Réussir la vente de son véhicule sur Internet

Réussir la vente de son véhicule sur Internet

Vendre une voiture ne s'improvise pas. Voici quelques conseils pratiques pour réaliser cette transaction en toute confiance et dans les meilleures conditions.

Aujourd’hui, Internet est quasiment le seul moyen existant pour vendre une voiture à un particulier. Mais attention, il faut soigner la rédaction de l’annonce. Le texte ne doit ni un roman-feuilleton, ni un télégramme qui se résumerait à « Vds Golf diesel TBE, faible km, paiement cash ».

Publier une annonce attractive

Précis, le descriptif doit débuter par :

  • La mention exacte du modèle,
  • La finition,
  • La motorisation, 
  • Le millésime,
  • Et le kilométrage.

Ensuite, il faut mentionner :

  • L’état général extérieur et intérieur,
  • Les défauts éventuels (taches, bosses ou rayures),
  • Les équipements optionnels ou additionnels.

Enfin, on peut ajouter toute précision utile, comme :

  • L’entretien dans le réseau de la marque,
  • L’équipement,
  • La monte récente de pneus neufs,
  • Le kilométrage lors de la dernière révision,
  • Le stationnement en garage.

Si vous vendez un véhicule peu courant, citer dans l’annonce des modèles comparables de marques plus connues est une astuce qui lui donnera une meilleure visibilité en faisant apparaître sa voiture dans les recherches des modèles des marques citées. On peut ainsi vendre une Subaru ou une Chrysler à un amateur de Volkswagen.

Attention : La mention « urgent » signifie que le vendeur est prêt à consentir un gros rabais. Si c’est le cas, baisser d’emblée le prix aura plus d’impact.

Enfin, le vendeur doit utiliser la tactique du « up » : il s’agit de modifier le texte chaque semaine, de changer une photo ou simplement de republier l’annonce pour qu’elle apparaisse à nouveau en haut de la liste.

Valoriser l'annonce avec des photos soignées

  • Des photographies mettant en valeur le véhicule attireront davantage les acquéreurs.
  • Les clichés doivent montrer une voiture propre, si possible lustrée, par beau temps et lumière dans le dos, pour éviter les reflets et… l’ombre du photographe sur la carrosserie.
  • Prendre plusieurs vues, de trois quarts avant et de trois quarts arrière sans montrer toujours le même côté.
  • Choisir un cadre attrayant en arrière-plan : jolie maison, jardin, verdure, mur de pierre…
  • Pour les photos d’intérieur, il faut débarrasser le véhicule de tout objet personnel et adoucir la lumière crue du flash en la projetant vers le plafond à l’aide d’un déflecteur fait de papier en aluminium.

Essai de la voiture : évitez les voleurs

L’essai d’une voiture à vendre est une opportunité rêvée pour les voleurs.

Attention : Il est préférable de donner rendez-vous dans un lieu public, idéalement un café, jamais chez soi, et de ne pas y aller seul.

Si le vendeur ne participe pas à l’essai, il peut demander à garder la carte d’identité de l’acheteur ou en prendre une photo.

Accompagner l’essai n’est pas sans risques car on peut se faire « déposer » au coin d’un bois.

Il est aussi conseillé de dissimuler les papiers de la voiture et le double des clefs dans un endroit sûr, et d’avertir un parent ou ami du lieu du rendez-vous.

Un paiement sécurisé

Mettre sa voiture en vente sur Internet expose aux tentatives d’arnaques. La plus connue est celle qui propose un paiement par mandat cash ou Western Union ou par virement à l’étranger par le biais d’e-mail ou de SMS en français approximatif.

Après la remise du véhicule à l’acheteur, le vendeur découvre que le virement était fictif…

La seule parade efficace consiste à demander le règlement de la vente au moyen d’un chèque de banque, véritable assurance de paiement : il est directement tiré sur le compte de la banque qui a déjà prélevé le montant sur le compte de l’acheteur.

À savoir : Le chèque de banque est disponible en général sous 48 heures moyennant environ 15 € de frais.

Cependant, il faut se méfier des faux chèques de banque. En mai dernier, une bande d’escrocs a acheté 34 voitures dans la région bordelaise par ce moyen. Ils ont simulé une vente sur Internet au cours de laquelle ils exigeaient de l’acquéreur qu’il envoie une copie scannée du chèque de banque.

Une fois la transaction annulée, ils effectuaient plusieurs copies du chèque, le falsifiant, et ensuite achetaient des voitures à des particuliers en les payant avec ces faux.

Avant d’accepter un chèque de banque, il faut rester attentif à toutes les altérations – taches, traces de grattage, écritures différentes… –, et programmer la transaction en semaine et aux heures d’ouverture des banques pour pouvoir vérifier l’authenticité du chèque auprès de l’établissement.

À lire aussi : Internet : acheter sans risque à un particulier