Quel budget pour un deux-roues ?

Quel budget pour un deux-roues ?

Assurance, équipement, cours de prise en main : voici en détail le budget que vous devez consacrer à l’acquisition de votre deux-roues.

Les deux-roues motorisés font de plus en plus d’adeptes. Économiques à l’achat et à l’entretien, faciles à manier et à garer, ils ne manquent pas d’atouts, ne serait-ce que le temps gagné dans les trajets.

Titulaire du permis auto, vous pouvez enfourcher le deux-roues de votre choix sous réserve que sa puissance ne dépasse pas 125 cm3.

Le scooter, appréciable en ville

Si votre cœur balance entre un scooter et une petite moto, sachez que le premier est équipé d’une boîte automatique, une caractéristique appréciable, surtout en ville. Il se conduit pieds joints, assis comme sur une chaise, ce qui peut désorienter les motards.

Une fois le contact mis, vous freinez et accélérez avec les mains grâce aux commandes situées au guidon. Les modèles à roues grandes ou moyennes ont la réputation d’être plus stables.

Prendre des cours est indispensable

Quant à la moto, il faut l’enfourcher et passer les vitesses au pied après avoir débrayé au guidon.

"En termes d’accidentologie, le deux-roues reste le mode de déplacement le plus dangereux. Et ce n’est pas parce qu’un permis B donne le droit d’en conduire un qu’on sait le manier. Il est donc préférable de prendre des cours dans une moto-école afin d’apprendre à maîtriser l’engin, par exemple les techniques de freinage sur route mouillée ou simplement grasse…", conseille Claude Grégoire, formateur à la Prévention routière.

Calculer son budget deux-roues

Avant tout achat, prenez une calculette. L’acquisition d’un deux-roues coûte de 1 000 à 5 000 € selon le modèle et son état (neuf ou d’occasion). Ajoutez le prix des cours en moto-école : 200 à 250 € environ pour cinq leçons, le double pour dix (40 à 50 € l’heure).

N’oubliez pas le prix des équipements, dont certains sont incontournables, comme le casque homologué E (marquage européen). Préférez un modèle intégral, plus protecteur (60 à 250 €). Une paire de gants (18 à 50 €) est indispensable pour préserver les doigts en cas de chute.

L’antivol en U ou la chaîne de sécurité certifiés NF (certification parfois exigée pour bénéficier de l’assurance-vol) coûtent de 50 à 150 €. Le top-case, un petit coffre fixé à l’arrière (60 à 200 €), permet de ranger son sac, son cartable ou ses courses.

Investir dans une tenue adéquate

Pour une meilleure sécurité, vous pouvez acheter une veste renforcée aux coudes, aux épaules et - encore mieux - dans le dos (de 90 à 400 €). Des chaussures montantes (60 à 120 €) protégeront les chevilles.

L’achat d’une combinaison de pluie (30 à 50 €) ne sera pas superflu, et vous pourrez aussi équiper votre engin d’un tablier (100 à 200 €) et d’un pare-brise (130 €).

Enfin, côté consommation, sachez que vous dépenserez entre 15 et 30 € de carburant par mois en moyenne. Quant à la visite d’entretien (tous les 5 000 km en moyenne), tablez sur une dépense de 150 à 200 €.

Une assurance minimale obligatoire

Quelle que soit sa cylindrée, vous devez assurer votre deux-roues. La couverture minimale obligatoire concerne votre responsabilité civile.

Si vous êtes à l’origine d’un accident, seront indemnisés le tiers transporté, le piéton renversé, le conducteur et/ou les passagers d’un autre véhicule (cette prise en charge concerne aussi les dommages causés à ce véhicule).

Vous pouvez choisir une assurance tous risques, à la garantie plus large (elle couvrira votre engin même si vous êtes responsable de l’accident ou en cas de choc avec un véhicule non identifié), et ajouter une garantie contre le vol, voire le vandalisme.

Assurez-vous aussi que les accessoires (casques, top-case…) sont pris en compte (montant de la franchise et plafond).

Négocier la prime

La prime varie en fonction des garanties, de la puissance de la machine, mais aussi de votre expérience (de 150 à 550 € par an). Même si vous êtes novice, on tiendra compte de votre pratique d’automobiliste.

Si vous bénéficiez du bonus maximal, si vous avez suivi un stage de prise en main de plusieurs heures, et si votre engin dort dans un garage, il vous sera plus facile de négocier un bon tarif, avec à la clé une réduction de 15 à 30 %.

Quel permis pour une moto de 50 cm3 ?

Les adolescents (de 14 à 18 ans) doivent justifier d’un brevet de sécurité routière (BSR). S’ils ont déjà une attestation scolaire de sécurité routière (ASSR) obtenue au collège, ils doivent suivre cinq heures de formation, auprès d’un moniteur de moto-école ou d’un éducateur sportif justifiant de la qualification "sécurité routière", avant de pouvoir prétendre au BSR. C’est le moniteur ou l’éducateur qui délivre le brevet.

À noter : le BSR est délivré gratuitement par une association socio-éducative alors que la formation en auto-école est facturée près de 200 €.

Quel permis pour conduire une 125 cm3 ?

Avec un permis B (permis auto), vous pouvez conduire une motocyclette de 125 cm3. Attention ! Les titulaires des permis B délivrés à partir du 1er janvier 2007 doivent attendre deux ans et suivre une formation pratique de trois heures, délivrée par une moto-école. La mention de cette autorisation est portée sur le permis de conduire.

Sans permis auto, il faut passer le permis A1 (le premier permis moto), accessible dès 16 ans.

Quel permis pour un engin de plus de 125 cm3 ?

Il faut avoir au moins 18 ans et être titulaire du permis A (moto). Entre 18 et 21 ans, on ne peut conduire que des motos d’une puissance maximale de 34 chevaux (moteur bridé).

Plus d'information sur la sécurité routière

  • Prévention routière : 01 44 15 27 00 et www.preventionroutiere.asso.fr (rubrique "S’informer", "Brochures et dépliants" et "Conseils aux motards").
  • Sécurité routière : 01 40 81 81 15 et www.securiteroutiere.gouv.fr (rubrique "Ressources", "Les dépliants thématiques", puis "Les deux-roues").
Et aussi sur Dossier familial