Voiture : les équipements en option

Voiture : les équipements en option

Autoradio, climatisation, roue de secours ou cendrier, sont ôtés de l’équipement de base des petits véhicules. La facture grimpe donc vite si l’on n'y prend pas garde.

Les options du constructeur sont listées au catalogue, et elles sont montées en usine.

Voiture : une gamme d’options

Les options relatives à la sécurité initiale sont graduellement incluses dans les séries spéciales : antiblocage des roues avec répartiteur de freinage (ABS), airbags, siège conducteur réglable en hauteur, appuie-tête… Elles sont indispensables au conducteur qui cherche un bon niveau de confiance dans le véhicule.

Pour ceux qui désirent mieux, d’autres options augmentent le prix. Elles sont proposées seules ou groupées sous forme de « pack ».
- Elles améliorent la sécurité, comme les airbags latéraux ou de toit, l’ESP (« electronic stability program ») et le freinage d’urgence, l’alarme intégrée, le tatouage, les antibrouillards et rétroviseurs anti-éblouissement, la roue de secours, le radar de recul.
- Elles améliorent le confort : boîte automatique, vitres électriques, climatisation, régulateur/limitateur, direction assistée, ordinateur de bord, téléphonie mains libres, réglage lombaire, accoudoir central, toit ouvrant, kit fumeur.
- Elles personnalisent l’automobile : couleur et peinture métallisée, boucliers avec inserts, becquet, jantes en alliage, baguettes ou coques de rétroviseurs.

Les options liées au plaisir du grand confort sont en général coûteuses : sellerie tout cuir, commandes vocales, GPS avec services et traqueur antivol, chromes de carrosserie, volant et pommeau de vitesse luxe, toit panoramique, ceintures automatiques, polyphonie, TV ou vidéo.

Toutes les options font partie du véhicule et sont généralement incluses dans le contrat d’assurance (bien le lire toutefois). Leur valeur s’amortit en cinq ans : au-delà, elles ne vaudront pratiquement plus rien à la revente.

Siège enfant, porte-vélo, attelage de remorque...

Les accessoires sont montés par les concessionnaires, les garagistes ou le propriétaire du véhicule : ce sont des rajouts, pour la plupart amovibles. L’éventail des produits, très large, s’adapte aux besoins et usages de chacun : siège enfant, porte-vélo, attelage de remorque, barres de toit, alarme accrue, vidéo mobile.

Les jantes personnalisées, siège baquet, bandes autocollantes, housses de siège séduiront les fans de « tuning » (personnalisation du véhicule). Ces accessoires sont généralement protégés contre le vol et l’accident par l’assurance du véhicule (bien lire son contrat avant). Sinon, il faut demander un avenant.

Voiture : les équipements des constructeurs sont-ils nécessaires ?

Certains équipements figurent aussi bien en option qu’en accessoire. C’est le cas du GPS, du lecteur externe ou d’autres éléments du type kit mains libres. Les options des constructeurs ressemblent de plus en plus aux équipements du commerce, mais leur prix reste plus élevé, surtout pour les mises à jour.

L’atout d’un équipement amovible est sa polyvalence et sa portabilité. L’installation n’est pas toujours aisée ni esthétique et le risque de vol est élevé si on ne le range pas lorsque l’on quitte le véhicule.

Les constructeurs chercheraient-ils à contraindre le client à acheter ses seuls accessoires ?

  • Chez Smart, la désactivation de l’airbag passager, lors de la pose d’un siège bébé autre que ceux de la marque, n’est pas automatique. Elle induit l’achat d’un contacteur manuel.
  • Chez Audi, la pose d’un attelage non constructeur oblige à demander au concessionnaire de modifier les paramètres de refroidissement du moteur et d’activer le dispositif qui le permet.