Voiture : le coût du certificat d'immatriculation

Voiture : le coût du certificat d'immatriculation

Combien coûte un certificat d’immatriculation ? Tout dépend du nombre de chevaux fiscaux du véhicule ainsi que des émissions de CO2.

Le tarif d'un certificat d'immatriculation se décompose ainsi :

  • la taxe régionale : le taux unitaire par cheval fiscal (CV) varie selon les régions. Il est par exemple de 46,15 € en Île-de-France, 29 € en Picardie, 27 € en Corse, 36 € en Bretagne, 51,20 € en Provence-Alpes-Côte d’Azur, 36 € en Aquitaine ; les montants sont réduits de moitié pour les véhicules de plus de dix ans ;
  • le malus écologique pour un véhicule neuf polluant. Il oscille de 200 € entre 141 et 150 g de CO2 par km et 2 600 € au-delà de 246 g de CO2 par km. Généralement, c’est le concessionnaire qui procède à l’immatriculation du véhicule en préfecture. Donc c’est lui qui fait l’avance du malus. Il l’inclut ensuite dans la facture, dans la catégorie des « frais d’immatriculation » ;

  • la surtaxe CO2 pour un véhicule d’occasion. Elle est calculée en fonction du taux d’émission de dioxyde de carbone par kilomètre, selon le barème suivant : 2 € par gramme de dioxyde de carbone pour un taux supérieur à 200 g CO2 par km et inférieur ou égal à 250 g CO2 par km, 4 € au-delà ;
  • la taxe de gestion du certificat d’immatriculation : 4 € ;
  • la redevance pour l’acheminement du certificat d’immatriculation : 2,50 € ;
  • les frais d’intervention d’un intermédiaire si l’acheteur passe par un professionnel habilité (garage, professionnel de l’automobile, loueur…) pour réaliser toutes ces formalités à sa place. Ici aussi, les écarts de prix justifient de faire jouer la concurrence entre professionnels ;

  • et quelques dizaines d’euros supplémentaires – de 20 à 30 € en moyenne – pour l’achat et la pose des plaques d’immatriculation.