Réduire le coût de revient de sa voiture

Réduire le coût de revient de sa voiture

Les frais occasionnés par l'utilisation d'une voiture pèsent souvent dans le budget des ménages. Mais des astuces telles que le co-voiturage, ou la conduite écologique permettent de réduire les dépenses. Tous nos conseils.

Rentabiliser sa voiture grâce au covoiturage

Le covoiturage, c’est-à-dire le partage de l'usage d’une voiture pour un trajet, se structure de mieux en mieux. Notamment pour les parcours quotidiens – maison-travail-maison, maison-école-maison –, certaines collectivités et des entreprises aident, via un site Internet ou Intranet, leurs administrés ou leurs salariés, à se rencontrer et à s’organiser, selon leur domicile, leurs horaires, leurs habitudes…

Certaines grandes entreprises disposent ainsi d’un plan de déplacements entreprise. Le passager est invité à participer aux frais d’essence ou à devenir conducteur avec son véhicule une semaine sur deux par exemple.

Auto-stop organisé

Le covoiturage fonctionne aussi pour des voyages plus lointains et occasionnels en France et en Europe. Il s’agit alors plutôt d’autostop organisé. Là encore, on rencontre son coéquipier via un site Internet.

Le chauffeur s’inscrit gratuitement sur le site ou via une application Smartphone, propose son trajet, sa date, son horaire et l’éventuel coût du trajet (souvent le simple partage du prix du carburant et des péages). Le voyageur consulte le site et prend directement contact avec le chauffeur. Parfois, le site demande une cotisation avant de délivrer les coordonnées de l’automobiliste.

Quelques sites de covoiturage :

Entretenir sa voiture hors du réseau de la marque

Au lieu de s’adresser au concessionnaire de la marque d’un véhicule, après la période de garantie, on fait baisser la facture en faisant jouer la concurrence : réparateur indépendant ou centres auto (Feu vert, Leclerc Auto, Midas, Norauto, Speedy, Vulco, Euromaster, etc.). Il ne faut pas hésiter à demander des devis à plusieurs enseignes avant de se décider.

Les mains dans le cambouis

Ceux qui aiment bien bricoler se rapprocheront des garages associatifs (adresses dans les mairies, auprès des maisons des associations…) qui mettent à disposition des espaces équipés (fosses, outillage), avec même parfois les conseils de pros ou simplement des autres adhérents férus de mécanique. On paie une adhésion (par exemple, 50 € à l’année) et parfois la location du lieu à l’heure.

La fausse bonne idée

Quant à faire l’économie de l’entretien, c’est un mauvais calcul. Filtre à air encrassé, moteur mal réglé, vidanges négligées, pneus sous-gonflés font s’envoler la facture de carburant de 3 %, soit 0,30 € tous les 100 km, voire davantage.

Pour faire son choix dans de meilleures conditions, il est également possible de se reporter à l’étiquette de performance énergétique, obligatoire depuis le 1er novembre 2012.

La résistance des pneus

Au moment de remplacer les pneumatiques, les pneus basse résistance (on parle aussi de pneus verts ou basse consommation) permettent de réduire la résistance au roulement et d’économiser ainsi jusqu’à 5 % de carburant (0,50 € tous les 100 km).

Pour faire son choix dans de meilleures conditions, il est également possible de se reporter à l’étiquette de performance énergétique, obligatoire depuis le 1er novembre 2012.

Rouler éco, c’est plus que tendance !

Rouler à la fois économique et écologique, c’est facile ! Il suffit déjà d’éviter les trajets courts : ce sont en effet les premiers kilomètres – moteur froid – qui sont les plus énergivores. Les différents organes mécaniques et les liquides de fonctionnement usent en effet une quantité importante d'énergie pour être portés à la bonne température.

Ils consomment moitié plus de carburant le 1er kilomètre, un quart de plus le deuxième et… ne parviennent à leur rythme de croisière que passé le cinquième kilomètre. Toujours au démarrage, inutile de faire chauffer le moteur avant d’enclencher la première, mieux vaut rouler à vitesse modérée, en accélérant doucement pendant les cinq premiers kilomètres.

Ensuite, la conduite souple, sans à-coups, sans pousser les vitesses tout en anticipant les ralentissements et en usant du frein moteur, permettrait d’économiser, selon l’Ademe 40 % de carburant (environ 4 € pour 100 km, chiffre de l’Ademe).

Décélérer à l’approche d’un feu tricolore fait économiser 40 % de carburant. Respecter les limitations de vitesse et réduire de 10 km/h l’allure, et ce sont encore jusqu’à 5 litres de carburant épargnés (et près de 12kg de CO2...) sur 500 km.

Sans coffre de toit et sans climatisation

Dès que la galerie ou le coffre de toit n’est plus utile, il faut l’ôter. Même vide, cet équipement absorbe environ 10 % de carburant en plus, soit 1 € tous les 100 km (15 % quand il est chargé).

Quant à la climatisation, elle augmente la facture de carburant au rythme où elle fait baisser la température dans l’habitacle. En ville, sa mise en marche génère une surconsommation moyenne de 3 à 10% et de 15 à 25 % sur route, toujours selon l’Ademe.

Parmi les autres petites astuces qu’il est facile de mettre en place, il y a le fait de stationner autant que faire se peut à l’ombre et d’ouvrir les vitres pour évacuer l’air chaud avant de mettre la climatisation en route. En revanche, il faut rouler toujours vitres closes dès que le système est en marche et se limiter à un différentiel de 4 ou de 5 ° par rapport à la température extérieure.

À quel prix se déplacer ?

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) a imaginé une calculette éco-déplacements pour connaître à combien revient un mode de déplacement plutôt qu’un autre. Il s’agit là d’un outil permettant de comparer le coût annuel de ses déplacements quotidiens, en euros mais aussi en CO2, et les économies réalisées quand on opte pour le vélo ou le bus ou le covoiturage plutôt que sa voiture personnelle.

Le comparateur de déplacements permet aussi de visualiser le bilan énergie et le bilan CO2 de chaque choix (auto, moto, train, avion) pour un trajet donné ou un voyage plus exceptionnel.

Le plein moins cher grâce à Internet !

Où trouver l’essence la moins chère près de chez soi ? Où s’arrêter sur la route des vacances pour éviter de payer le plein au prix fort ? Le site Internet proposé par le ministère de l’Economie, www.prix-carburants.gouv.fr, publie les prix déclarés par les stations services pour le gazole, le SP95, le SP95-10, le SP98, le GPL, et l’E85 (Super Ethanol).