour contourner la difficulté, des sites proposent une liste de garages qu’ils ont agréés et qui garantissent la pose, voire la réception des pièces commandées. Le plus simple et le plus sécurisant est de commencer par là : d’abord prendre rendez-vous avec le garagiste, puis acheter la pièce en ligne.

Et aussi sur Dossier familial